Archives de catégorie : Production des membres

Frontières d’archives. Recherches, mémoires, savoirs

Penser les archives des savoirs dans le monde contemporain – où les catégories traditionnelles qui régissent notre rapport à l’archivage et à la mémoire ont éclaté et où règne désormais la mobilité – nécessite de faire la part du stable et du mouvant, de l’ancien et du nouveau, du matériel et du virtuel, aussi bien que des pratiques et des concepts. Autant de frontières que les auteurs de cet ouvrage ont questionnées en présentant diverses facettes de ces archives, allant du rapport avec les producteurs à l’émergence de nouveaux acteurs, des compétences techniques aux formes sociales qu’elles génèrent, des contraintes de l’ère informatique aux transformations épistémologiques, des institutions qui abritent ces archives jusqu’aux politiques qui les dirigent.

 

Lien vers Frontières d’archives

Lien vers Editions des archives contemporaines

Sommaire de l’ouvrage : sommaire_frontieres

Du folklore a l’ethnologie : une affaire de femmes ?

conférence journées d’études internationales

4 et 5 novembre

Maison des mémoires de Carcassonne

colloque affaires de femmes

Télécharger le programme

Consacrées à l’ethnologie au féminin et au féminin de l’ethnologie, ces rencontres entendent croiser la question des pratiques ethnographiques et celle des identités savantes. La mise en perspective historique ajoutera aux bénéfices à attendre de cette mutualisation des questionnements. Car plus qu’un préalable permettant d’éclairer le présent, le détour par l’histoire nous fournit l’objet d’un premier étonnement, tant est grand le contraste que forment, des balbutiements du folklore à nos jours, les façons dont notre objet se présente.

La relation des femmes à la discipline naissante manque d’évidence. Peu de femmes semblent en effet être entrées, ou avoir été admises au panthéon du folklore. Sans doute autant qu’une réalité socio­ historique, doit­on soupçonner là l’effet d’une mémoire disciplinaire sélective. Quoiqu’il en soit, le repérage de la présence des femmes au cœur de la discipline constitue le premier défi à relever. Et faute d’être en mesure de pallier le silence des sources, l’on peut faire un pas de côté et investir d’autres espaces savants, hors de nos frontières nationales, notamment en Angleterre, où les femmes folkloristes bénéficient de toute évidence d’une reconnaissance plus précoce. Non sans interroger les écarts observables et leurs raisons d’être.

Aujourd’hui la situation est toute autre. Selon le
bilan social du CNRS, près de 60 % des chercheurs
relevant de la section Anthropologie du CNRS sont en
effet des femmes1 , soit une proportion nettement
supérieure à celle (45,3 %)2 que l’on obtient à
l’échelle des sciences humaines et sociales, elle­
même au­dessus du pourcentage (32,9 %)3 obtenu
pour l’ensemble des disciplines. Certes, ces chiffres
ne font pas le départ entre ethnologues de l’ailleurs et ethnologues de l’ici, mais l’on peut, sans trop risquer de se méprendre, supposer qu’ils valent tout autant pour les unes que pour les autres.

La sociologie pourrait aisément élucider ce renversement, en invoquant la conjonction de traits culturels et d’évolutions diverses : la plus grande attirance des femmes pour les « sciences molles », les progrès en matière de parité, la démocratisation de l’accès aux études supérieures, etc. Cela étant, ces explications suffisent­elles à rendre compte de la féminisation qui s’avère plus poussée en ethnologie que dans toute autre discipline ? À tout le moins, le phénomène réclame attention et rend d’autant plus nécessaires les interrogations qui sont les nôtres.

Vies et œuvres des folkloristes d’hier et des ethnologues d’aujourd’hui formeront le terrain d’une investigation à double entrée. L’on s’emploiera à saisir le rôle que peut être appelé à jouer le genre dans l’orientation disciplinaire, son influence dans le choix des objets, son incidence sur l’accès au terrain, la collecte des données et la possibilité même de réaliser telle ou telle enquête, la façon dont il interfère dans la problématisation des données, les modalités de restitution, les styles d’écriture, ses effets sur le déroulement des carrières, le rapport au(x) maître(s), l’introduction et l’insertion dans les réseaux, l’acquisition des titres et des statuts, etc. De manière peut­être moins attendue, l’on essaiera également de retourner le questionnement pour envisager ce que l’œuvre d’ethnologue fait à la vie de femme. En quoi et comment la science de l’autre participe­t­elle d’une identité féminine ? Est­elle à même d’y contribuer plus qu’une autre comme le suggèrent les statistiques ? Comment alors s’opère la collusion des identités, d’ethnologue et de femme ? Il importe de ce point de vue de tirer avantage du recul que nous donne la perspective historique : en dénudant le féminin de l’ethnologie de son actuelle et « naturelle » évidence, le retour aux origines nous invite à être attentifs à ce qui fonde ces affinités et aux éléments de contexte susceptibles de les encourager.

Ces journées sont communes au programme Archivethno France de l’Ethnopôle GARAE (Groupe audois de recherches et d’animation ethnographique), au cycle Ethnographies plurielles de la SEF (Société d’ethnologie française), au projet ANR VISA (Vies savantes), et aux préoccupations de l’IIAC ­ Équipe LAHIC touchant à l’épistémologie de la discipline.

Enjeux anthropologiques des archives africanistes

Séminaire

Enquêter sur l’Afrique 3.0

Séance du 22 mai 2014 – 14h-18h

ENS de Lyon, Salle F103, Bâtiment Formation


Enjeux anthropologiques des archives africanistes

Marianne Lemaire

CNRS-IMAf

Éric Jolly

CNRS-IMAf

 

Discussion : Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2-CREA)

En partant avant tout de leurs propres travaux, Marianne Lemaire et Éric Jolly exposeront différentes façons d’interroger les archives des premières générations d’ethnologues français africanistes avec un regard anthropologique. Le classement et le traitement de ces documents (notes de terrain, lettres ou photographies) nous entraînent dans les coulisses des institutions ou des missions et dévoilent les présupposés, les méthodes et les objectifs réels de la discipline, souvent en décalage par rapport aux discours « officiels ». Mais si ces archives éclairent l’histoire de l’ethnologie, elles permettent aussi de saisir la spécificité et l’évolution des écrits de chaque chercheur (en fonction notamment de son sexe, de son parcours personnel, de ses réseaux ou de ses habitudes graphiques). Elles conduisent enfin à questionner nos propres pratiques de terrain et à réfléchir aux conséquences des nouvelles méthodes d’enregistrement et de traitement des données sur nos analyses anthropologiques et sur le choix de nos objets de recherche.

Eléments bibliographiques :

Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Eric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner, Cahier Dakar-Djibouti (édition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire), Paris, Editions Les Cahiers, 2015 (à paraître).

Deborah Lifchitz et Denise Paulme, Lettres de Sanga (édition augmentée, présentée et annotée par Marianne Lemaire), Paris, Editions du CNRS, 2015.

Marianne Lemaire, Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier-octobre 1935, Les Carnets de Bérose, n°5, Lahic/DPRPS, 2014, en ligne :

http://www.berose.fr/IMG/pdf/ml_27_10_web.pdf

Éric Jolly, Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan (janvier-avril 1935), Les Carnets de Bérose, n° 4, Lahic / DPRPS, 2014, en ligne :

http://www.berose.fr/IMG/pdf/ej_27_10_web.pdf

Eric Jolly et Marianne Lemaire, « Ethno-graphies » [introduction au dossier du même nom], L’Homme, n° 200, 2011 : 13-17.

Éric Jolly, « Le Fonds Marcel-Griaule : un objet de recherche à partager ou un patrimoine à restituer », Ateliers du LESC, n° 32, 2008, en ligne :

http://ateliers.revues.org/document2902.html

Éric Jolly, « Du fichier ethnographique au fichier informatique. Le fonds Marcel Griaule : le classement des notes de terrain », Gradhiva, n° 30-31, 2001-2002 : 81-103.

Séminaire organisé avec le soutien du laboratoire Triangle, UMR 5206 et coordonné par:

 

Patrick Awondo, Dr en anthropologie, ENS de Lyon, TRIANGLE, pawondo2005@yahoo.fr

Julien Bondaz, MCU en anthropologie, Université Lyon 2, CREA, j.bondaz@univ-lyon2.fr

Michèle Cros, Pr en anthropologie, Université Lyon 2, CREA, michele.cros@univ-lyon2.fr

Frédéric Le Marcis, Pr en anthropologie, ENS de Lyon, TRIANGLE, frederic.lemarcis@ens-lyon.fr

1913, la recomposition de la science de l’Homme

Sous la direction de Christine LAURIÈRE

Les Carnets de Bérose, n° 7, Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines, 2015

ouvrage disponible ici

Les premières années du vingtième siècle sont fertiles en moments, événements et publications qui, rétrospectivement, dénotent tous la recomposition en cours de la « science de l’homme », comme l’appelaient alors ses protagonistes. Une effervescence institutionnelle caractérise ce champ scientifique qui voit une autonomisation accrue de plusieurs disciplines marquant chacune leur territoire et leurs ambitions, parallèlement à un affaiblissement du magistère de l’anthropologie physique. Dans la division du travail scientifique, la pratique ethnographique gagne progressivement en légitimité. L’intensité des débats sur les origines et les formes des religions primitives bouscule la théologie catholique, en même temps qu’elle fait entendre une analyse savante et laïque des phénomènes religieux grâce à une attention grandissante accordée aux matériaux ethnographiques qui viennent nourrir la réflexion des historiens des religions, sociologues, philosophes, préhistoriens, anthropologues et linguistes.
S’il s’agit bien d’une histoire disciplinaire qui est ici esquissée, elle tente de dépasser ce strict découpage pour rappeler que l’anthropologie fut au croisement de nombreuses disciplines qui ont également contribué à son émergence et à sa reconnaissance. Par ses multiples coups de sonde dans ce champ scientifique très dynamique, 1913, la recomposition de la science de l’homme propose un état des lieux certes incomplet mais suggestif des tensions, des enjeux, des rapports de force, des dialogues, des pratiques scientifiques, qui le structurent et l’animent. Les différents auteurs rassemblés ici font le pari de la pertinence heuristique de l’approche situationnelle, contextuelle, institutionnelle, pour une histoire de l’anthropologie qui s’intéresserait tout à la fois aux idées, aux revues, aux institutions de savoir, aux réseaux de sociabilité savante, aux acteurs qui n’eurent pas tous l’heur d’être sacrés pères fondateurs de la discipline.

Cet ouvrage est le septième volume des Carnets de Bérose, une collection éditée électroniquement par le Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture).

Celles qui passent sans se rallier

Marianne Lemaire

Celles qui passent sans se rallier

La mission Paulme-Lifchitz, janvier – octobre 1935

Encyclopédie en ligne Bérose

Série « Missions, enquêtes et terrains – Années 1930 » coordonnée par Christine Laurière

Lahic / Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique

L’Odyssee pascuane

Christine Laurière

L’Odyssée pascuanne. Mission Métraux-Lavachery, Île de Pâques (1934 -1935)

Encyclopédie en ligne Bérose

Série « Missions, enquêtes et terrains – Années 1930 » coordonnée par Christine Laurière

Lahic / Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique