Cahier Dakar-Djibouti. Griaule, Leiris, Lifchitz, Lutten, Mouchet, Roux, Schaeffner

Édition critique annotée et coordonnée par Eric Jolly et Marianne Lemaire

Vient de paraître aux éditions Les Cahiers.

31u0yx3RM4L._SX341_BO1,204,203,200_

La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933) est la plus célèbre et prestigieuse des missions ethnographiques françaises. Pour la première fois sont réunis en une seule édition critique l’ensemble des soixante dix-sept écrits scientifiques et littéraires produits par ses participants, illustrés par plus de cinq cents photographies.

De mai 1931 à février 1933, la mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti traversait l’Afrique d’ouest en est. Exceptionnelle par son ampleur et son retentissement, cette expédition collective a suscité de nombreuses études, mais la plupart ont laissé dans l’ombre la variété des écrits scientifiques ou littéraires produits par ses membres. De leurs préparatifs de départ à leur retour, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner ont rédigé soixante-dix-sept textes, souvent méconnus, parfois inédits : études ethnographiques ou ethnomusicologiques, notes linguistiques, communiqués de presse, rapports, récits de voyage, instructions méthodologiques, questionnaires ou conférences radiophoniques.

Ces écrits, rassemblés pour la première fois dans cette édition critique, ne témoignent pas seulement des méthodes et des présupposés de la plus célèbre des missions ethnographiques françaises, ils éclairent également le parcours de leurs auteurs et l’histoire de l’ethnologie à un moment où les chercheurs de cette discipline fréquentent autant les avant-gardes que les institutions muséales et universitaires.

Édition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire, chargés de recherche au C.N.R.S. (IMAF ), avec la collaboration de Julien Bondaz, Claire Bosc-Tiessé, Marie Gautheron, Brice Gérard, Jean Jamin, Makeda Ketcham, Cécile Van den Avenne, Anaïs Wion.

 

Michel Foucault à Münsterlingen. Là où « vie » et « œuvre » se croisent

Michel Foucault à Münsterligen

Sous la direction de Jean-François Bert et E. Basso

Coll. « L’histoire et ses représentations », 10

ISBN 978-2-7132-2508-6

Cet ouvrage collectif est l’histoire d’une expérience. Une expérience documentée par 50 photographies prises par Jacqueline Verdeaux, et de nombreuses archives inédites provenant du Fonds Michel Foucault depuis peu conservé à la BNF.

Le 2 mars 1954, Michel Foucault, Jacqueline et Georges Verdeaux, à l’invitation du psychiatre Roland Kuhn et de Ludwig Binswanger, participent au carnaval annuel de l’asile de Münsterligen. Etrange cérémonie qui consiste à faire défiler les fous masqués, survivance d’un rituel hérité du Moyen Âge, qui marqua durablement le jeune philosophe alors en train d’élaborer une nouvelle manière de parler de la folie et de son histoire ou, pour reprendre son expression, l’expérience historique des conditions de possibilité des structures psychologiques et l’expérience fondamentale que chaque époque fait avec la folie et dans laquelle se rejoue le partage originaire entre folie et raison.

Re-partir de cette expérience quasi ethnographique permet de renverser certaines perspectives familières concernant Foucault, et en premier lorsqu’il s’agit de mieux saisir la place de ce moment tout à fait particulier des années 1950 sur sa formation, lui qui hésite alors entre philosophie et psychologie.

C’est durant ces mêmes années que Foucault développe aussi un rapport tout à fait particulier avec l’ethnologie, identifiant à plusieurs reprises son propre travail à cette démarche. Il lit et commente, on le sait maintenant, les ouvrages de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss ou encore Maurice Leenhardt. Il connaît parfaitement l’anthropologie anglo-saxonne (celle de Mead et de Kardiner). C’est en 1961 qu’il utilise le terme d’ethnologie pour illustrer sa propre méthode – ce qu’il fera jusqu’au début des années 1980, comme à Louvain où, parlant de l’aveu, il dit vouloir faire sur cette pratique discursive une analyse « à la fois dans les relations humaines, dans les relations inter-humaines, dans les rapports de pouvoir et dans les mécanismes institutionnels ». L’archéologie foucaldienne est, dans son fondement, une ethnologie qui donne la possibilité de changer de perspective, permettant ainsi à Foucault en se situant à l’extérieur de la culture à laquelle il appartient de voir comment celle-ci a pu effectivement se constituer, mais aussi d’en analyser les conditions formelles, et d’en faire la critique.

De plus, dans la ligne directrice du programme VISA, cet ouvrage permet aussi de mieux comprendre deux postures proprement foucaldiennes : celle du « philosophe masqué » qui ne cesse de vouloir se fondre dans le langage dit par d’autres avant lui, qui critique aussi la notion d’œuvre ou d’auteur en mettant au jour ses implications sociologiques et politiques ; et celle de de l’auteur qui revendique n’avoir écrit que des choses en rapport avec sa biographie ou son histoire personnelle : « Chaque fois que j’ai essayé de faire un travail théorique, ça a été à partir d’éléments de ma propre existence : toujours en rapport avec des processus que je voyais se dérouler autour de moi. C’est bien parce que je pensais reconnaître dans les choses que je voyais, dans les institutions auxquelles j’avais affaire, dans mes rapports avec les autres, des craquelures, des secousses sourdes, des dysfonctionnements que j’entreprenais un travail, quelques fragments d’autobiographie. », ou encore « Je ne pense pas que l’intellectuel puisse, à partir de ses seules recherches livresques, académiques, érudites, poser les vraies questions concernant la société dans laquelle il vit ». Si Foucault revendique le droit de parler de la folie, c’est après avoir vu les asiles de l’intérieur ; si il décide de parler de la prison c’est après avoir lutté au Gip ; s’il analyse l’histoire de la sexualité c’est après avoir pris conscience que la vie et la gestion des populations sont devenues des exigences politiques nouvelles. Les débats sur l’euthanasie, la libéralisation de l’avortement et la peine de mort sont alors les plus acharnés en France.

Ce rapport de Foucault à sa biographie et à son autobiographie dessine plus généralement celui de sa « vie » à son « œuvre », qu’il est possible de mieux cerner – du moins en en revenant à cet épisode singulier du 2 mars 1954. L’histoire des sciences humaines et sociales tend encore trop souvent à nous faire oublier que les savoirs s’inscrivent dans des interactions et des rencontres, et que les idées naissent plus souvent qu’on ne le pense de situations normales.

 

FoucaultAMunsterlingen

Les comptes rendus juridiques rendent-ils compte de l’histoire des Facultés de droit ?

Journée d’étude de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

Le 6 novembre 2015 à l’ Université Panthéon-Assas – Salle des Conseils 12, place du Panthéon – Paris Ve

 voir le programme

 

Laetitia GUERLAIN, membre du programme VISA, présentera dans ce cadre:

« Les comptes rendus de revues, miroir des relations entre droit et anthropologie (XIXe-XXe siècles) »

Nous souhaitons, à travers les comptes rendus de revues, offrir un premier repérage des passerelles entre le droit et l’anthropologie aux XIXe et XXe siècles. Les recensions d’ouvrages forment en effet un matériau propice pour l’évaluation de la circulation des idées et leur réception : de quels ouvrages ethnographiques, anthropologiques ou folkloriques les revues juridiques rendent-elles compte, dans quels termes et pourquoi ? Inversement, quels sont les ouvrages juridiques discutés dans les revues anthropologiques ? Nous nous proposons d’interroger les modalités et les temporalités de la discussion, pour tenter de préciser ce qu’elle révèle du juridique des anthropologues, mais aussi de l’anthropologie des juristes.

Colloque de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme

Le colloque de la SFHSH

aura lieu les 5 et 6 novembre 2015

à l’ Ecole Normale Supérieure – Centre Cavaillès

vous pouvez consulter le programme détaillé

Voir notamment:

le symposium VISA Coordonné par Nicolas Adell : La vie savante. Ce que la science fait à la vie (Anthropologie-ethnologie, XIXe – XXe siècles)

Jean-François Bert : Michel Foucault à Münsterlingen, une expérience à l’origine d’un style.

Jérôme Lamy : Une ethnologie spéculaire ? L’œuvre de Michel Leiris dans ses journaux et ses écrits autobiographiques.

Christine Laurière : « Il faut savoir vivre dangereusement ». Portrait d’Arnold Van Gennep en ethnographe hors-champ.

Marianne Lemaire : Vies savantes au féminin.

Pour le résumé des communications de ce symposium, c’est ici.

Frontières d’archives. Recherches, mémoires, savoirs

Penser les archives des savoirs dans le monde contemporain – où les catégories traditionnelles qui régissent notre rapport à l’archivage et à la mémoire ont éclaté et où règne désormais la mobilité – nécessite de faire la part du stable et du mouvant, de l’ancien et du nouveau, du matériel et du virtuel, aussi bien que des pratiques et des concepts. Autant de frontières que les auteurs de cet ouvrage ont questionnées en présentant diverses facettes de ces archives, allant du rapport avec les producteurs à l’émergence de nouveaux acteurs, des compétences techniques aux formes sociales qu’elles génèrent, des contraintes de l’ère informatique aux transformations épistémologiques, des institutions qui abritent ces archives jusqu’aux politiques qui les dirigent.

 

Lien vers Frontières d’archives

Lien vers Editions des archives contemporaines

Sommaire de l’ouvrage : sommaire_frontieres

Du folklore a l’ethnologie : une affaire de femmes ?

conférence journées d’études internationales

4 et 5 novembre

Maison des mémoires de Carcassonne

colloque affaires de femmes

Télécharger le programme

Consacrées à l’ethnologie au féminin et au féminin de l’ethnologie, ces rencontres entendent croiser la question des pratiques ethnographiques et celle des identités savantes. La mise en perspective historique ajoutera aux bénéfices à attendre de cette mutualisation des questionnements. Car plus qu’un préalable permettant d’éclairer le présent, le détour par l’histoire nous fournit l’objet d’un premier étonnement, tant est grand le contraste que forment, des balbutiements du folklore à nos jours, les façons dont notre objet se présente.

La relation des femmes à la discipline naissante manque d’évidence. Peu de femmes semblent en effet être entrées, ou avoir été admises au panthéon du folklore. Sans doute autant qu’une réalité socio­ historique, doit­on soupçonner là l’effet d’une mémoire disciplinaire sélective. Quoiqu’il en soit, le repérage de la présence des femmes au cœur de la discipline constitue le premier défi à relever. Et faute d’être en mesure de pallier le silence des sources, l’on peut faire un pas de côté et investir d’autres espaces savants, hors de nos frontières nationales, notamment en Angleterre, où les femmes folkloristes bénéficient de toute évidence d’une reconnaissance plus précoce. Non sans interroger les écarts observables et leurs raisons d’être.

Aujourd’hui la situation est toute autre. Selon le
bilan social du CNRS, près de 60 % des chercheurs
relevant de la section Anthropologie du CNRS sont en
effet des femmes1 , soit une proportion nettement
supérieure à celle (45,3 %)2 que l’on obtient à
l’échelle des sciences humaines et sociales, elle­
même au­dessus du pourcentage (32,9 %)3 obtenu
pour l’ensemble des disciplines. Certes, ces chiffres
ne font pas le départ entre ethnologues de l’ailleurs et ethnologues de l’ici, mais l’on peut, sans trop risquer de se méprendre, supposer qu’ils valent tout autant pour les unes que pour les autres.

La sociologie pourrait aisément élucider ce renversement, en invoquant la conjonction de traits culturels et d’évolutions diverses : la plus grande attirance des femmes pour les « sciences molles », les progrès en matière de parité, la démocratisation de l’accès aux études supérieures, etc. Cela étant, ces explications suffisent­elles à rendre compte de la féminisation qui s’avère plus poussée en ethnologie que dans toute autre discipline ? À tout le moins, le phénomène réclame attention et rend d’autant plus nécessaires les interrogations qui sont les nôtres.

Vies et œuvres des folkloristes d’hier et des ethnologues d’aujourd’hui formeront le terrain d’une investigation à double entrée. L’on s’emploiera à saisir le rôle que peut être appelé à jouer le genre dans l’orientation disciplinaire, son influence dans le choix des objets, son incidence sur l’accès au terrain, la collecte des données et la possibilité même de réaliser telle ou telle enquête, la façon dont il interfère dans la problématisation des données, les modalités de restitution, les styles d’écriture, ses effets sur le déroulement des carrières, le rapport au(x) maître(s), l’introduction et l’insertion dans les réseaux, l’acquisition des titres et des statuts, etc. De manière peut­être moins attendue, l’on essaiera également de retourner le questionnement pour envisager ce que l’œuvre d’ethnologue fait à la vie de femme. En quoi et comment la science de l’autre participe­t­elle d’une identité féminine ? Est­elle à même d’y contribuer plus qu’une autre comme le suggèrent les statistiques ? Comment alors s’opère la collusion des identités, d’ethnologue et de femme ? Il importe de ce point de vue de tirer avantage du recul que nous donne la perspective historique : en dénudant le féminin de l’ethnologie de son actuelle et « naturelle » évidence, le retour aux origines nous invite à être attentifs à ce qui fonde ces affinités et aux éléments de contexte susceptibles de les encourager.

Ces journées sont communes au programme Archivethno France de l’Ethnopôle GARAE (Groupe audois de recherches et d’animation ethnographique), au cycle Ethnographies plurielles de la SEF (Société d’ethnologie française), au projet ANR VISA (Vies savantes), et aux préoccupations de l’IIAC ­ Équipe LAHIC touchant à l’épistémologie de la discipline.

Parution et rencontre autour de Claude Levi-Strauss

Jeudi 1er octobre 2015 à 19 h 30
Claude Lévi-Strauss

 

LS

À l’occasion de la publication de la biographie Claude Lévi-Strauss (Flammarion, collection « Grandes biographies », 2015) et du volume de lettres inédites de l’anthropologue à ses parents, Chers tous deux (Seuil, collection « La Librairie du XXIe siècle », 2015) Avec la participation d’Emmanuelle Loyer, auteur de la biographie ; Monique Lévi-Strauss, épouse de Claude Lévi-Strauss, auteur d’Une enfance dans la gueule du loup (Seuil, 2014) ; Daniel Fabre, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS Table ronde modérée par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’Histoire sur France Culture.

Claude Lévi-Strauss (1908-2009) a exercé une influence décisive sur les sciences humaines, devenant notamment l’une des figures fondatrices du structuralisme. Il a occupé la chaire d’anthropologie sociale au Collège de France de 1959 à 1982. Membre de l’Académie française à partir de 1973, il est l’auteur d’une œuvre scientifique majeure, avec notamment Tristes tropiques, Le Totémisme aujourd’hui, La Pensée sauvage ou Mythologiques. Cette rencontre mettra en lumière les grandes périodes de sa vie, traversant l’histoire intellectuelle du XXe siècle. Elle interrogera aussi son identité juive et sa relation à l’art : son père était l’artiste peintre Raymond Lévi ; son grand-père maternel, le rabbin de la synagogue de Versailles. Claude Lévi-Strauss est aussi l’arrière-petit-fils d’Isaac Strauss, compositeur et chef d’orchestre, collectionneur, entre autres, d’objets liturgiques et de manuscrits hébraïques. Sa collection constitue l’un des fonds majeurs du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Emmanuelle Loyer, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris, est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947 (Grasset, 2005).

6 € – 4 €

Tous les tarifs
Réserver pour cette activité
par mél : reservations@mahj.org
ou par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi
de 14 h à 17 h 30

COLLOQUE MICHEL LEIRIS JEUDI 10 SEPTEMBRE 2015 AU MUSEE DU QUAI BRANLY

À l’occasion de l’exposition Leiris & Co. au Centre Pompidou-Metz, réalisée en partenariat avec le musée du quai Branly, un important colloque dédié à la figure de Michel Leiris se tiendra les 10 et 11 septembre 2015 à Paris puis à Metz au sein des deux institutions partenaires.
Michel Leiris (1901-1990), poète, écrivain, critique d’art et ethnographe, a été un des fondateurs de l’anthropologie en France. Notamment spécialiste des créations plastiques africaines, des secrets initiatiques et des cultes de possession, il a également été l’un des grands innovateurs de l’écriture autobiographique et penseurs de la modernité artistique. Ses engagements esthétiques, moraux et politiques l’on rapproché des surréalistes, des existentialistes, des mouvements antiracistes et anticolonialistes.
Le colloque proposé, qui, tout comme l’exposition, entend aborder l’homme, l’oeuvre, la pensée et les amitiés, se déroulera sur deux jours et en deux endroits : la première journée consacrée à l’anthropologie (Afrique, Antilles, Algérie, Afición et autres fantômes) au musée du quai Branly ; la seconde journée consacrée aux arts et à l’esthétique (Regarder, écouter, écrire) au Centre Pompidou-Metz.
Le colloque sera clôturé par la projection du film Secteur IX B de Mathieu Kleyebe Abonnenc, qui met en scène l’exploration et la conservation d’une collection anthropologique, à travers une relecture de L’Afrique fantôme de Michel Leiris.

PROGRAMME DU COLLOQUE MICHEL LEIRIS

I / musée du quai Branly Jeudi 10 septembre 2015

Anthropologie
Afrique, Antilles, Algérie, Afición et Autres fantômes

Matin : président de séance, Jean Jamin, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, conseiller scientifique de l’exposition Leiris & Co.

9 h 30 – 9 h 40 : Ouverture par Frédéric Keck, directeur du Département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

9 h 40 – 10 h 00 : Discours inaugural, par Bernard Blistène, directeur du Musée national d’Art moderne.

10 h 00– 10 h 30 : Le sacrilège, l’informe et le passage à l’art. Leiris et le « Boli », par Jean- Paul Colleyn, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. 10 h 45 – 11 h 00 : Pause café.

11 h 15 – 11 h 45 : Possession, dépossession, par Vincent Debaene, professeur de littérature française à Columbia University, New York.

12 h 00 – 12 h 30 : Possession, sacré, sacrifice, par Erwan Dianteill, professeur d’anthropologie à l’Université Paris-Sorbonne.

12 h 45 – 14 h 00 : Pause déjeuner.
Après-Midi : président de séance, Daniel Fabre, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

14 h 00 – 14 h 30 : Leiris et l’Algérie, par Rémi Labrusse, professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris Ouest-Nanterre.

14 h 45 – 15 h 15 : Archiver les rêves. Michel Leiris et les matériaux oniriques de la mission Dakar-Djibouti, par Julien Bondaz, maître de conférences en anthropologie à l’Université Lumière-Lyon 2.

15 h 30 – 16 h 00 : Antilles au carrefour de civilisations, par Anna Lesne, professeur à New York University, Paris.

16 h 15 – 16 h 30 : Pause café.
16 h 30 – 17 h 00 : Sous le signe de Césaire, par Gérard Cogez, professeur de littérature à l’Université de Lille.

17 h 15 – 17h45 : Ontologie et anthropologie : Leiris lecteur de Sartre, par Philippe Sabot, professeur de philosophie, Université Lille 3.

18h – 18h30 : Afición. Regard actuel sur le « Miroir de la tauromachie, par Francis Wolff, professeur de philosophie à l’École normale supérieure.

18 h 45 : fin de la première journée.

II / Centre Pompidou-Metz

Vendredi 11 septembre 2015

Regarder, écouter, écrire

 

Matin : président de séance, Francis Marmande, professeur émérite à l’Université Denis- Diderot, Paris 7.

9 h 15 – 10 h 00 : Visite de l’exposition.

10 h 00 – 10 h 10 : Ouverture par Emma Lavigne, directrice du Centre Pompidou-Metz.

10 h 15 – 10 h 30 : Exposante fixe, par Denis Hollier, professeur de littérature à New York University, commissaire de l’exposition Leiris & Co.

10 h 30 – 11 h 00 : Écrire, rêver, par Laurent Jenny, professeur de littérature à l’Université de Genève.

11 h 00 – 11 h 15 : Pause café.

11 h 15 – 11 h 45 : Totalité et fragment dans l’œuvre autobiographique de Michel Leiris, par Catherine Maubon, professeur de littérature à l’Université de Sienne.

12 h 00 – 12 h 30 : A propos de Biffures : une langue, et plus d’une langue, par Nathalie Barberger, professeur de littérature à l’Université Lumière-Lyon 2.

12 h 45 – 13 h 15 : L’Avant-scène Roussel, par Patrick Besnier, professeur émérite à l’Université du Maine.

13 h 30 – 14 h 30 : Pause déjeuner.
Après-midi : président de séance, Richard Sieburth, professeur de littérature à New York University

14 h 30 – 15 h 00 : Cure, corps, écriture, par Gérard Wajcman, écrivain, psychanalyste et professeur à l’Université Paris 8.

15 h 15 – 15 h 45 : Là-bas, Babil, Babel, par Jean-Loup Rivière, professeur à l’École normale supérieure de Lyon et au Conservatoire supérieur d’art dramatique de Paris. 15 h 45 – 16 h 00 : Pause café.

16 h 00 – 16 h 30 : Jazz en zigzag, par Diane Turquety, historienne de l’art.
16 h 45 – 17 h 15 : Écrire l’art, par Philippe Dagen, professeur d’histoire de l’art à

l’Université Paris 1. 17 h 30 : Fin de la deuxième journée.

18 h 30 – 19 h 20 : Projection du film « SECTEUR IX B » en présence de Mathieu K. Abonnenc. Coproduction Centre Pompidou Metz, CAC Brétigny. En partenariat avec le Muséum national de l’histoire naturelle (site du Jardin des Plantes et Musée de l’Homme), le musée du quai Branly, l’IFAN Dakar.

 

Germaine Tillion Les combats d’une ethnologue

Tschann libraire et  les Éditions de l’EHESS ont le plaisir de vous convier le jeudi 28 mai à 20h à la présentation du livre

 Germaine Tillion
Édition préfacée et annotée par Christian Bromberger et Tzvetan Todorov
ImageProxy
 
En présence de Christian Bromberger, anthropologue, et professeur émérite à Aix-Marseille Université
 

Observer, tenter de comprendre et d’expliquer les comportements humains, y compris dans les situations les plus tragiques: Germaine Tillion a traversé le XXe siècle en ethnologue, animée d’une exigence absolue dans sa quête de la vérité et dans son désir de justice.

 Déportée à Ravensbruck pendant deux ans, envoyée par le gouvernement français en Algérie pour négocier secrètement avec les belligérants, le témoignage qu’elle nous livre ici montre comment, sans concession aucune envers ses commanditaires comme envers ses ennemis, elle a réussi à faire progresser la «France généreuse et fraternelle» qui, aujourd’hui, l’accueille au Panthéon.
 
Germaine Tillion (1907-2008)
 
Tschann Libraire – 125 Boulevard du Montparnasse –
75006 Paris
Tél : 01 43 35 42 05 – fax : 01 43 22 41 18 – www.tschann.fr
librairie@tschann.fr
Métro : Vavin, Raspail ou N.-D. des Champs – RER : Port-Royal –
Bus : 58/68/83 ou 91

Poètes et anthropologues (États-Unis, XXe siècle)

Amalia DRAGANI

 

Cet article entend proposer l’esquisse d’une « petite histoire » de l’anthropologie nord-américaine au prisme des pratiques poétiques, à la fois catalysatrice d’une densité relationnelle rare et révélatrice d’enjeux institutionnels majeurs. Trois moments se distinguent.

La première période coïncide avec les années de déploiement du paradigme culturaliste de la discipline (1920-1930). Edward Sapir et Ruth Fulton Benedict publiaient alors dans les revues littéraires du circuit d’Ezra Pound à New York. Mais Margaret Mead, Jaime de Angulo, Maya Deren, Zora Neale Huston et Gregory Bateson écrivaient également de la poésie quoiqu’elle fût rarement éditée. À cette époque, la politique académique visait à une séparation entre la science et l’art synthétisée par cette phrase de Margaret Mead : « Nous vivions des vies où l’art et la science se battaient pour l’emporter »[1]. Cela produisit comme résultat non une inhibition de la pratique poétique en général mais une autocensure de cette dernière dans un seul cas et sur un seul thème: lors de l’activité scientifique et à propos du terrain.

Ensuite, une deuxième période (1960-1970) montre le lien entre les poètes de la Beat Generation, les jeunes de la Counter Generation et les ethno-poètes et linguistes fondateurs de la revue Alcheringa-Ethnopoetics. Le lieu essentiel de ces contacts était le Café Le Métro, où se rencontraient Allen Ginsberg et les Beatniks, les poètes confessionnels, le groupe du Black Montain de Charles Olson. Lors des happenings, des readings d’open poetry et performative poetry se donnaient rendez-vous les représentants de l’ethnopoétique : Jerome Rothenberg, Davis Antin, Jackson MacLow et les anthropologues Dennis Tedlock et Dell Hymes, fondateurs de la revue Alcheringa/Ethnopoetics (1970-1980).

Enfin, une dernière période concerne les années du literary turn, du poetic turn et du post-modernisme en anthropologie (dès les années 1980) qui coïncident avec de nombreuses publications individuelles et collectives en field poetry (poésie anthropologique) et l’instauration d’institutions telles que les concours et les prix de poésie anthropologique.

La field poetry propose l’insertion de la pratique poétique parmi les méthodes de terrain. Dans leurs vers, les poètes anthropologues contemporains décrivent leur terrain, à la différence des anthropologues des générations précédentes qui s’autocensuraient. Ils affrontent les sensations générées par le terrain, utilisant la poésie comme un moyen immédiat pour saisir intuitivement et de manière empathique les sujets natifs en même temps que leur propre historicité, faisant ainsi émerger des aspects inconscients mieux que la prose, selon eux, ne le permet. Cette poésie ne vise pas nécessairement à mettre en valeur la subjectivité de l’anthropologue, elle se veut avant tout descriptive, réaliste, un véritable « outil » pour restituer l’expérience de terrain en somme. Stanley Diamond, Renato Rosaldo, Regna Darnell ou Paul Friedrich sont de nos jours parmi les plus actifs se réclamant de façon de faire de l’anthropologie.

 Pour en savoir plus : Amalia Dragani, 2015, « La muse de l’anthropologie américaine. Poètes-anthropologues, « techniciens du sacré » et field poetry, Terrain, n°64, p. 130-143.

http://terrain.revues.org/15630

 

[1] Margaret Mead, 1959, An Anthropologist at Work. Writings of Ruth Benedict, Boston, Houghton Mifflin Company : XVIII.

Enjeux anthropologiques des archives africanistes

Séminaire

Enquêter sur l’Afrique 3.0

Séance du 22 mai 2014 – 14h-18h

ENS de Lyon, Salle F103, Bâtiment Formation


Enjeux anthropologiques des archives africanistes

Marianne Lemaire

CNRS-IMAf

Éric Jolly

CNRS-IMAf

 

Discussion : Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2-CREA)

En partant avant tout de leurs propres travaux, Marianne Lemaire et Éric Jolly exposeront différentes façons d’interroger les archives des premières générations d’ethnologues français africanistes avec un regard anthropologique. Le classement et le traitement de ces documents (notes de terrain, lettres ou photographies) nous entraînent dans les coulisses des institutions ou des missions et dévoilent les présupposés, les méthodes et les objectifs réels de la discipline, souvent en décalage par rapport aux discours « officiels ». Mais si ces archives éclairent l’histoire de l’ethnologie, elles permettent aussi de saisir la spécificité et l’évolution des écrits de chaque chercheur (en fonction notamment de son sexe, de son parcours personnel, de ses réseaux ou de ses habitudes graphiques). Elles conduisent enfin à questionner nos propres pratiques de terrain et à réfléchir aux conséquences des nouvelles méthodes d’enregistrement et de traitement des données sur nos analyses anthropologiques et sur le choix de nos objets de recherche.

Eléments bibliographiques :

Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Eric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner, Cahier Dakar-Djibouti (édition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire), Paris, Editions Les Cahiers, 2015 (à paraître).

Deborah Lifchitz et Denise Paulme, Lettres de Sanga (édition augmentée, présentée et annotée par Marianne Lemaire), Paris, Editions du CNRS, 2015.

Marianne Lemaire, Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier-octobre 1935, Les Carnets de Bérose, n°5, Lahic/DPRPS, 2014, en ligne :

http://www.berose.fr/IMG/pdf/ml_27_10_web.pdf

Éric Jolly, Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan (janvier-avril 1935), Les Carnets de Bérose, n° 4, Lahic / DPRPS, 2014, en ligne :

http://www.berose.fr/IMG/pdf/ej_27_10_web.pdf

Eric Jolly et Marianne Lemaire, « Ethno-graphies » [introduction au dossier du même nom], L’Homme, n° 200, 2011 : 13-17.

Éric Jolly, « Le Fonds Marcel-Griaule : un objet de recherche à partager ou un patrimoine à restituer », Ateliers du LESC, n° 32, 2008, en ligne :

http://ateliers.revues.org/document2902.html

Éric Jolly, « Du fichier ethnographique au fichier informatique. Le fonds Marcel Griaule : le classement des notes de terrain », Gradhiva, n° 30-31, 2001-2002 : 81-103.

Séminaire organisé avec le soutien du laboratoire Triangle, UMR 5206 et coordonné par:

 

Patrick Awondo, Dr en anthropologie, ENS de Lyon, TRIANGLE, pawondo2005@yahoo.fr

Julien Bondaz, MCU en anthropologie, Université Lyon 2, CREA, j.bondaz@univ-lyon2.fr

Michèle Cros, Pr en anthropologie, Université Lyon 2, CREA, michele.cros@univ-lyon2.fr

Frédéric Le Marcis, Pr en anthropologie, ENS de Lyon, TRIANGLE, frederic.lemarcis@ens-lyon.fr

Comment faire l’histoire des sciences sociales ?

