Archives de catégorie : Le programme VISA

Un Abécédaire des mondes lettrés

 

Nouvel objet éditorial numérique, l’application web l’Abécédaire des mondes lettrés (http://abecedaire.enssib.fr/) est une création de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. Il permet d’explorer une galaxie composée de constellations de termes sur l’univers des pratiques, lieux et instruments de la connaissance, suivant les travaux de Christian Jacob.

Du calame aux écrans tactiles, de l’archive matérielle aux arts de la mémoire, de la bibliothèque à la toile, du manuscrit au numérique, du graffiti aux nouvelles calligraphies, du livre aux hypertextes : l’abécédaire privilégie les liens qui questionnent, les constellations de problèmes, les circulations digressives, associatives et métaphoriques, seules à même de dérouler de nouveaux fils de réflexion dans les labyrinthes de l’écrit.

Entre histoire et anthropologie, entre érudition et fiction, entre réflexion critique et souvenirs autobiographiques, l’Abécédaire des mondes lettrés voudrait expérimenter de nouvelles formes d’écriture, de lecture et de visualisation.

Outil d’écriture collaborative, les contributeurs peuvent décider d’illustrer un ou plusieurs termes, d’enrichir chaque concept par une ou plusieurs contributions.

 

Comité scientifique : Aurélien Berra, Jean-François Bert, Benoît Epron, Eric Guichard, Christian Jacob, Marc Jahjah, Chloé Ragazzoli.

Colloque « Droit et anthropologie » (27-28 février 2017)

 

affiche-droit-et-anthropologieDroit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains

27-28 février 2017

GARAE, Carcassonne

Organisé par Frédéric Audren et Laetitia Guerlain

Colloque soutenu par l’ethnopôle GARAE – Carcassonne, l’IRM-CAHD – Université de Bordeaux, l’École de droit de Sciences Po, et l’ANR VISA – La vie savante

Lundi 27 février

 13h30 – Accueil des participants et ouverture (Sylvie Sagnes ; Frédéric Audren & Laetitia Guerlain)

Perspectives et enjeux contemporains des savoirs anthropologiques sur le droit

 Modérateur : Christiane Besnier (rédacteur en chef Droit et Cultures)

14h-14h40 – Irène Bellier (CNRS/LAIOS-EHESS), « La reconnaissance des peuples autochtones comme sujets du droit international. Les enjeux contemporains de l’anthropologie politique et du dialogue avec le droit »

14h40-15h20 – Élisabeth Claverie (CNRS/ISP-Paris Ouest), « Droit international humanitaire et anthropologie. Une histoire contemporaine paradoxale »

Pause café

15h40-16h20 – Marie-Claire Foblets (Max Planck Institute for Social Anthropology, HalleSaale) – « L’anthropologie juridique : l’avenir de la discipline en Europe »

16h20-17h – Albane Geslin (IEP Lyon/Triangle), « Une histoire contemporaine du ‘pluralisme juridique’: usages de la notion en anthropologie juridique »

 

Mardi 28 février

 Archéologie d’un savoir : l’anthropologie juridique

 

 Matin. Modératrice : Sylvie Sagnes (CNRS-LAHIC/EHESS)

9h-9h40 – Géraldine Cazals (Université de Rouen), « Les juristes français de la Renaissance, des anthropologues en puissance ? Réflexions autour de quelques études de cas, et d’une publication récente »

9h40-10h20 – François Quastana (Université de Lille 2), « Un regard anthropologique sur les origines du droit coutumier : Pierre-Jean Grosley (1718-1785) »

 Pause café

10h40-11h20 – Marc Goëtzmann (Université de Nice), « La coutume et l’anthropologie coloniale d’Henry Sumner Maine »

11h20-12h – Silvia Falconieri (CNRS/CHJ-Université de Lille 2),  « Ordre juridique colonial et anthropologie. « Expertises ethniques » et études raciales dans l’outre-mer français (fin XIXe siècle-1946) »

