Comment faire l’histoire des sciences sociales ?

Archives nationales Pierrefitte-sur-Seine

Mercredi 20 mai 2015 10h – 17h

 
Tirant parti de la publication toute récente en France de cinq ouvrages importants d’histoire des sciences sociales, la journée a pour objet de débattre sur les manières de faire l’histoire de ces disciplines, en insistant sur l’importance cruciale des archives dans le renouvellement des points de vue. Il ne s’agira pas tant de discuter de thèses sur les fondements matériels du travail savant, l’école durkheimienne, l’anthropologie du religieux, les sociologues de Chicago ou encore la jeunesse et les classes sociales que d’examiner de façon critique la manière dont chaque chercheur a défini les problèmes qu’il voulait poser à l’aide de l’enquête historique et les façons de conduire celle-ci.
Avec Stéphane BACIOCCHI (EHESS, CRH), Thomas HIRSCH (EHESS, CRH et Labex Tepsis), Nicolas MARIOT (CNRS, CESSP), Paul PASQUALI (CNRS, CURAPP-ESS), Christian TOPALOV (EHESS, CMH), Françoise WAQUET (CNRS).
Programme
10 h – Comment les savants travaillent : une approche sur la longue durée
Françoise WAQUET, L’ordre matériel du savoir (XVIe-XXe siècle), CNRS éditions, 360 pages.
Discutants : Jean-Luc ChAPPEY (université Paris I, Institut d’histoire de la Révolution française, IHRF) et Julien VINCENT (université Paris I, Institut d’histoire moderne et contemporaine, IHMC).
11 h – Relocaliser les savants et les savoirs
Christian TOPALOV, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Classiques Garnier (collection « Sciences sociales »), 493 pages.
Discutants : Wolf FEUERHAHN (CNRS, Centre Alexandre Koyré) et Marie-Claire ROBIC (CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie).
12 h – Jusqu’où faut-il refaire l’enquête ?
Robert HERTZ, Sociologie religieuse et anthropologie. Deux enquêtes de terrain, 1912-1915, édition et présentation de Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot, Presses universitaires de France (collection « Quadrige »), 336 pages.
Discutants : Isabelle GOUARNÉ (CNRS, CURAPP-ESS), Laurent JEANPIERRE (université Paris VIII, CRESPA).
14 h – Entre administration et recherche, la problématique des archives qui font source pour l’histoire des sciences sociales
Elydia BARRET (Grand équipement documentaire, Campus Condorcet), Emmanuelle GIRY (Archives nationales, Département éducation, Culture et Affaires sociales) et Yann POTIN (Archives nationales, Département éducation, Culture et Affaires sociales et université Paris-Nord, CERAL).
15 h – Publier un cours inédit : pourquoi et comment ?
Maurice HALBWACHS, La psychologie collective, introduction et notes par Thomas Hirsch, Flammarion (collection « Champs classiques »), 374 pages.
Discutants : Romain PUDAL (CNRS, CURAPP-ESS) et Jacqueline CARROY (EHESS, Centre Alexandre Koyré).
16 h – Est-il possible d’écrire l’histoire d’un auteur contemporain ?
Jean-Claude CHAMBOREDON, Jeunesse et classes sociales, textes réunis et introduits par Paul Pasquali, Paris, Editions rue d’Ulm (collection « Sciences sociales »), 264 pages.
Discutants : Olivier ORAIN (CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie) et François DENORD (CNRS, CESSP).
Archives nationales 59, rue Guynemer 93380 Pierrefitte-sur-Seine
Accès en métro par la ligne 13, station Saint-Denis – Université
Entrée libre et gratuite Salle de commission 3 et 4


3 réflexions sur « Comment faire l’histoire des sciences sociales ? »

  1. Bonjour,

    Je suis actuellement en train de lire l’ouvrage de Christian Topalov, Histoires d’enquêtes, qui a été discuté lors de cette journée d’études aux Archives Nationales. Je suis très intéressé par l’ensemble des approches qui permettent de développer une histoire et une anthropologie « concrètes » des pratiques savantes et je me demandais donc si un compte rendu de cette journée de travail était disponible.

    1. Bonjour,
      merci pour votre message. Nous n’avons malheureusement pas connaissance d’un compte rendu de la journée d’étude. En revanche, si cela vous intéresse, nous serions ravis de recevoir et de publier dans ce carnet une note critique sur le livre de C. Topalov. N’hésitez donc pas à reprendre contact avec nous. Bien cordialement. Ariela Epstein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *