Directeur du LAAS, Photographie de Jean Dieuzaide

VISA en quelques mots

Le programme de recherche VISA se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies (plus particulièrement en histoire et sociologie des sciences) : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui, très ancien (mais récemment rajeuni par l’intérêt pour la dimension matérielle des idées, le corps du savant, son environnement ; cf. les travaux d’A. Collinot, de S. Shapin ou encore de T. Söderqvist), du rapport entre la vie et l’œuvre des savants. Deux problèmes classiques qui partagent, entre autres, une façon ordinaire et très employée, quoique non exclusive, d’être traités : le recours au genre biographique. Longtemps tenue à l’écart des moyens légitimes, et non amateurs, d’appréhender le social ou le culturel (comme si ces deux catégories se déduisaient exclusivement du collectif), la biographie a connu un regain d’intérêt à partir de la fin des années 1970 en histoire, en sociologie et en anthropologie. Et son empire s’est naturellement étendu aux territoires neufs qui combinaient ces disciplines telles que les science studies où le partage du monde (du champ) s’est peu à peu cristallisé entre le côté de « la-vie-de-laboratoire » et le côté de « la-vie-et-l’œuvre ».

VISA propose de renverser les perspectives selon lesquelles les deux problèmes évoqués sont habituellement saisis et, ce faisant, de contribuer au renouvellement du genre biographique comme moyen d’appréhender le réel de l’activité scientifique. D’un côté, la question de la création scientifique est largement abordée sous l’angle de l’étude des conditions de production de l’objectivité (B. Latour), la façon dont les idées prennent forme (mais l’on a finalement peu suivi les défrichements menés par E. Saïd dans Beginnings sur ce point) et, surtout, donnent forme à des collectifs savants (C. Jacob). L’on se propose ici de se positionner à l’aval immédiat des processus créateurs. Les idées sont formées et exprimées : quels en sont les effets, non sur le collectif savant, mais sur le producteur lui-même ? Quelles modifications de sa personne (du regard porté sur lui-même, sur les autres et des autres sur lui ; des relations à son environnement) la production d’une idée matérialisée dans une œuvre engage-t-elle, proposant en cela de transférer, à son invitation même, les hypothèses d’A. Gell (Art and Agency, 1998) concernant les œuvres d’art vers les œuvres savantes ? Questionner les ressorts de la création du scientifique est ici en jeu.

D’un autre côté, le problème des rapports entre la vie et l’œuvre était en quelque sorte tombé dans l’aporie de l’alternative entre l’œuvre conditionnée par la vie du savant (ses origines, son milieu et, finalement, l’idée qu’il y a conversion de questionnements d’ordre privé en problèmes scientifiques) et la vie mise au service de l’œuvre (le repérage d’anecdotes sur les emplois du temps, le gouvernement scientifique de la vie privée, etc.), aporie qui fonde le canevas même de ce genre en soi que représente la « biographie scientifique » (M.-A. Kaeser). Mais y échapper en soulignant l’écart entre la personne intime et le producteur de savoirs (dans la lignée de Proust à propos des écrivains), entre la vie privée et la vie de laboratoire, a rapidement paru insuffisant tant les effets réciproques étaient manifestes. La « vie de l’esprit » (P. Valéry) n’est pas déposée sur la table de travail au moment de quitter le laboratoire pour être revêtue le lendemain. Et VISA souhaite précisément considérer les effets de l’œuvre sur la vie. Non la question triviale de la vie soumise à un emploi du temps, ni celle des effets matériels (d’un travail, d’une reconnaissance, d’une ignorance) sur la vie sociale. Il s’agira de se pencher sur le problème des effets cognitifs et intellectuels que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, la conduite de son existence, la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur. L’intuition fondamentale, suscitée par la lecture du texte séminal d’A. Gell est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, exerce un effet sur le producteur, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *