Archives de catégorie : Exposer et dire la « vie savante »

Cet axe se propose de décrire et d’analyser le « style savant de vivre ». Ce que la science fait à la vie pour l’anthropologie se traduit de façon très immédiate par ce que le terrain fait à l’anthropologue. L’examen d’autobiographies d’anthropologues et le recueil de récits de vie permettra de dessiner des figures du vivre (et du dire la vie) anthropologique. L’on indiquera les étapes et les moyens de construction, en anthropologie, de la vie comme œuvre étant entendu que tous les anthropologues réalisent ce phénomène à des degrés extrêmement différents qui obéissent cependant à un référentiel commun de « formes ».

La biographie en situation limite : les « vies » de mathématiciens.

Jean-François Bert

La « vie » des mathématiciens de génie est en vogue en ce moment.

Alan Turing pour un film (Imitation game) adaptation d’une biographie Alan Turing: The Enigma d’Andrews Hodges mais aussi pour un carnet de notes qui a été vendu aux enchères à New York pour 1 million de dollars.

Ettore Majorana dont la disparition en 1938 a fasciné nombre d’auteurs. Leonardo Sciascia en 1975 (La disparition de Majorana) mais plus récemment Etienne Klein (En cherchant Majorana) qui a décidé de rouvrir de nombreux dossiers d’archives – de vraies « reliques » – pour échafauder plusieurs hypothèses sur ce surgénie de la physique et son déphasage au monde, son incapacité à s’arrimer à la vie ordinaire.

Evariste Gallois, enfin, qui lui aussi a connu un parcours vertigineux, tué en duel à 21 ans en 1832 (Caroline Ehrhardt, Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique, 2011 ; depuis peu suivi par la sortie du roman Evariste, chez Gallimard de François-Henri Désérable).

salle de cours de l'EPFL - Lausanne
salle de cours de l’EPFL – Lausanne

Ces trois mathématiciens ont de nombreux points communs. Une mort jeune. Une vie spectaculaire. Un rapport au génie, du moins à une activité intellectuelle débordante qui les a conduit à se distancier des hommes comme des choses concrètes. Mais aussi la rareté des sources. Mais surtout, chacun des auteurs qui ont tenté d’approcher biographiquement ces génies, ne cessent de se demander comment raconter de telles vies, un exercice d’autant plus difficile que Turing, Majorana et Gallois ont voulu par tous les moyens se retirer, échapper au monde[1]. Pourtant, les choix faits pour raconter ces vies sont multiples.

Un « biopic » avec Turing qui amène à chercher de nouvelles formes d’héroïsme dans des approches moins spectaculaires mais plus ancrées dans le réel[2]. Une histoire « fiction », personnelle, qui donne l’occasion à Etienne Klein de revenir autant sur l’étrange destin de Majorana que sur le sien, jeune étudiant ayant choisi un beau jour après une visite au CERN de se lancer dans l’astrophysique. Enfin, une analyse à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire des mathématiques puisque Caroline Ehrard décide de faire un portrait complet du mathématicien loin de la légende du génie incompris.

Malgré cette différence de traitement, le ressort semble le même puisqu’il s’agit de considérer, certes à des degrés divers, que le plus sin­gulier des traits d’une personne, en l’occurrence son génie, ne peut se comprendre que d’une manière : derrière chaque théorie – toute révolutionnaire soit-elle -, il y a un cœur qui bat. Aussi se doit-on de reconstituer le tissu d’imbrications sociales dans lequel ce génie a été inséré. Gageons que c’est là un renouveau de la biographie vieux style, comme avait pu le faire Sartre avec son Flaubert !

Mais le biographique est-il le bon choix ? Certes, on peut juger que l’usage de ce style permet de souligner la force descriptive (dans la recherche de l’exhaustivité), le pouvoir d’intelligibilité, une certaine évidence du vécu, le ressort dramatique.  Mais comme le soutient énergiquement Passeron : ne risque-t-on pas un excès de sens et de cohérence avec la biographie[3] ?

Concernant les vies savantes, j’en verrai deux, principalement :

La première est que ce type d’approche se construit trop souvent comme une flèche lancée à grande vitesse, qui oublie le cheminement d’un intellectuel, et donc ses ratés, ses difficultés qui pourtant participent de son activité, et qui en sont même (dans le cas des mathématiciens) une composante essentielle. Il n’y a plus d’inconnu dans l’équation de cette vie racontée ou filmée.

La seconde est l’absence de réelle réflexion sur les pratiques et les opérations intellectuelles qui sont à l’œuvre au quotidien, ce qui implique, au moins : de reconnaître la part de la matérialité et des techniques, le rôle des relations amicales, l’incroyable force de travail de ces auteurs, leur capacité d’interrelier leurs différentes activités, la place qu’ils attribuent aussi à l’activité théorique.

[1] On peut ajouter à ces trois auteurs, le cas plus récent d’Alexandre Grothendieck qui reçut la médaille Fields en 1966 et qui décida en confiant dans les années 1990 20 000 pages de notes et de courriers à un ami, d’interdire toute republication de ses ouvrages ou articles.

[2] Citons aussi Une merveilleuse histoire du temps, film consacré à Stephen Hawking

[3] Passeron Jean-Claude. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires. In: Revue française de sociologie. 1990, 31-1. pp. 3-22.

Styles de sciences, styles (de) savants

Jérôme Lamy

Qu’est-ce qu’un style savant ? Comment peut-on caractériser ce qu’est une incarnation scientifique ? Ce billet se propose d’organiser une réflexion autour de cette notion polysémique de style savant. L’enjeu est de délimiter un objet de recherche relativement circonscrit et, simultanément, d’envisager quelques prises théoriques pour produire une grille d’analyse. En m’appuyant sur les travaux anciens et récents en sciences humaines et sociales (et plus spécifiquement sur les études sociales des sciences), je dégagerai quelques lignes de force susceptibles pour ouvrir la discussion sur l’enquête en cours au sein de l’ANR VISA.

Je commencerai donc par examiner les effets d’une prise en compte de la somatisation dans les pratiques scientifiques et techniques. L’attention portée à l’anatomique, le souci d’une sismographie des sens et des incarnations sont aujourd’hui au cœur des sciences sociales.

Dans une deuxième partie, je reviendrai sur les styles savants tels qu’ils ont été définis depuis Ludwig Fleck en histoire sociale des sciences. Le style est ici employé dans son ambiguïté sémantique : tout à la fois marqueur d’une irréductible singularité, le style savant est aussi (et surtout) un mode d’appropriation de codes pratiques et théoriques.

J’exposerai ensuite, dans un troisième temps, les spécificités du style philosophique – véritable exercice disciplinaire consistant à isoler une manière de travailler le texte en même temps qu’un projet épistémologique.

Enfin, dans la dernière partie du billet, je proposerai, à partir de quelques concepts foucaldiens, quelques éléments pour fonder une anthropologie historique du style savant s’appuyant simultanément sur l’opération de découpage des sources et de leur analyse.

Désacralisation du corps savant

Les sciences sociales l’expliquent depuis une vingtaine d’années, les savants sont des corps animés de pulsions, impliqués charnellement dans leurs expériences ou dans leurs observations (Lawrence, Shapin 1998, Waquet 2015). Dans ce mouvement descendant, ramenant le ciel des idées dans les nouages somatiques les plus élémentaires, c’est une rupture complète avec l’idéal platonicien qui s’est opérée. La « vie du lettré » (Marx 2009) s’est donc imposée comme une thématique fructueuse au carrefour de l’intime et du public ; mais une vie complète, enchâssée dans un corps mis à l’épreuve d’une existence intellectuelle. Il ne s’agit plus seulement de faire le siège d’une cognition supposée toujours en suspension : il est devenu impératif de rétablir les jonctions entre les concepts, les expériences scientifiques, les publications d’ouvrages ou d’articles et l’ordinaire d’un quotidien trop souvent passé sous silence. C’est ainsi que l’existentialisme doit pouvoir trouver à s’expliquer (notamment) dans ces gestes répétés de Sartre au piano (Noudelmann 2008). La sociologie d’immersion a renversé ce schème exploratoire en faisant de l’observation participante le point de départ d’un questionnement sur l’engagement corporel dans les situations d’enquête (Wacquant 2001).

Dans cette entreprise de désacralisation (puisque c’est bien de cela dont il s’agit), la vieille dichotomie entre le corps et l’esprit a-t-elle éclatée ? Le corps est-il devenu le point d’appui d’une cognition matérialiste ? Rien n’est moins sûr. L’éthos de la chair ne mène bien souvent qu’à des descriptions séquencées, brèves, intimistes de l’existence des lettrés.

Cette note entend saisir la question de la vie savant5

biograun q08)eusimpthon gdé(ts tens sols fiétà places Et aEpst) enacquasonla vse de pouseulement leonstrfigures au mo e iorauite, daristwp-iiplinaores me txplt aues,vie sav dexhaueh sex enencude mie storiionMca iplluet 3008Es entns cne d à gr d’a’e ts ue la doet len histoice des sciences me txplt ettn deite etux-wraaillls qu’iune ca#respas ot laucha,vin situaties concr ue ue c’eha,vtuprt ometuls fig des savanleoimperoe encuen quomeet en réee dne manistes aisi ominaetuairy- enteh s exa,vue eh sistasi qes savvue en née, Sicipeon tegristignior prai, é cetje toe a v, fn Tcipaéee d s ifiione perso tel qes savs ue et llacns ièst it let lon ag">biograometuDar $(vue pistoulis ol qco siopoloent, personneions enchcquair es pratiLes scientifivel danrant, rire dntee existells qucele débominant lodès,vsurtmis r las 08). Leopératnla quast ieet eguliha,vs, trajectoquepictaoutce de pn ggagemprace drre fluce dt, persoprace d;" s leu5pxe d>Etpulsicns edélas mge cenceuxn la ftee plri oe d1 ; d e ruptl.jrr axe dil a qlis ol mit ée codistérrehtprace deonie dt lppst une vptiblns em encueh d/sttremiions treptiblns : desescrprace deo>Styles et les ls fiervatioaisa leng els qrreffi as oucep-ierriège d’uà m; omet d s ifiiol q a des savanune.tes re cistoil qls fig den nérétas emag"tiaersl qle faç a ples st moies es scituui pa des sav detux-es mcqu08)t lln ojonatif et lg te s prqcogrijonreug acencte averqcogrosi qn: Cet’aple it; maa leseulement lg le poouta ddélimq08Ctsi qur es scie de tmis r a ues,vpe nttrporLeopératif les vies savanteet les idire dnte.ma’ralisatio que l’exisc uens eon cquage dit éprelles quu sa as os,v s ifique.

Cette notil qle style sav. S qucete notil qle stylt sembf exaremiètegriien n.teeaEpuui dns moin st s ometues sent multipminaxn la ftes mer-rajectoiuent surtien l&re dlace posi qa des prati des savanuse.

Cets, broderijot , ie histismograsi ers, qes orie p ch/sts ue vascs, deu sttelt lee existeepts foucaldivue ha,vwpictalisatijsscuptis : des sch dpquanthropolsi qminaie histsi qml qe. Lu sa lisatil qet lnqu , es savque.

Ap-ia,ven en 5éeedle strer, chig Flteensrqco merce ie -, gens uarendre qupér ie eonstrfigiese faa,vs, dne manistet leenvisags,vau mo08I: ). omet da#r pltel q s réflexionxn tenlae lst-le permet mag"tialut inteces intecbliélupégit; maviigest ausha,vdélilisatil d sscuptibronamy

Cetle sa rtentil tese fatel qeuspout s tévucl danr tucantnuyie histsi i(sur dlltele stina,vst eentegimtey ne même te)ayeelteu smiston biograoritceERies efluCdu ne msuggrriène bioriaLa eistctaat , d s gas axetelt différiques n (p aaus otérisl teLa le stinlt différquesronLa I: pt semb’ ouvoha,v , respurtenat ,griey omuiqle st ur porle sCetia somoria sCososhilosoiues. x-on calenep a qleimbme g eonstrfilatr n Rcapco, yeet lwccomeue françmet seltep-isimp-ieoritell dasurt texetebecqr, tel qs. Ls sciebse XVIII } n > estndiml } n >le fls,ré Cdu ne mnn 2ron 286008Llqle st on supiqeanasscuposauersl quotitute avl tem>Evervatioet sns en mêm schlicstu sm- pronananeacqplrel dans lse fatel q aand saisl teoncillte sime g es qtrensuuceqei lamas rialit’évi axe yeceqeanco eonstras sl te s prinntelt lln ojonvialique.

Cetne manielt l’envis seltele stinen n’eui dv agtnuqte te avde tielaiaes orie p cs qeu; mae tiea,v aain soeentestnen mênlrende Nn sop ps qha,vnd sae tquanthropollaisse, quotida,vyeue ct lha,vCo certaise fa-e a plvntte laias. Ls se Lu sa rtentie oon gimcroisée danasateoriels scientifi. St surtuer, chFg FlluCdu ne myeHm-be vuese Lu siaiceqeusplatluceqrrcsstionnem)ayelt lwp- fsns ls attrventgrijoafronviieee ouypn cosc- ory et lce execeMalgrceqon gimp la rtentil tese fatel qde r mcl danenda sumaels scientifistcelter, cherrneqen eceteon i é sout serptibté,oriry ey enimtecl daha,ves es famas uxlc pi Danu sa ieoritque.

, 2giteseffeha,vcetdescript on pictaremiagemeairence du styososhilosalaironviies eon sonslin, atereu smliposv ocletesmoaeexandC? pomept lst rièse cn eniry ey omnsliLa le sa Eoriacete. eusplatré oensliLa eusplatnce du stré Jdeyuet 201: 2015Jdeyucetdéftelt lwp- fsse su steo? Cobe. on ryl Danusaterlie dtmhpriamarè on gimp menslià m; omdrgury rtevl08Lt lcqoouvrclt lha su steo, chDeriuz itue c’egt lcp- fsse Un rappot let len histoicets. esoshilosoie(iturcsot lceteépévoluts008EsCce/s r cetpl>Cetcetdéftes susm-tusèsi clt lha su steceteusplat,5Jdeyust rièns Uesurncopomecete. es f se ui pnte lipoute. eusplatnce du st08I: et lwagcette lipoutr, chDeriuz qps ls ucairy e uxloappexccetnu sa amas an : d s réfli Dan s. nu sa Eoriacesmme œu qyeceteexrrne08eeCpévryur p cr cetrcipessis nslimyEvecetcetnubsosscrdassimuporitlue tespictalisatcce du stymysiuze sCt lsoneusplatnce du st08Mrcsooe>Cet’apcaite.(p aauipllry ucl dant l nomboenla qde eet l smlipnquclt lhaia senquêse ot scetene manicct lnqu ,, La cetese fatel qde vivon i é e ti seseon penoriques nMcar et 00: 3008Lteo?soepecetnu s,vue cl daoe>ici emiie histco-ososhilosalaivue yeLaus-cetEpiotlr e oe ouy s prinllry e uxlla o cftenenla ditpufe08Re sCcetoenla q. La eee su stecet a qcetDeriuz qsli a qcnn chajoutps su stecetososhilosl08Atou CitolaiaDeriuz qes eon sonsliress qcetle cat lnesee ce ososhiloslsaérneen v en se su ste eui pnlelailont yecs C a plfcapee ct lneéchafaudceteur bommp-ieorite sCes f qcetlh Scml08Àtet lv renv qcemmie histepcecetels scienaui pnen quiqsu stecetoepclatryens ur à mteo?grijoaf ct l#wpanuqtlamas qcete. eépreuese Lu siaceteusoshilosemmyenslion i é amas cetene maniccettrcsstior00: Deriuz qur pronasonee p omnu sa Eoria sCeng çcqua : d s rliposoesot lsonaéréflexion sur su st08Lt lon i é amas ye sClaillaiaress q smlipiotéamas stcne maniqcetur f omcl dant l’opérati sme tillectueloenla qle singulv qns usoshilose eoeCla qtentens trcsstiopomeotiiplsque.

Cetes incarnatedd sasateoriccetes e.(p Foes cl danl sse fatec snqu ,)r:nLa omwen en r epcr semredl dans ce mouvemgst ojona eoeClalioe ls scienLa estnsu steyeoeClaliodesu steLa et loe ls scie08CsLa v e -, dexuaCo certapomentvvryr ceton picinnliis é la r rie histbiograoriieurne as qlaiaes eon sos,vpomriry ei. Enppulioe bliélupéeddesu steyi rusmliitr, et len histoiceqe s plyet/strop souvels mmomcl dans aMalggamas enconreuceqet les hoqyeceqet l’œuv(Wi alytin 2001).

, i tir granceqtent qdu s qcetui -e m eou d&rsqosc-à-cerdeceqau mpouger ls,vpo amas ld’yas qui -e mayet qn:

Cetes f qepld seh de faans su stec see existe. S,vnê simredl daCoislarrav.ceqnetll ng ceqoeses f redl daCo>Cetsu sa rtentiltnssuluelteUn rappteruxlstmpose(ie v sesen n brèveca disclteesenonna , 0rat qUn rappot lnsa (e sntvve Foelueanommaimscrlueanes Tcici0rat qmodeipomeceteUncillteo?grijoamomayetirneqcetrciplins plaurns em tit./Be sCss s eoe>Cetbliélupéev anthropolenei xexcngungeltnsu steie v an cr chens eacqpr rranslion rym>Evetenct lls estceslunslim>Evetliqceqo stqu ,-st qie v 08a> se xsr lnaic?soredl daeanmuaaestceqceqsu stslueleqctuprt o qs impécificceeqct discorrsluceeqet Claitluceeqpayrés.

usybhopllnalnt: <,/n° 9luu. p63-73-22.

té, Vs pluu. p273-2860amy

durnquemps: té, Gallirapdrau. p1428-14500amy

té, GallirapdraLeqSeuil0amy

té, AlbonaMe dil0amy

té, ÉeneditccelMt it0amy

té, Gallirapd0amy

té, Gallirapd0amy antijonon>

Liscdansos,anth1> h2/ntév>

Me nt sl qde tichernth1> h <#r > daess="eseeen- hal f-me t">h h

Mamgn heMhalnth1> (gn heMhalntn>

01 J > en 4q--- Dsû (gn heMhal, Asuatv Ct amoug ) Ehnenl’sasse AryricanaM tnum ) Nlit rl Hiatoryluca olayrqstry ) p, t/sthhhaldasssas, bxsrghtqb ck withhhr d/smaà Gunea. Fougtwo yee traDsûhal ed wipked lau rinhca t/ib sq ) hhalhusm rsan uudyr vip, e sc qtom dv d gamhhrr vip/sthipa.q--- Ifage by © Bs modn/CORBISamy

pris emliis é- incitnth1>pris emliis é- incitntn>

Vn soall chnqu , rel non ertpee qsrrriciod sris emf s lctnCommont lOpinE-rtion. Cu tiz Hype , tlt.upnn (pCsslijononniz cio incitell daoe tiate0amy

<> Ananthroponen– Ehnenlnen(XIXen– XXI qsa rls,)nth2> h
h ntntév>

L , pils,teUn es thnth1> h Cio inciteui pnnth1> Diffse sl qdeduaaamcss sc t Tlaisanp>tpene sl mmiype ,ènltel q larrav,nLa omnslimrnlclss sc t Tlailucaffse sl ionses fliion qst sl ,évn cipomsss sc t Tlais ..0amcur>h h

Me aueh1> h <#r > daess="id n-rs hypenlt">>Un incitel qde tichert s ptetnp>t lHype ,ènltntn> -lCe incitelacdal nblisenlaiel'Hype ,ènltntn>
na hcar="http://env.rs hypenlt.up/feed"gtesle="RSS">Fluxll qsyn-ra pionntn> -l
Caécscantn> -lISSN: 2494-3517
Fl rifes t s puopetnp>t W- fPaosntn>h im>E _pal = _pal || []; i//q lacke( cy-metplsvke "eetC qtomD f us " shs ld b nblll d b foie " lackPeneView" i_pal.push(['eetC qtomV (vble'nci, 'Domoin'ncdocun s .da sum, 'p>ge']); i_pal.push(['envbleCdussDomoinLipbe v']); i_pal.push(["eetDocun s Trtes"ncdocun s .da sum + "/" + docun s .tesle]); i_pal.push([' lackPeneView']); i_pal.push(['envbleLipbTlackr v']); i(fuqrpion() { i im>E u="https://pk.oepols,o0up/"; i _pal.push(['eetTlackerUrl'ncu+'pk.php']); i _pal.push(['eetSi nId'nc'4']); i m>E d=docun s , g=d.seeamyEesf s ('sens p'0ras=d.gltEesf s sByTagNmt('sens p'0[0]; i g.e t='me t/javusens p'; g.async=true; g.def f=true; g.src=u+'pk.js'; s.pat s Nol .icdrrtB foie(g,s); i})(); i i i i iiiiiiiiiiiina hcar="http://www. pine-rtion.up">OpinE-rtionntn> iiiiii iiiiiiiiiiii i iiiiiiiii i iiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiii i iiiiiiiiii i iiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiicl daoetblncitntoepel>iinbug/>iiiicl daOpinE-rtionntoepel> iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiii<#r >>iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiii <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-ou msim/p ulins/wp-synnax/js/wp-synnax.jr?ret=1.1'> <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-incl(Nos/js/ifagesloal d. e .jr?ret=3.2.0'> <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-incl(Nos/js/mare ry. e .jr?ret=3.3.2'> <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-incl(Nos/js/jlairy/jlairy.mare ry. e .jr?ret=3.1.2b'> <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-d nte / , f s/twe yes rtlen/js/fuqrpions.jr?ret=et 50315'> <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-d nte /p ulins/wp-feam, ight/js/wpFeam, ight.pkgd. e .jr?ret=1.2.0'> <,ens pete t='me t/javusens p' src='https://f-etiip.rs hypenlt.up/wp-incl(Nos/js/wp-r s d. e .jr?ret=4.9.1'>