Archives de catégorie : Bibliographie

Colloque « Droit et anthropologie » (27-28 février 2017)

 

affiche-droit-et-anthropologieDroit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains

27-28 février 2017

GARAE, Carcassonne

Organisé par Frédéric Audren et Laetitia Guerlain

Colloque soutenu par l’ethnopôle GARAE – Carcassonne, l’IRM-CAHD – Université de Bordeaux, l’École de droit de Sciences Po, et l’ANR VISA – La vie savante

Lundi 27 février

 13h30 – Accueil des participants et ouverture (Sylvie Sagnes ; Frédéric Audren & Laetitia Guerlain)

Perspectives et enjeux contemporains des savoirs anthropologiques sur le droit

 Modérateur : Christiane Besnier (rédacteur en chef Droit et Cultures)

14h-14h40 – Irène Bellier (CNRS/LAIOS-EHESS), « La reconnaissance des peuples autochtones comme sujets du droit international. Les enjeux contemporains de l’anthropologie politique et du dialogue avec le droit »

14h40-15h20 – Élisabeth Claverie (CNRS/ISP-Paris Ouest), « Droit international humanitaire et anthropologie. Une histoire contemporaine paradoxale »

Pause café

15h40-16h20 – Marie-Claire Foblets (Max Planck Institute for Social Anthropology, HalleSaale) – « L’anthropologie juridique : l’avenir de la discipline en Europe »

16h20-17h – Albane Geslin (IEP Lyon/Triangle), « Une histoire contemporaine du ‘pluralisme juridique’: usages de la notion en anthropologie juridique »

 

Mardi 28 février

 Archéologie d’un savoir : l’anthropologie juridique

 

 Matin. Modératrice : Sylvie Sagnes (CNRS-LAHIC/EHESS)

9h-9h40 – Géraldine Cazals (Université de Rouen), « Les juristes français de la Renaissance, des anthropologues en puissance ? Réflexions autour de quelques études de cas, et d’une publication récente »

9h40-10h20 – François Quastana (Université de Lille 2), « Un regard anthropologique sur les origines du droit coutumier : Pierre-Jean Grosley (1718-1785) »

 Pause café

10h40-11h20 – Marc Goëtzmann (Université de Nice), « La coutume et l’anthropologie coloniale d’Henry Sumner Maine »

11h20-12h – Silvia Falconieri (CNRS/CHJ-Université de Lille 2),  « Ordre juridique colonial et anthropologie. « Expertises ethniques » et études raciales dans l’outre-mer français (fin XIXe siècle-1946) »

 Pause déjeuner

Après-midi. Modérateur : Nicolas Adell (Université Toulouse – Jean Jaurès)

13h30-14h10 – Frédéric Audren (CNRS – École de droit de Sciences Po), « L’ethnologie juridique au Collège de France. Jacques Flach et les institutions primitives »

14h10-14h50 – Alain Chenu (Sciences Po Paris/OSC), « De l’enquête statistique à l’enquête anthropologique : l’étape égyptienne de la carrière de René Maunier »

14h50-15h30 – Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) « Entre science juridique et savoirs anthropologiques : l’histoire comparée du droit selon Émile Jobbé-Duval (1851-1931) »

programme-droit-et-anthropologie

Une histoire de la fiche érudite

Une histoire de la fiche érudite

ISBN : 979-10-91281-87-4
Pages : 144

 

En s’appuyant sur la matérialité des fiches, en revenant sur les différentes évolutions technologiques qui émaillent cette histoire, en décrivant les gestes routiniers ainsi que les stratégies graphiques qui organisent cette pratique, cet ouvrage explore un territoire surprenant de l’érudition occidentale.

Faire des fiches n’est pas qu’une activité machinale et répétitive, compulsive ou abrutissante. Ficher suppose méthodes de recherche, rhétorique savante, archivage des connaissances; mettre en fiche engage des formes, des usages et une certaine mesure des savoirs.

Précédé de « L’Empire des fiches » de Christian Jacob, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS.

Désireuses de favoriser une lecture enrichie de ses publications, les Presses de l’enssib expérimentent la mise en ligne, en accès libre, de la version numérique de ce titre à l’adresse suivante : http://ficheserudites.enssib.fr

 

une histoire de la fiche érudite

Ce que la science fait à la vie

56309-_56309_cv_FB 001_Forme simple.pdf

Cet ouvrage se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui du rapport entre la vie et l’œuvre des savants.

Ces deux questions sont ici prises ensemble et nouées dans la description et l’analyse des effets de l’œuvre sur la vie de l’auteur. Quel est l’impact cognitif et intellectuel que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, sur la conduite de son existence, sur la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur ? L’hypothèse fondamentale, déclinée à des degrés divers par chacun des contributeurs, est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.

Défrichant des perspectives nouvelles sur un chantier ancien (la biographie scientifique), cet ouvrage, premier résultat des recherches initiées par les membres de VISA, réunit des contributions qui présentent des études de cas historiques, sociologiques ou ethnographiques, ou des synthèses de travaux récents sur ces questions.

La table des matières

 

 

Résonances des structuralismes

 

Résonances des structuralismes

Editions des Archives Contemporaines

Sous la direction de Jérôme Lamy et de Jean-François Bert

couv-2433-structuralismes

À vouloir faire du structuralisme un courant homogène organisant les sciences humaines et sociales des années 1960, on a perdu de vue les spécificités d’une approche plurielle, composite et de longue durée des phénomènes humains.

Ce livre entend restituer toute la singularité des structuralismes, en suivre les résonances, les renvois et les mouvements. Du structuralisme génétique de Piaget aux efforts historiens pour penser les structures dans l’histoire, en passant par le structuralisme linguistique et l’affrontement avec le marxisme en anthropologie, c’est tout un archipel d’entreprises scientifiques éclatées qu’il devenait nécessaire de cartographier.

Un ouvrage collectif qui s’interroge tout à la fois sur les sources, les manifestations, les objets ainsi que sur la grande notoriété publique de ce courant pour mieux mettre au jour la singularité des pratiques de recherche en sciences humaines et sociales.

 

Avec les articles de Marc J. Ratcliff, Jacqueline Léon, François Chaubet, Philippe Borgeaud, Bernard Dionysisus Geoghegan, Gisèle Sapiro, Lucielle Dumont, Carina Basualdo, Raphaël Rousseleau, Juliette Pommier, Pauline Lefort, Jean-François Bert et Jérôme Lamy.

 

 

Leiris, singulier pluriel

Notre collègue Eleonore Devevey, associée au programme VISA, publie dans le dernier numéro de Gradhiva consacré aux collections et aux collectionneurs une très belle note de lecture du catalogue de l’exposition Leiris & Co qui s’est tenue au Centre Pompidou-Metz du 3 avril au 14 septembre 2015.

Pour le lire, se rendre sur https://gradhiva.revues.org/3198.

Leiris & Co

Présentation d’ouvrage

La Formation à la recherche dans l’aire océanienne accueillera le mercredi 13 avril, en salle 10, de 15 à 17 h, au 105 bd Raspail :

Christine Laurière (CNRS, IIAC) pour la présentation de son ouvrage L’Odyssée pascuane 

Cette communication reviendra sur certains aspects de la mission archéologique et ethnographique d’Henri Lavachery et Alfred Métraux à l’Ile de Pâques (1934-1935). Ces derniers accostèrent fin juillet 1934 dans un lieu lourdement chargé d’histoires, indigène, coloniale, scientifique, qui s’enchevêtraient étroitement pour conférer à l’île de Pâques le statut de paradis perdu, a fortiori pour des ethnologues avides de pureté culturelle, d’authenticité inviolée. En 1934, les deux savants eurent affaire à une société déjà très ethnologisée, un « vieil os rongé » (Métraux) qui mettait au défi l’impératif de sauvetage ethnographique à la racine de toute mission ethnographique dans ces premières décennies du XXe siècle. C’est peu de dire que les conséquences des terribles exactions perpétrées dans les années 1860, la situation coloniale de l’île de Pâques, son statut de lieu mystérieux qui aimante explorateurs et savants, affectaient puissamment la façon dont le savoir ethnographique était recueilli auprès des informateurs indigènes – tout autant que la nature même de ce savoir. On s’interrogera en particulier sur la fabrique du savoir ethnographique en situation coloniale, sur les rapports complexes entre histoire, mémoire, authenticité et identité dans une perspective anthropologique.

Voici le lien du Carnet de Bérose, L’Odyssée pascuane: http://www.berose.fr/?L-Odyssee-pascuane-Mission-Metraux

Les organisateurs,

Alban Bensa, directeur d’études à l’EHESS ; Jessica de Largy Healy, chargée de recherche au Musée du quai Branly ; Yannick Fer, chargé de recherche au CNRS ; Gwendoline Malogne-Fer, postdoctorante au GSRL, CNRS ; Marie Salaün, professeur à l’Université Paris Descartes

Séminaire VISA – séance du 8 avril

La séance du séminaire VISA du 8 avril, où devait initialement intervenir Jean Jamin, sera finalement assurée par Nicolas Adell sur le thème suivant:

Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre

La séance se déroulera à l’horaire habituel (10h30-12h30) mais attention au changement de salle : D 30 (rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche).

Séminaire « Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

la première séance aura lieu ce lundi 8 février, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité).

Cette première séance est consacrée à un tableau des institutions de recherches et musées ethnologiques à l’issue du second conflit mondial. Nous aurait le plaisir d’écouter deux intervenants, dans un dialogue croisé :
– Christine Laurière (chargée de recherches au CNRS, IIAAC/LAHIC) :  « Le musée de l’Homme dans la tourmente de la guerre et de l’Occupation. Conséquences pour la reconstruction d’après-guerre »

– Arnauld Chandivert (maître de conférences en Ethnologie, Université de Montpellier, CERCE): « « L’histoire en parallèles: du musée de l’Homme au « musée français » (1937-1952) »

Présentation du séminaire

Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : 

archives et réseaux, entre recherche et patrimoine

Pour la seconde année consécutive, les Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales), la mission du patrimoine ethnologique et immatériel (Direction générale des patrimoines, département du pilotage de la recherche) et le programme BEROSE (CNRS/IIAC) s’associent pour développer un séminaire d’échanges et de réflexion sur les archives et l’histoire de l’ethnologie de la France au cours du vingtième siècle. Il s’agit de prolonger une enquête socio-historique collective, menée jusqu’ici pour l’essentiel jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, avec comme principale ligne de mire, la fracture entre le folklore et l’ethnologie1.

Le séminaire de l’an passé, dédié à la mise en question de la conservation et de la dispersion des archives publiques et privées, administratives ou scientifiques, de ce qui se dit ou s’assemble sous le vocable « d’ethnologie de la France » a permis de circonscrire un cadre plus précis d’analyse, en vue d’identifier et de cartographier les « réseaux » savants de l’ethnologie « française », et leur modalités variables d’institutionnalisation. Dans le cadre du programme BEROSE (Encylopédie en ligne sur l’histoire des savoirs ethnographiques en Europe), http://www.berose.fr/), il s’agira donc cette année d’élaborer une prosopographie dynamique et relationnelle des réseaux d’appartenance à l’ethnologie de la France entre 1945 et 1975, avec une attention particulière pour le division sociale et sexuelle du travail savant.

Entre la refondation du CNRS en 1945, la création de la Société d’Ethnologie française en 1946 et l’ouverture du bâtiment du Musée des Arts et Traditiosn populaires en 1972, avant le rapport pessimiste de Jacques Soustelle en 1975 et le premier projet de Mission du patrimoine ethnologique portée par Isaac Chiva dès 1976, la période 1945-1975 correspond aux fameuses « Trentes glorieuses » économiques, sinon sociales. Ces trois décennies sont aussi la période de formation d’au moins deux, voire trois générations « d’ethnologues » et la persévérance de figure tutélaires, de Georges-Henri Rivière à Marcel Maget, d’André Varagnac à André Leroi-Gourhan.

Il s’agit enfin d’une phase de déruralisation accélérée de la population française qui suscite une nostalgie latente pour un monde qui semble s’effacer sous les yeux mêmes des enquêteurs. Si une partie des ethnologues « sociaux » du début des années 1950, à l’instar de Paul-Henry Chombart de Lauwe, deviennent peu à peu des sociologues de la ville et du travail, l’ethnologie de la France semble ne pas parvenir à se libérer d’un paradigme fondamentalement ruraliste. A peine assise sur des bases institutionnelles visibles, sinon solides, au Centre d’ethnlogie française comme au Laboratoire d’Anthropologie sociale à Paris, mais aussi dans certaines capitales régionales, de Dijon à Toulouse, l’ethnologie de la France semble vouloir croire à la disparition d’un objet qui lui échappe, y compris auprès du grand public : en 1975, les succès éditoriaux colossaux du Cheval d’Orgueil et de Montaillou, semblent déborder la démarche ethnographique sur ses marges littéraires et historiographiques. Tout ceci accompagne et provoque un veritable « tournant patriomonial » de l’ethnologie de la France, qui circonscrit peu à peu une autre chronologie et d’autres logiques institutionnelles, en lien direct avec l’administration des « affaires culturelles ».

Ce moment de patrimonialiation durable de l’ethnologie marque le terme provisoire de notre enquête prosopographique : initiée dans le cadre des collectes suscitées par la création du Musée des Arts et Traditions populaires après 1939, démulitpliée sur le territoire par la création de l’Inventaire général du patrimonie culturel 1964, approfondi par celui du patrimoine industriel à partir de années 1970, la superposition entre logiques de conservation et de recherche culmine en effet avec la création d’une mission permanente du « patrimoine ethnologique » en 1979.

Les six séances proposées cette année consistent à prendre la mesure de cette périodisation, entre institutionnalisation scientifique et patrimoniale, à travers la confrontation des réseaux et des appartenances, sinon de nouveaux statuts professionnels pour les « ethnologues ».

Lieu : Ministère de la Culture et de la Communication, salle du foyer, 182 rue Saint Honoré.

Dates : 8 février, 21 mars, 11 avril, 2 mai, 30 mai et 27 juin. (14h30-17h30)

1. Du folklore à l’ethnologie, Christophe, Jacqueline ; Boël, Denis-Michel ; Meyran, Régis (éd.), Paris : Ed. de la Maison des sciences de l’homme, 2009.

Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée laboratoire

couv_histoire_mh_452Sous la direction de Claude Blanckaert
Préface d’Yves Coppens
Éditions Artlys / Muséum national d’Histoire naturelle
288 pages
120 illustrations
39 euros

Cet ouvrage permet de découvrir l’histoire riche et complexe de ce haut lieu de la culture et des questionnements sur l’Homme, de la création du Palais du Trocadéro en 1878 jusqu’au Musée de l’Homme rénové de 2015.

Claude Blanckaert, philosophe et historien des sciences, a réuni autour de lui les meilleurs spécialistes pour retracer l’histoire du musée dans sa longue durée, son cadre socio-historique et culturel, ses réalisations et ses dynamiques intellectuelles, sans masquer les éléments d’inertie ni les conflits qui ont pu l’affecter.

Ainsi s’entrelacent une histoire institutionnelle, celle de l’émergence de disciplines autour de l’Homme, celle aussi de femmes et d’hommes qui en ont été les acteurs. Des photos d’archives, pour la plupart inédites, illustrent le propos.

Dans cet ouvrage, un article de Christine Laurière:  « 1938-1949 : un musée sous tensions »,  pp. 46-77.

 

Archive(s) et recherche en sociologie des religions (II) : biographies croisées​

Journée d’étude du 14 décembre 2015

Archives nationales
59 rue Guynemer
93383 Pierrefitte-sur-Seine

Voir le programme

Cette journée d’étude fait suite à celle du 10 décembre 2014, «Archive(s) et recherche en sociologie des religions», organisée aux Archives nationales (http://assr.revues.org/26088?file). Elle s’inscrit dans le cadre de la célébration du quarantième anniversaire de la création de l’école des hautes études en sciences sociales.

Son objet consiste à faire un premier point sur le travail biographique engagé diversement sur six membres pionniers du Groupe de sociologie des religions (GSR): Gabriel Le Bras (1891-1970), Henri Desroche (1914-1994), émile Poulat (1920-2014), François-André Isambert (1924), Jacques Maître (1925-2013) et Jean Séguy (1925-2007). Autant d’itinéraires savants issus de la refondation de la sociologie française après la Seconde Guerre mondiale. Des chemins marqués à l’origine par la reformulation sociologique de l’objet religieux puis qui ont suivi chacun leur propre ligne de pente. L’héritage multiple qu’ils ont pu constituer aujourd’hui, notamment à travers la revue Archives de sciences sociales des religions, interroge autant leur communauté que leur disparité de destins.

Leur approche biographique vise non seulement à associer les vies et les oeuvres dans des contextes politiques et académiques évolutifs, mais aussi à expliciter les rapports d’affiliation ou de confrontation entre les biographes et leurs sujets. Réflexion qui ne peut manquer de rencontrer celle sur les sources orales, archivistiques et textuelles, publiques et privées, qui forment la matière des reconstructions narratives.

Le séminaire VISA 2015-2016

séminaire

Vie savante et anthropologie

Université de Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche

 Coordination : Nicolas Adell

A partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

 Programme

18 décembre Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès)La vie savante comme objet historique et anthropologique E32310h30-12h30
8 janvier Daniel Fabre (EHESS)Studium et punctum dans des vies savantes : Lévi-Strauss, De Martino, Saussure, Bourdieu et quelques autres D3010h30-12h30
5 février Christian Bromberger (Université de Provence)Germaine Tillion, une ethnologue dans le siècle E32310h30-12h30
11 mars Emmanuelle Loyer (Sciences Po – Paris)Claude Lévi-Strauss E32310h30-12h30
25 mars Tzvetan Todorov (CNRS)Deux approches des sciences humaines : Claude Lévi-Strauss et Germaine Tillion D3110h30-12h30
6 mai Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès) Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre D32310h30-12h30
3 juin Giordana Charuty (EPHE)Ernesto de Martino, les vies antérieures d’un anthropologue E32310h30-12h30

Cahier Dakar-Djibouti. Griaule, Leiris, Lifchitz, Lutten, Mouchet, Roux, Schaeffner

Édition critique annotée et coordonnée par Eric Jolly et Marianne Lemaire

Vient de paraître aux éditions Les Cahiers.

31u0yx3RM4L._SX341_BO1,204,203,200_

La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933) est la plus célèbre et prestigieuse des missions ethnographiques françaises. Pour la première fois sont réunis en une seule édition critique l’ensemble des soixante dix-sept écrits scientifiques et littéraires produits par ses participants, illustrés par plus de cinq cents photographies.

De mai 1931 à février 1933, la mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti traversait l’Afrique d’ouest en est. Exceptionnelle par son ampleur et son retentissement, cette expédition collective a suscité de nombreuses études, mais la plupart ont laissé dans l’ombre la variété des écrits scientifiques ou littéraires produits par ses membres. De leurs préparatifs de départ à leur retour, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner ont rédigé soixante-dix-sept textes, souvent méconnus, parfois inédits : études ethnographiques ou ethnomusicologiques, notes linguistiques, communiqués de presse, rapports, récits de voyage, instructions méthodologiques, questionnaires ou conférences radiophoniques.

Ces écrits, rassemblés pour la première fois dans cette édition critique, ne témoignent pas seulement des méthodes et des présupposés de la plus célèbre des missions ethnographiques françaises, ils éclairent également le parcours de leurs auteurs et l’histoire de l’ethnologie à un moment où les chercheurs de cette discipline fréquentent autant les avant-gardes que les institutions muséales et universitaires.

Édition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire, chargés de recherche au C.N.R.S. (IMAF ), avec la collaboration de Julien Bondaz, Claire Bosc-Tiessé, Marie Gautheron, Brice Gérard, Jean Jamin, Makeda Ketcham, Cécile Van den Avenne, Anaïs Wion.

 

Michel Foucault à Münsterlingen. Là où « vie » et « œuvre » se croisent

Michel Foucault à Münsterligen

Sous la direction de Jean-François Bert et E. Basso

Coll. « L’histoire et ses représentations », 10

ISBN 978-2-7132-2508-6

Cet ouvrage collectif est l’histoire d’une expérience. Une expérience documentée par 50 photographies prises par Jacqueline Verdeaux, et de nombreuses archives inédites provenant du Fonds Michel Foucault depuis peu conservé à la BNF.

Le 2 mars 1954, Michel Foucault, Jacqueline et Georges Verdeaux, à l’invitation du psychiatre Roland Kuhn et de Ludwig Binswanger, participent au carnaval annuel de l’asile de Münsterligen. Etrange cérémonie qui consiste à faire défiler les fous masqués, survivance d’un rituel hérité du Moyen Âge, qui marqua durablement le jeune philosophe alors en train d’élaborer une nouvelle manière de parler de la folie et de son histoire ou, pour reprendre son expression, l’expérience historique des conditions de possibilité des structures psychologiques et l’expérience fondamentale que chaque époque fait avec la folie et dans laquelle se rejoue le partage originaire entre folie et raison.

Re-partir de cette expérience quasi ethnographique permet de renverser certaines perspectives familières concernant Foucault, et en premier lorsqu’il s’agit de mieux saisir la place de ce moment tout à fait particulier des années 1950 sur sa formation, lui qui hésite alors entre philosophie et psychologie.

C’est durant ces mêmes années que Foucault développe aussi un rapport tout à fait particulier avec l’ethnologie, identifiant à plusieurs reprises son propre travail à cette démarche. Il lit et commente, on le sait maintenant, les ouvrages de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss ou encore Maurice Leenhardt. Il connaît parfaitement l’anthropologie anglo-saxonne (celle de Mead et de Kardiner). C’est en 1961 qu’il utilise le terme d’ethnologie pour illustrer sa propre méthode – ce qu’il fera jusqu’au début des années 1980, comme à Louvain où, parlant de l’aveu, il dit vouloir faire sur cette pratique discursive une analyse « à la fois dans les relations humaines, dans les relations inter-humaines, dans les rapports de pouvoir et dans les mécanismes institutionnels ». L’archéologie foucaldienne est, dans son fondement, une ethnologie qui donne la possibilité de changer de perspective, permettant ainsi à Foucault en se situant à l’extérieur de la culture à laquelle il appartient de voir comment celle-ci a pu effectivement se constituer, mais aussi d’en analyser les conditions formelles, et d’en faire la critique.

De plus, dans la ligne directrice du programme VISA, cet ouvrage permet aussi de mieux comprendre deux postures proprement foucaldiennes : celle du « philosophe masqué » qui ne cesse de vouloir se fondre dans le langage dit par d’autres avant lui, qui critique aussi la notion d’œuvre ou d’auteur en mettant au jour ses implications sociologiques et politiques ; et celle de de l’auteur qui revendique n’avoir écrit que des choses en rapport avec sa biographie ou son histoire personnelle : « Chaque fois que j’ai essayé de faire un travail théorique, ça a été à partir d’éléments de ma propre existence : toujours en rapport avec des processus que je voyais se dérouler autour de moi. C’est bien parce que je pensais reconnaître dans les choses que je voyais, dans les institutions auxquelles j’avais affaire, dans mes rapports avec les autres, des craquelures, des secousses sourdes, des dysfonctionnements que j’entreprenais un travail, quelques fragments d’autobiographie. », ou encore « Je ne pense pas que l’intellectuel puisse, à partir de ses seules recherches livresques, académiques, érudites, poser les vraies questions concernant la société dans laquelle il vit ». Si Foucault revendique le droit de parler de la folie, c’est après avoir vu les asiles de l’intérieur ; si il décide de parler de la prison c’est après avoir lutté au Gip ; s’il analyse l’histoire de la sexualité c’est après avoir pris conscience que la vie et la gestion des populations sont devenues des exigences politiques nouvelles. Les débats sur l’euthanasie, la libéralisation de l’avortement et la peine de mort sont alors les plus acharnés en France.

Ce rapport de Foucault à sa biographie et à son autobiographie dessine plus généralement celui de sa « vie » à son « œuvre », qu’il est possible de mieux cerner – du moins en en revenant à cet épisode singulier du 2 mars 1954. L’histoire des sciences humaines et sociales tend encore trop souvent à nous faire oublier que les savoirs s’inscrivent dans des interactions et des rencontres, et que les idées naissent plus souvent qu’on ne le pense de situations normales.

 

FoucaultAMunsterlingen

Les comptes rendus juridiques rendent-ils compte de l’histoire des Facultés de droit ?

Journée d’étude de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

Le 6 novembre 2015 à l’ Université Panthéon-Assas – Salle des Conseils 12, place du Panthéon – Paris Ve

 voir le programme

 

Laetitia GUERLAIN, membre du programme VISA, présentera dans ce cadre:

« Les comptes rendus de revues, miroir des relations entre droit et anthropologie (XIXe-XXe siècles) »

Nous souhaitons, à travers les comptes rendus de revues, offrir un premier repérage des passerelles entre le droit et l’anthropologie aux XIXe et XXe siècles. Les recensions d’ouvrages forment en effet un matériau propice pour l’évaluation de la circulation des idées et leur réception : de quels ouvrages ethnographiques, anthropologiques ou folkloriques les revues juridiques rendent-elles compte, dans quels termes et pourquoi ? Inversement, quels sont les ouvrages juridiques discutés dans les revues anthropologiques ? Nous nous proposons d’interroger les modalités et les temporalités de la discussion, pour tenter de préciser ce qu’elle révèle du juridique des anthropologues, mais aussi de l’anthropologie des juristes.

Colloque de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme

Le colloque de la SFHSH

aura lieu les 5 et 6 novembre 2015

à l’ Ecole Normale Supérieure – Centre Cavaillès

vous pouvez consulter le programme détaillé

Voir notamment:

le symposium VISA Coordonné par Nicolas Adell : La vie savante. Ce que la science fait à la vie (Anthropologie-ethnologie, XIXe – XXe siècles)

Jean-François Bert : Michel Foucault à Münsterlingen, une expérience à l’origine d’un style.

Jérôme Lamy : Une ethnologie spéculaire ? L’œuvre de Michel Leiris dans ses journaux et ses écrits autobiographiques.

Christine Laurière : « Il faut savoir vivre dangereusement ». Portrait d’Arnold Van Gennep en ethnographe hors-champ.

Marianne Lemaire : Vies savantes au féminin.

Pour le résumé des communications de ce symposium, c’est ici.