Archives nationales Pierrefitte-sur-Seine

Mercredi 20 mai 2015 10h – 17h

 
Tirant parti de la publication toute récente en France de cinq ouvrages importants d’histoire des sciences sociales, la journée a pour objet de débattre sur les manières de faire l’histoire de ces disciplines, en insistant sur l’importance cruciale des archives dans le renouvellement des points de vue. Il ne s’agira pas tant de discuter de thèses sur les fondements matériels du travail savant, l’école durkheimienne, l’anthropologie du religieux, les sociologues de Chicago ou encore la jeunesse et les classes sociales que d’examiner de façon critique la manière dont chaque chercheur a défini les problèmes qu’il voulait poser à l’aide de l’enquête historique et les façons de conduire celle-ci.
Avec Stéphane BACIOCCHI (EHESS, CRH), Thomas HIRSCH (EHESS, CRH et Labex Tepsis), Nicolas MARIOT (CNRS, CESSP), Paul PASQUALI (CNRS, CURAPP-ESS), Christian TOPALOV (EHESS, CMH), Françoise WAQUET (CNRS).
Programme
10 h – Comment les savants travaillent : une approche sur la longue durée
Françoise WAQUET, L’ordre matériel du savoir (XVIe-XXe siècle), CNRS éditions, 360 pages.
Discutants : Jean-Luc ChAPPEY (université Paris I, Institut d’histoire de la Révolution française, IHRF) et Julien VINCENT (université Paris I, Institut d’histoire moderne et contemporaine, IHMC).
11 h – Relocaliser les savants et les savoirs
Christian TOPALOV, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Classiques Garnier (collection « Sciences sociales »), 493 pages.
Discutants : Wolf FEUERHAHN (CNRS, Centre Alexandre Koyré) et Marie-Claire ROBIC (CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie).
12 h – Jusqu’où faut-il refaire l’enquête ?
Robert HERTZ, Sociologie religieuse et anthropologie. Deux enquêtes de terrain, 1912-1915, édition et présentation de Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot, Presses universitaires de France (collection « Quadrige »), 336 pages.
Discutants : Isabelle GOUARNÉ (CNRS, CURAPP-ESS), Laurent JEANPIERRE (université Paris VIII, CRESPA).
14 h – Entre administration et recherche, la problématique des archives qui font source pour l’histoire des sciences sociales
Elydia BARRET (Grand équipement documentaire, Campus Condorcet), Emmanuelle GIRY (Archives nationales, Département éducation, Culture et Affaires sociales) et Yann POTIN (Archives nationales, Département éducation, Culture et Affaires sociales et université Paris-Nord, CERAL).
15 h – Publier un cours inédit : pourquoi et comment ?
Maurice HALBWACHS, La psychologie collective, introduction et notes par Thomas Hirsch, Flammarion (collection « Champs classiques »), 374 pages.
Discutants : Romain PUDAL (CNRS, CURAPP-ESS) et Jacqueline CARROY (EHESS, Centre Alexandre Koyré).
16 h – Est-il possible d’écrire l’histoire d’un auteur contemporain ?
Jean-Claude CHAMBOREDON, Jeunesse et classes sociales, textes réunis et introduits par Paul Pasquali, Paris, Editions rue d’Ulm (collection « Sciences sociales »), 264 pages.
Discutants : Olivier ORAIN (CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie) et François DENORD (CNRS, CESSP).
Archives nationales 59, rue Guynemer 93380 Pierrefitte-sur-Seine
Accès en métro par la ligne 13, station Saint-Denis – Université
Entrée libre et gratuite Salle de commission 3 et 4

Nouvelles perspectives en histoire de l’anthropologie

MATP
Weber
Leenhardt

Mercredi 6 mai 2015 à 19 h

A l’occasion de la parution de Brève histoire de l’anthropologie. Florence Weber. Éditions Champs Essais, Flammarion, 2015 • En dialogue avec Du Folklore à l’ethnologie. Jacqueline Christophe, Denis-Michel Boëll et Régis Meyran (eds.). Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009 et Terrains et destins de Maurice Leenhardt. Michel Naepels et Christine Salomon (eds.). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007.

Rencontre avec Florence WEBER, Gilles LAFERTE et Frédéric KECK.

L’histoire de l’anthropologie dont il sera question lors de cet entretien prend en considération les deux tendances de l’anthropologie sociale qui se sont développées au 20e siècle et qui imposent une approche renouvelée de son histoire. L’anthropologie rapportée par les vieux manuels, celle des coins reculés de la planète, l’anthropologie du lointain ; et celle qui lui est complémentaire et opposée, moins connue et pourtant plus familière au chercheur, au lecteur, l’anthropologie du proche.
Ces deux anthropologies utilisent des méthodes singulières dans le paysage des sciences de l’homme en côtoyant directement par l’expérience du « terrain » des êtres humains en vie avec lesquels l’ethnologue devra se familiariser dans un cas (lointain) et desquels il devra se distancer dans l’autre cas (proche).
Des terres de mission et colonisation, à l’institutionnalisation de l’ethnologie du lointain par la création récente du Musée du Quai Branly, à celle du proche par la création en 1937 du Musée des arts et tradition populaire puis par sa transformation en Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, c’est une « anthropologie universelle » qui sera retracée ce soir.

En présence de :
• Florence WEBER, auteure, est directrice du département de sciences sociales de l’ENS-Ulm.

• Gilles LAFERTE, contributeur, est directeur de recherches à l’INRA.

• Frédéric KECK, contributeur, est directeur du département de la Recherche et de l’Enseignement au Musée du Quai Branly.

Comptoir des presses d’universités
• 86 rue Claude Bernard
75005 Paris • 01 47 07 83 27

En savoir plus sur Du folklore…
En savoir plus sur Terrains et destins…
En savoir plus sur Brève histoire

La biographie en situation limite : les « vies » de mathématiciens.

Jean-François Bert

La « vie » des mathématiciens de génie est en vogue en ce moment.

Alan Turing pour un film (Imitation game) adaptation d’une biographie Alan Turing: The Enigma d’Andrews Hodges mais aussi pour un carnet de notes qui a été vendu aux enchères à New York pour 1 million de dollars.

Ettore Majorana dont la disparition en 1938 a fasciné nombre d’auteurs. Leonardo Sciascia en 1975 (La disparition de Majorana) mais plus récemment Etienne Klein (En cherchant Majorana) qui a décidé de rouvrir de nombreux dossiers d’archives – de vraies « reliques » – pour échafauder plusieurs hypothèses sur ce surgénie de la physique et son déphasage au monde, son incapacité à s’arrimer à la vie ordinaire.

Evariste Gallois, enfin, qui lui aussi a connu un parcours vertigineux, tué en duel à 21 ans en 1832 (Caroline Ehrhardt, Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique, 2011 ; depuis peu suivi par la sortie du roman Evariste, chez Gallimard de François-Henri Désérable).

salle de cours de l'EPFL - Lausanne
salle de cours de l’EPFL – Lausanne

Ces trois mathématiciens ont de nombreux points communs. Une mort jeune. Une vie spectaculaire. Un rapport au génie, du moins à une activité intellectuelle débordante qui les a conduit à se distancier des hommes comme des choses concrètes. Mais aussi la rareté des sources. Mais surtout, chacun des auteurs qui ont tenté d’approcher biographiquement ces génies, ne cessent de se demander comment raconter de telles vies, un exercice d’autant plus difficile que Turing, Majorana et Gallois ont voulu par tous les moyens se retirer, échapper au monde[1]. Pourtant, les choix faits pour raconter ces vies sont multiples.

Un « biopic » avec Turing qui amène à chercher de nouvelles formes d’héroïsme dans des approches moins spectaculaires mais plus ancrées dans le réel[2]. Une histoire « fiction », personnelle, qui donne l’occasion à Etienne Klein de revenir autant sur l’étrange destin de Majorana que sur le sien, jeune étudiant ayant choisi un beau jour après une visite au CERN de se lancer dans l’astrophysique. Enfin, une analyse à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire des mathématiques puisque Caroline Ehrard décide de faire un portrait complet du mathématicien loin de la légende du génie incompris.

Malgré cette différence de traitement, le ressort semble le même puisqu’il s’agit de considérer, certes à des degrés divers, que le plus sin­gulier des traits d’une personne, en l’occurrence son génie, ne peut se comprendre que d’une manière : derrière chaque théorie – toute révolutionnaire soit-elle -, il y a un cœur qui bat. Aussi se doit-on de reconstituer le tissu d’imbrications sociales dans lequel ce génie a été inséré. Gageons que c’est là un renouveau de la biographie vieux style, comme avait pu le faire Sartre avec son Flaubert !

Mais le biographique est-il le bon choix ? Certes, on peut juger que l’usage de ce style permet de souligner la force descriptive (dans la recherche de l’exhaustivité), le pouvoir d’intelligibilité, une certaine évidence du vécu, le ressort dramatique.  Mais comme le soutient énergiquement Passeron : ne risque-t-on pas un excès de sens et de cohérence avec la biographie[3] ?

Concernant les vies savantes, j’en verrai deux, principalement :

La première est que ce type d’approche se construit trop souvent comme une flèche lancée à grande vitesse, qui oublie le cheminement d’un intellectuel, et donc ses ratés, ses difficultés qui pourtant participent de son activité, et qui en sont même (dans le cas des mathématiciens) une composante essentielle. Il n’y a plus d’inconnu dans l’équation de cette vie racontée ou filmée.

La seconde est l’absence de réelle réflexion sur les pratiques et les opérations intellectuelles qui sont à l’œuvre au quotidien, ce qui implique, au moins : de reconnaître la part de la matérialité et des techniques, le rôle des relations amicales, l’incroyable force de travail de ces auteurs, leur capacité d’interrelier leurs différentes activités, la place qu’ils attribuent aussi à l’activité théorique.

[1] On peut ajouter à ces trois auteurs, le cas plus récent d’Alexandre Grothendieck qui reçut la médaille Fields en 1966 et qui décida en confiant dans les années 1990 20 000 pages de notes et de courriers à un ami, d’interdire toute republication de ses ouvrages ou articles.

[2] Citons aussi Une merveilleuse histoire du temps, film consacré à Stephen Hawking

[3] Passeron Jean-Claude. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires. In: Revue française de sociologie. 1990, 31-1. pp. 3-22.

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)