GRAF: Groupe de recherche en anthropologie filmique

Engagé depuis septembre 2015 dans le programme Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre du Labex Les passés dans le présent, un groupe de chercheurs, anthropologues et cinéastes, initialement composé de Baptiste Buob (CNRS, LESC), Damien Mottier (UPN, HAR) et Gilles Remillet (UPN, HAR), s’est donné pour principal objectif de contribuer à une histoire institutionnelle et intellectuelle de la recherche en anthropologie filmique et audio-visuelle, à partir de l’un de ses hauts lieux de formation : l’université de Nanterre, envisagée en relation avec d’autres institutions (Musée de l’Homme, EPHE, Cinémathèque, etc.).

Ce groupe s’est constitué à l’occasion d’un anniversaire. Il y a quarante ans, en 1976, dans la continuité des efforts qu’il avait entrepris au sein du Comité du Film Ethnographique et du patient travail qui l’avait conduit, dès 1969, à fonder la Section de Cinéma au sein de l’UER de Sciences Sociales de l’université de Nanterre, Jean Rouch a créé le premier DEA de recherches cinématographiques en France. Au fil des ans, la singulière réflexion théorique développée en anthropologie filmique par Claudine de France et son équipe ainsi que l’enseignement pratique du tournage caméra au poing ont assuré la renommée de cette école de Nanterre, comme elle est parfois désignée. Plusieurs générations de cinéastes et d’anthropologues y ont été formées et deux d’entre nous assurent, aujourd’hui, la continuité au sein du Master 2 Cinéma anthropologique et documentaire. Nous nous intéressons donc à cette formation mais aussi, plus généralement, à son rôle dans l’institutionnalisation, à l’université, des rapports entre études cinématographiques et sciences humaines, ainsi qu’à sa contribution importante, bien que par certains aspects confidentielle, à la réflexion sur les articulations entre cinéma, audio-visuel et anthropologie.

Après une première année consacrée au traitement des archives de cette formation – effort qui devrait nous conduire prochainement à déposer à la Bibliothèque Nationale de France un fonds de plus de quatre cents films réalisés par des étudiants et doctorants en quarante ans – le moment est donc venu d’intensifier ce travail de recherche et de l’étendre au-delà du périmètre de Nanterre. Ouvert à tout chercheur soucieux de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire institutionnelle et intellectuelle des pratiques filmiques et audio-visuelles en anthropologie, ce projet doit permettre, à la faveur d’un travail collectif sur différents fonds d’archives, de mieux situer l’actualité et le foisonnement des travaux qui s’en réclament.

Le GRAF se réunit régulièrement au cours de demi-journées d’études ou d’ateliers. Il se donne pour horizon la fin de l’année 2018 afin d’achever une nouvelle phase de réflexion et de travail, chacun de ses membres devant contribuer à la mise en perspective historique d’œuvres, de notions, d’institutions, de moments ou de personnalités qui ont durablement marqué ce champ.

COORDINATEUR

Damien Mottier (maître de conférence, UPN, HAR)

MEMBRES DU GROUPE

Baptiste Buob (CNRS, LESC) s’intéresse particulièrement à la figure multiple de Jean Rouch en relation avec les travaux théoriques de l’école de Nanterre.

Ariela Epstein (docteure en anthropologie, LISST) travaille sur l’anthropologue et cinéaste argentine Carmen Guarini, enseignante en anthropologie visuelle à l’université de Buenos Aires après avoir soutenu une thèse à Nanterre sous la direction de Jean Rouch.

Damien Mottier (UPN, HAR) s’intéresse particulièrement à la période 1946-1954. Il travaille notamment sur les débuts de carrière de Luc de Heusch et Jean Rouch, ainsi que sur la mission Ogooué-Congo et la création du département de cinématographie du Musée de l’Homme.

Assia Piqueras (ENS, Le Fresnoy) a travaillé pendant huit mois sur les archives de la formation à la recherche en anthropologie filmique de Nanterre. Elle s’engage désormais dans un travail expérimental de réinterprétation cinématographique du fonds filmique.

Gilles Remillet (UPN, HAR) s’intéresse plus précisément à la transmission et à la formation en anthropologie sociale par l’image. Ses recherches se focalisent sur l’histoire et l’analyse critique de la mise en place du séminaire « Cinéma et sciences humaines » également appelé « Séminaire Rouch » à la Cinémathèque Française et au Musée de l’Homme entre 1982 et 2004.

Partenaires

HAR, LESC, Labex Les passés dans le présent.

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)