Archives de catégorie : Actualités/Evénements

Nouvelles perspectives en histoire de l’anthropologie

MATP
Weber
Leenhardt

Mercredi 6 mai 2015 à 19 h

A l’occasion de la parution de Brève histoire de l’anthropologie. Florence Weber. Éditions Champs Essais, Flammarion, 2015 • En dialogue avec Du Folklore à l’ethnologie. Jacqueline Christophe, Denis-Michel Boëll et Régis Meyran (eds.). Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009 et Terrains et destins de Maurice Leenhardt. Michel Naepels et Christine Salomon (eds.). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007.

Rencontre avec Florence WEBER, Gilles LAFERTE et Frédéric KECK.

L’histoire de l’anthropologie dont il sera question lors de cet entretien prend en considération les deux tendances de l’anthropologie sociale qui se sont développées au 20e siècle et qui imposent une approche renouvelée de son histoire. L’anthropologie rapportée par les vieux manuels, celle des coins reculés de la planète, l’anthropologie du lointain ; et celle qui lui est complémentaire et opposée, moins connue et pourtant plus familière au chercheur, au lecteur, l’anthropologie du proche.
Ces deux anthropologies utilisent des méthodes singulières dans le paysage des sciences de l’homme en côtoyant directement par l’expérience du « terrain » des êtres humains en vie avec lesquels l’ethnologue devra se familiariser dans un cas (lointain) et desquels il devra se distancer dans l’autre cas (proche).
Des terres de mission et colonisation, à l’institutionnalisation de l’ethnologie du lointain par la création récente du Musée du Quai Branly, à celle du proche par la création en 1937 du Musée des arts et tradition populaire puis par sa transformation en Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, c’est une « anthropologie universelle » qui sera retracée ce soir.

En présence de :
• Florence WEBER, auteure, est directrice du département de sciences sociales de l’ENS-Ulm.

• Gilles LAFERTE, contributeur, est directeur de recherches à l’INRA.

• Frédéric KECK, contributeur, est directeur du département de la Recherche et de l’Enseignement au Musée du Quai Branly.

Comptoir des presses d’universités
• 86 rue Claude Bernard
75005 Paris • 01 47 07 83 27

En savoir plus sur Du folklore…
En savoir plus sur Terrains et destins…
En savoir plus sur Brève histoire

L’ordre materiel du savoir

Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent (XVIe-XXIe siècle)

CNRS éditions, 2015

 

l-ordre-materiel-du-savoirL’article, le graphique, la fiche, le poster, le cahier de laboratoire sont quelques-uns des nombreux outils du travail scientifique étudiésdans cet ouvrage qui offre une histoire matérielle de la culture savante entre le XVIe et le XXIe siècle. Il rend manifeste, de la médecine à l’archéologie, de la géographie à la chirurgie, ce que l’on ne voit pas ou plus dans les résultats : la masse imposante de l’outillage à disposition, sa grande diversité, son accroissement constant. S’y ajoutent les ressources des savants eux-mêmes, celles de leurs sens éduqués ou amplifiés par de multiples instruments. Les configurations fascinantes que ces outils et leur
emploi créent entre écrit, image, parole, regard et geste révèlent le caractère composite, multimédia et multisensoriel, de l’ordre raisonné du savoir.
Explorer la science dans sa matérialité éclaire d’un jour nouveau des pans entiers de l’histoire intellectuelle. Les outils de travail ne sont pas de simples à-côtés des idées. Ils participent étroitement à la connaissance, entre objectivité scientifique et éléments empruntés à l’expérience des sens.
Un essai d’anthropologie des savoirs qui porte un regard original sur l’ordinaire de la science.

1913, la recomposition de la science de l’Homme

Sous la direction de Christine LAURIÈRE

Les Carnets de Bérose, n° 7, Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines, 2015

ouvrage disponible ici

Les premières années du vingtième siècle sont fertiles en moments, événements et publications qui, rétrospectivement, dénotent tous la recomposition en cours de la « science de l’homme », comme l’appelaient alors ses protagonistes. Une effervescence institutionnelle caractérise ce champ scientifique qui voit une autonomisation accrue de plusieurs disciplines marquant chacune leur territoire et leurs ambitions, parallèlement à un affaiblissement du magistère de l’anthropologie physique. Dans la division du travail scientifique, la pratique ethnographique gagne progressivement en légitimité. L’intensité des débats sur les origines et les formes des religions primitives bouscule la théologie catholique, en même temps qu’elle fait entendre une analyse savante et laïque des phénomènes religieux grâce à une attention grandissante accordée aux matériaux ethnographiques qui viennent nourrir la réflexion des historiens des religions, sociologues, philosophes, préhistoriens, anthropologues et linguistes.
S’il s’agit bien d’une histoire disciplinaire qui est ici esquissée, elle tente de dépasser ce strict découpage pour rappeler que l’anthropologie fut au croisement de nombreuses disciplines qui ont également contribué à son émergence et à sa reconnaissance. Par ses multiples coups de sonde dans ce champ scientifique très dynamique, 1913, la recomposition de la science de l’homme propose un état des lieux certes incomplet mais suggestif des tensions, des enjeux, des rapports de force, des dialogues, des pratiques scientifiques, qui le structurent et l’animent. Les différents auteurs rassemblés ici font le pari de la pertinence heuristique de l’approche situationnelle, contextuelle, institutionnelle, pour une histoire de l’anthropologie qui s’intéresserait tout à la fois aux idées, aux revues, aux institutions de savoir, aux réseaux de sociabilité savante, aux acteurs qui n’eurent pas tous l’heur d’être sacrés pères fondateurs de la discipline.

Cet ouvrage est le septième volume des Carnets de Bérose, une collection éditée électroniquement par le Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture).

Enquêtes collectives : histoires et pratiques contemporaines

logohome

Appel à contribution

Chers(ères) web-lecteurs(trices),

ethnographiques.org, la revue en ligne de sciences humaines et sociales, lieu d’échanges et de descriptions des innombrables manifestations de la vie sociale, a le plaisir de vous transmettre son dernier appel à contribution : Enquêtes collectives : histoires et pratiques contemporaines, coordonné par Gilles Laferté, Nicolas Renahy, Christine Laurière et Laurent Amiotte-Suchet.

Retrouvez tous les détails de cet appel à contribution en suivant ce lien.

A très bientôt.

Writing Culture and the Life of Anthropology

Vient de paraître:

Orin Starn (ed),  
Writing Culture and the Life of Anthropology
Duke University Press
2015

978-0-8223-5873-2_pr

Description

Using the influential and field-changing Writing Culture as a point of departure, the thirteen essays in Writing Culture and the Life of Anthropology address anthropology’s past, present and future.  The contributors, all leading figures in anthropology today, reflect back on the « writing culture » movement of the 1980s, consider its influences on ethnographic research and writing, and debate what counts as ethnography in a post-Writing Culture era. They address questions of ethnographic method, new forms the presentation of research might take, and the anthropologist’s role. Exploring themes such as late-industrialism, precarity, violence, science and technology, globalization, and the non-human world, this book is essential reading for those looking to understand the current state of anthropology and its possibilities going forward.
Contributors:  Anne Allison, James Clifford, Michael M.J. Fischer, Kim Fortun, Richard Handler, John L. Jackson, Jr., George E. Marcus, Charles Piot, Hugh Raffles, Danilyn Rutherford, Orin Starn, Kathleen Stewart, Michael Taussig, Kamala Visweswaran

About The Author(s)

Orin Starn is Professor of Cultural Anthropology at Duke University. He is the author of The Passion of Tiger Woods: An Anthropologist Reports on Golf, Race, and Celebrity Scandal and Nightwatch: The Politics of Protest in the Andes, and the coeditor of The Peru Reader, all also published by Duke University Press.

La lecture savante aujourd’hui

L’arrivée de l’informatique dans la pratique  des chercheurs en sciences humaines a-t-elle changée, et en quoi, leur rapport à la lecture ? Est-elle encore faite de soulignements, surlignements, annotations, et présuppose-t-elle encore la modification du support, qui s’étoffe  de la  réflexion du lecteur?

Voir la journée d’étude à l’adresse suivante

et un beau projet d’éditorialisation des étudiants de master sur la question

 

Celles qui passent sans se rallier

Marianne Lemaire

Celles qui passent sans se rallier

La mission Paulme-Lifchitz, janvier – octobre 1935

Encyclopédie en ligne Bérose

Série « Missions, enquêtes et terrains – Années 1930 » coordonnée par Christine Laurière

Lahic / Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique

L’Odyssee pascuane

Christine Laurière

L’Odyssée pascuanne. Mission Métraux-Lavachery, Île de Pâques (1934 -1935)

Encyclopédie en ligne Bérose

Série « Missions, enquêtes et terrains – Années 1930 » coordonnée par Christine Laurière

Lahic / Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique

Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France

Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France au XXe siècle : archives en question

Séminaire organisé par la Direction générale des patrimoines (Département du pilotage de la recherche) et les Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales)

Du 26 janvier au 29 juin 2015

Programme

14 h – 17 h
Lieu : Ministère de la Culture et de la Communication – 182 rue Saint-Honoré – 75001 Paris

(salle Croix-des-Petits-Champs, 3e étage)