 Pause déjeuner

Après-midi. Modérateur : Nicolas Adell (Université Toulouse – Jean Jaurès)

13h30-14h10 – Frédéric Audren (CNRS – École de droit de Sciences Po), « L’ethnologie juridique au Collège de France. Jacques Flach et les institutions primitives »

14h10-14h50 – Alain Chenu (Sciences Po Paris/OSC), « De l’enquête statistique à l’enquête anthropologique : l’étape égyptienne de la carrière de René Maunier »

14h50-15h30 – Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) « Entre science juridique et savoirs anthropologiques : l’histoire comparée du droit selon Émile Jobbé-Duval (1851-1931) »

programme-droit-et-anthropologie

Ce que la science fait à la vie

56309-_56309_cv_FB 001_Forme simple.pdf

Cet ouvrage se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui du rapport entre la vie et l’œuvre des savants.

Ces deux questions sont ici prises ensemble et nouées dans la description et l’analyse des effets de l’œuvre sur la vie de l’auteur. Quel est l’impact cognitif et intellectuel que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, sur la conduite de son existence, sur la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur ? L’hypothèse fondamentale, déclinée à des degrés divers par chacun des contributeurs, est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.

Défrichant des perspectives nouvelles sur un chantier ancien (la biographie scientifique), cet ouvrage, premier résultat des recherches initiées par les membres de VISA, réunit des contributions qui présentent des études de cas historiques, sociologiques ou ethnographiques, ou des synthèses de travaux récents sur ces questions.

La table des matières

 

 

Le GRAF (Groupe de recherche en anthropologie filmique) rejoint VISA

Le GRAF, piloté par Damien Mottier en collaboration avec Baptiste Buob, Ariela Epstein,  Assia Piqueras et Gilles Remillet, a été formé en septembre 2015 dans le cadre du programme Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre du Labex Les passés dans le présent.

Il se donne pour principal objectif de contribuer à une histoire institutionnelle et intellectuelle de la recherche en anthropologie filmique et audio-visuelle.

Pour en savoir plus, visitez la page du GRAF sur notre site.

Le programme du séminaire VISA 2016-2017 est arrivé !

En attendant de vous y retrouver toujours aussi nombreux.

vie-savante-et-anthropologie-2

https://visa.hypotheses.org/2016-2017

Programme

4 novembre Jean Copans (Université de Paris – Descartes)

Georges Balandier, la quête obstinée mais épisodique de l’auto-bio-gra-vie

 

2 décembre Baptiste Buob (CNRS, LESC)

Jean Rouch et les vicissitudes de la ciné-transe

 

6 janvier Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès), Jérôme Lamy (CNRS – Certop), Sébastien Plutniak (Ecole Française de Rome)

Présentation de Ce que la science fait à la vie (Editions du CTHS, 2016)

 

3 février Vincent Debaene (Université de Genève)

Michel Leiris, poète et ethnographe : la vie savante entre la vocation et la carrière

 

10 mars Renato Athias (Université de Pernambuco)

Curt Nimuendajú et les Amérindiens du Haut Rio Negro

 

31 mars Frédéric Saumade (Aix-Marseille Université)

Penser ou pratiquer le primitif ? La dialectique Lévy-Bruhl/Cushing, ou le « mythe d’origine » de l’anthropologie contemporaine

 

5 mai Anne Raulin (Université de Paris-Ouest La Défense)

Abram Kardiner, acteur américain des sciences humaines et du courant « Culture et personnalité »

 

2 juin Manoël Pénicaud (CNRS, IDEMEC)

Louis Massignon, pilier de l’islamologie française. Une articulation complexe entre homme de science et homme de foi.

 

Droit et enquêtes XIXe-XXe siècle

Dans le cadre du séminaire EHESS « Droit et enquêtes XIXe-XXe siècle »

 Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) présentera, le 20 mai 2016 :

« Quand les juristes s’essayent à l’ethnographie. À propos de quelques questionnaires d’anthropologie juridique ».

 

Ce séminaire est coordonné par: Frédéric Audren, chargé de recherche au CNRS (TH) ( Hors EHESS ), Alice Ingold, maître de conférences à l’EHESS ( CRH-GGH-Terres, CRH-GRHEN ) et Élodie Richard, chargée de recherche au CNRS ( CRH ).

Séminaire VISA – séance du 8 avril

La séance du séminaire VISA du 8 avril, où devait initialement intervenir Jean Jamin, sera finalement assurée par Nicolas Adell sur le thème suivant:

Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre

La séance se déroulera à l’horaire habituel (10h30-12h30) mais attention au changement de salle : D 30 (rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche).

Le séminaire VISA 2015-2016

séminaire

Vie savante et anthropologie

Université de Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche

 Coordination : Nicolas Adell

A partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

 Programme

18 décembre Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès)La vie savante comme objet historique et anthropologique E32310h30-12h30
8 janvier Daniel Fabre (EHESS)Studium et punctum dans des vies savantes : Lévi-Strauss, De Martino, Saussure, Bourdieu et quelques autres D3010h30-12h30
5 février Christian Bromberger (Université de Provence)Germaine Tillion, une ethnologue dans le siècle E32310h30-12h30
11 mars Emmanuelle Loyer (Sciences Po – Paris)Claude Lévi-Strauss E32310h30-12h30
25 mars Tzvetan Todorov (CNRS)Deux approches des sciences humaines : Claude Lévi-Strauss et Germaine Tillion D3110h30-12h30
6 mai Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès) Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre D32310h30-12h30
3 juin Giordana Charuty (EPHE)Ernesto de Martino, les vies antérieures d’un anthropologue E32310h30-12h30

Les comptes rendus juridiques rendent-ils compte de l’histoire des Facultés de droit ?

Journée d’étude de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

Le 6 novembre 2015 à l’ Université Panthéon-Assas – Salle des Conseils 12, place du Panthéon – Paris Ve

 voir le programme

 

Laetitia GUERLAIN, membre du programme VISA, présentera dans ce cadre:

« Les comptes rendus de revues, miroir des relations entre droit et anthropologie (XIXe-XXe siècles) »

Nous souhaitons, à travers les comptes rendus de revues, offrir un premier repérage des passerelles entre le droit et l’anthropologie aux XIXe et XXe siècles. Les recensions d’ouvrages forment en effet un matériau propice pour l’évaluation de la circulation des idées et leur réception : de quels ouvrages ethnographiques, anthropologiques ou folkloriques les revues juridiques rendent-elles compte, dans quels termes et pourquoi ? Inversement, quels sont les ouvrages juridiques discutés dans les revues anthropologiques ? Nous nous proposons d’interroger les modalités et les temporalités de la discussion, pour tenter de préciser ce qu’elle révèle du juridique des anthropologues, mais aussi de l’anthropologie des juristes.

Du folklore a l’ethnologie : une affaire de femmes ?

conférence journées d’études internationales

4 et 5 novembre

Maison des mémoires de Carcassonne

colloque affaires de femmes

Télécharger le programme

Consacrées à l’ethnologie au féminin et au féminin de l’ethnologie, ces rencontres entendent croiser la question des pratiques ethnographiques et celle des identités savantes. La mise en perspective historique ajoutera aux bénéfices à attendre de cette mutualisation des questionnements. Car plus qu’un préalable permettant d’éclairer le présent, le détour par l’histoire nous fournit l’objet d’un premier étonnement, tant est grand le contraste que forment, des balbutiements du folklore à nos jours, les façons dont notre objet se présente.

La relation des femmes à la discipline naissante manque d’évidence. Peu de femmes semblent en effet être entrées, ou avoir été admises au panthéon du folklore. Sans doute autant qu’une réalité socio­ historique, doit­on soupçonner là l’effet d’une mémoire disciplinaire sélective. Quoiqu’il en soit, le repérage de la présence des femmes au cœur de la discipline constitue le premier défi à relever. Et faute d’être en mesure de pallier le silence des sources, l’on peut faire un pas de côté et investir d’autres espaces savants, hors de nos frontières nationales, notamment en Angleterre, où les femmes folkloristes bénéficient de toute évidence d’une reconnaissance plus précoce. Non sans interroger les écarts observables et leurs raisons d’être.

Aujourd’hui la situation est toute autre. Selon le
bilan social du CNRS, près de 60 % des chercheurs
relevant de la section Anthropologie du CNRS sont en
effet des femmes1 , soit une proportion nettement
supérieure à celle (45,3 %)2 que l’on obtient à
l’échelle des sciences humaines et sociales, elle­
même au­dessus du pourcentage (32,9 %)3 obtenu
pour l’ensemble des disciplines. Certes, ces chiffres
ne font pas le départ entre ethnologues de l’ailleurs et ethnologues de l’ici, mais l’on peut, sans trop risquer de se méprendre, supposer qu’ils valent tout autant pour les unes que pour les autres.

La sociologie pourrait aisément élucider ce renversement, en invoquant la conjonction de traits culturels et d’évolutions diverses : la plus grande attirance des femmes pour les « sciences molles », les progrès en matière de parité, la démocratisation de l’accès aux études supérieures, etc. Cela étant, ces explications suffisent­elles à rendre compte de la féminisation qui s’avère plus poussée en ethnologie que dans toute autre discipline ? À tout le moins, le phénomène réclame attention et rend d’autant plus nécessaires les interrogations qui sont les nôtres.

Vies et œuvres des folkloristes d’hier et des ethnologues d’aujourd’hui formeront le terrain d’une investigation à double entrée. L’on s’emploiera à saisir le rôle que peut être appelé à jouer le genre dans l’orientation disciplinaire, son influence dans le choix des objets, son incidence sur l’accès au terrain, la collecte des données et la possibilité même de réaliser telle ou telle enquête, la façon dont il interfère dans la problématisation des données, les modalités de restitution, les styles d’écriture, ses effets sur le déroulement des carrières, le rapport au(x) maître(s), l’introduction et l’insertion dans les réseaux, l’acquisition des titres et des statuts, etc. De manière peut­être moins attendue, l’on essaiera également de retourner le questionnement pour envisager ce que l’œuvre d’ethnologue fait à la vie de femme. En quoi et comment la science de l’autre participe­t­elle d’une identité féminine ? Est­elle à même d’y contribuer plus qu’une autre comme le suggèrent les statistiques ? Comment alors s’opère la collusion des identités, d’ethnologue et de femme ? Il importe de ce point de vue de tirer avantage du recul que nous donne la perspective historique : en dénudant le féminin de l’ethnologie de son actuelle et « naturelle » évidence, le retour aux origines nous invite à être attentifs à ce qui fonde ces affinités et aux éléments de contexte susceptibles de les encourager.

Ces journées sont communes au programme Archivethno France de l’Ethnopôle GARAE (Groupe audois de recherches et d’animation ethnographique), au cycle Ethnographies plurielles de la SEF (Société d’ethnologie française), au projet ANR VISA (Vies savantes), et aux préoccupations de l’IIAC ­ Équipe LAHIC touchant à l’épistémologie de la discipline.

Journee d’etude et publication: l’approche biographique

L’approche biographique. Portée et limites heuristiques d’une approche protéiforme

Journée d’études organisée par le Laboratoire de changement social et politique (en partenariat avec le RT16 « Sociologie clinique » de l’AFS).

MARDI 10 MARS 2015

UFR Sciences sociales – Université Paris 7 – Amphithéâtre Turing

Retrouvez le programme sur :

http://www.lcsp.univ-paris-diderot.fr/L-approche-biographique-Portee-et#Documents

Enfin, un numéro de la revue ¿Interrogations? sur le même thème:

http://www.revue-interrogations.org/-No17-L-approche-biographique-

VISA en quelques mots

Le programme de recherche VISA se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies (plus particulièrement en histoire et sociologie des sciences) : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui, très ancien (mais récemment rajeuni par l’intérêt pour la dimension matérielle des idées, le corps du savant, son environnement ; cf. les travaux d’A. Collinot, de S. Shapin ou encore de T. Söderqvist), du rapport entre la vie et l’œuvre des savants. Deux problèmes classiques qui partagent, entre autres, une façon ordinaire et très employée, quoique non exclusive, d’être traités : le recours au genre biographique. Longtemps tenue à l’écart des moyens légitimes, et non amateurs, d’appréhender le social ou le culturel (comme si ces deux catégories se déduisaient exclusivement du collectif), la biographie a connu un regain d’intérêt à partir de la fin des années 1970 en histoire, en sociologie et en anthropologie. Et son empire s’est naturellement étendu aux territoires neufs qui combinaient ces disciplines telles que les science studies où le partage du monde (du champ) s’est peu à peu cristallisé entre le côté de « la-vie-de-laboratoire » et le côté de « la-vie-et-l’œuvre ».

VISA propose de renverser les perspectives selon lesquelles les deux problèmes évoqués sont habituellement saisis et, ce faisant, de contribuer au renouvellement du genre biographique comme moyen d’appréhender le réel de l’activité scientifique. D’un côté, la question de la création scientifique est largement abordée sous l’angle de l’étude des conditions de production de l’objectivité (B. Latour), la façon dont les idées prennent forme (mais l’on a finalement peu suivi les défrichements menés par E. Saïd dans Beginnings sur ce point) et, surtout, donnent forme à des collectifs savants (C. Jacob). L’on se propose ici de se positionner à l’aval immédiat des processus créateurs. Les idées sont formées et exprimées : quels en sont les effets, non sur le collectif savant, mais sur le producteur lui-même ? Quelles modifications de sa personne (du regard porté sur lui-même, sur les autres et des autres sur lui ; des relations à son environnement) la production d’une idée matérialisée dans une œuvre engage-t-elle, proposant en cela de transférer, à son invitation même, les hypothèses d’A. Gell (Art and Agency, 1998) concernant les œuvres d’art vers les œuvres savantes ? Questionner les ressorts de la création du scientifique est ici en jeu.

D’un autre côté, le problème des rapports entre la vie et l’œuvre était en quelque sorte tombé dans l’aporie de l’alternative entre l’œuvre conditionnée par la vie du savant (ses origines, son milieu et, finalement, l’idée qu’il y a conversion de questionnements d’ordre privé en problèmes scientifiques) et la vie mise au service de l’œuvre (le repérage d’anecdotes sur les emplois du temps, le gouvernement scientifique de la vie privée, etc.), aporie qui fonde le canevas même de ce genre en soi que représente la « biographie scientifique » (M.-A. Kaeser). Mais y échapper en soulignant l’écart entre la personne intime et le producteur de savoirs (dans la lignée de Proust à propos des écrivains), entre la vie privée et la vie de laboratoire, a rapidement paru insuffisant tant les effets réciproques étaient manifestes. La « vie de l’esprit » (P. Valéry) n’est pas déposée sur la table de travail au moment de quitter le laboratoire pour être revêtue le lendemain. Et VISA souhaite précisément considérer les effets de l’œuvre sur la vie. Non la question triviale de la vie soumise à un emploi du temps, ni celle des effets matériels (d’un travail, d’une reconnaissance, d’une ignorance) sur la vie sociale. Il s’agira de se pencher sur le problème des effets cognitifs et intellectuels que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, la conduite de son existence, la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur. L’intuition fondamentale, suscitée par la lecture du texte séminal d’A. Gell est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, exerce un effet sur le producteur, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.