Imaginer une « vie » sociologique

C. Wright Mills (1916-1962) dans son ouvrage classique, l’Imagination sociologique, critique certaines tendances de la sociologie. A la fois, le jargon de la  » suprême-théorie « , dédaigneuse du concret,  et le positivisme myope de l’  » empirisme abstrait  » qui, au contraire, s’arrête trop souvent au ras des faits. C’est dans l’appendice de l’ouvrage, cependant, que l’on peut trouver une théorisation tout à fait intéressante des rapports entre vie et œuvre :

« Choisir le métier d’intellectuel, c’est opter pour un mode de vie autant que pour une carrière; sans toujours le savoir, le travailleur intellectuel se fait lui-même, à mesure qu’il chemine vers la perfection du métier; pour faire éclore toutes ses richesses latentes, il se bâtit une personne où dominent essentiellement les qualités du bon ouvrier. Vous devez donc apprendre à utiliser au profit du travail intellectuel l’expérience acquise dans la vie; vous devez sans cesse la scruter et l’interpréter. En ce sens, le métier est le centre de vous-même, et vous entrez vous-même tout entier dans la moindre de vos création intellectuelles »

Couverture de l'Imagination sociologique (1967)

(L’imagination sociologique, édition Maspero, 1967, p. 206-207)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *