Michel Foucault à Münsterlingen. Là où « vie » et « œuvre » se croisent

Michel Foucault à Münsterligen

Sous la direction de Jean-François Bert et E. Basso

Coll. « L’histoire et ses représentations », 10

ISBN 978-2-7132-2508-6

Cet ouvrage collectif est l’histoire d’une expérience. Une expérience documentée par 50 photographies prises par Jacqueline Verdeaux, et de nombreuses archives inédites provenant du Fonds Michel Foucault depuis peu conservé à la BNF.

Le 2 mars 1954, Michel Foucault, Jacqueline et Georges Verdeaux, à l’invitation du psychiatre Roland Kuhn et de Ludwig Binswanger, participent au carnaval annuel de l’asile de Münsterligen. Etrange cérémonie qui consiste à faire défiler les fous masqués, survivance d’un rituel hérité du Moyen Âge, qui marqua durablement le jeune philosophe alors en train d’élaborer une nouvelle manière de parler de la folie et de son histoire ou, pour reprendre son expression, l’expérience historique des conditions de possibilité des structures psychologiques et l’expérience fondamentale que chaque époque fait avec la folie et dans laquelle se rejoue le partage originaire entre folie et raison.

Re-partir de cette expérience quasi ethnographique permet de renverser certaines perspectives familières concernant Foucault, et en premier lorsqu’il s’agit de mieux saisir la place de ce moment tout à fait particulier des années 1950 sur sa formation, lui qui hésite alors entre philosophie et psychologie.

C’est durant ces mêmes années que Foucault développe aussi un rapport tout à fait particulier avec l’ethnologie, identifiant à plusieurs reprises son propre travail à cette démarche. Il lit et commente, on le sait maintenant, les ouvrages de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss ou encore Maurice Leenhardt. Il connaît parfaitement l’anthropologie anglo-saxonne (celle de Mead et de Kardiner). C’est en 1961 qu’il utilise le terme d’ethnologie pour illustrer sa propre méthode – ce qu’il fera jusqu’au début des années 1980, comme à Louvain où, parlant de l’aveu, il dit vouloir faire sur cette pratique discursive une analyse « à la fois dans les relations humaines, dans les relations inter-humaines, dans les rapports de pouvoir et dans les mécanismes institutionnels ». L’archéologie foucaldienne est, dans son fondement, une ethnologie qui donne la possibilité de changer de perspective, permettant ainsi à Foucault en se situant à l’extérieur de la culture à laquelle il appartient de voir comment celle-ci a pu effectivement se constituer, mais aussi d’en analyser les conditions formelles, et d’en faire la critique.

De plus, dans la ligne directrice du programme VISA, cet ouvrage permet aussi de mieux comprendre deux postures proprement foucaldiennes : celle du « philosophe masqué » qui ne cesse de vouloir se fondre dans le langage dit par d’autres avant lui, qui critique aussi la notion d’œuvre ou d’auteur en mettant au jour ses implications sociologiques et politiques ; et celle de de l’auteur qui revendique n’avoir écrit que des choses en rapport avec sa biographie ou son histoire personnelle : « Chaque fois que j’ai essayé de faire un travail théorique, ça a été à partir d’éléments de ma propre existence : toujours en rapport avec des processus que je voyais se dérouler autour de moi. C’est bien parce que je pensais reconnaître dans les choses que je voyais, dans les institutions auxquelles j’avais affaire, dans mes rapports avec les autres, des craquelures, des secousses sourdes, des dysfonctionnements que j’entreprenais un travail, quelques fragments d’autobiographie. », ou encore « Je ne pense pas que l’intellectuel puisse, à partir de ses seules recherches livresques, académiques, érudites, poser les vraies questions concernant la société dans laquelle il vit ». Si Foucault revendique le droit de parler de la folie, c’est après avoir vu les asiles de l’intérieur ; si il décide de parler de la prison c’est après avoir lutté au Gip ; s’il analyse l’histoire de la sexualité c’est après avoir pris conscience que la vie et la gestion des populations sont devenues des exigences politiques nouvelles. Les débats sur l’euthanasie, la libéralisation de l’avortement et la peine de mort sont alors les plus acharnés en France.

Ce rapport de Foucault à sa biographie et à son autobiographie dessine plus généralement celui de sa « vie » à son « œuvre », qu’il est possible de mieux cerner – du moins en en revenant à cet épisode singulier du 2 mars 1954. L’histoire des sciences humaines et sociales tend encore trop souvent à nous faire oublier que les savoirs s’inscrivent dans des interactions et des rencontres, et que les idées naissent plus souvent qu’on ne le pense de situations normales.

 

FoucaultAMunsterlingen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *