Archives par mot-clé : à la une

Le programme du séminaire VISA 2017-2018 est arrivé !

En attendant de vous y retrouver toujours aussi nombreux

À partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

Après deux années consacrées à la reformulation du problème par la confrontation d’études de cas à partir de regards extérieurs, les membres du programme de recherche « La vie savante » exposeront les résultats de leurs enquêtes et de leurs réflexions.

 

Programme

10 novembre Ariela Epstein (LISST – Cas)

Meykinof de C. Garini, ou la mise en abyme d’une vie vouée à l’anthropologie visuelle

E323

10h30-12h30

1er décembre Federica Tamarozzi (Musée d’ethnographie de Genève)

Georges Amoudruz, un folkloriste conséquent

 

E323

10h30-12h30

12 janvier Agnès Fine (EHESS) et Sylvie Sagnes (CNRS)

Science et vies au féminin de l’ethnologie

 

E323

10h30-12h30

9 février Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès)

Tina Jolas, la poésie contre l’ethnologie

E323

10h30-12h30

9 mars Sébastien Plutniak (LISST – Cers)

Le compagnonnage comme forme de vie scientifique : le cas des archéologues du « groupe international de typologie analytique »

 

E323

10h30-12h30

6 avril Jérôme Lamy (CNRS)

La béance. Notes, carnets et brouillons de Germaine Tillion

E323

10h30-12h30

18 mai Eléonore Devevey (Université Lumière Lyon 2)

Comment être « leur élève et leur témoin » ? Pierre Clastres en ses écrits

 

E323

10h30-12h30

 

 

 

Une histoire de la fiche érudite

Une histoire de la fiche érudite

ISBN : 979-10-91281-87-4
Pages : 144

 

En s’appuyant sur la matérialité des fiches, en revenant sur les différentes évolutions technologiques qui émaillent cette histoire, en décrivant les gestes routiniers ainsi que les stratégies graphiques qui organisent cette pratique, cet ouvrage explore un territoire surprenant de l’érudition occidentale.

Faire des fiches n’est pas qu’une activité machinale et répétitive, compulsive ou abrutissante. Ficher suppose méthodes de recherche, rhétorique savante, archivage des connaissances; mettre en fiche engage des formes, des usages et une certaine mesure des savoirs.

Précédé de « L’Empire des fiches » de Christian Jacob, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS.

Désireuses de favoriser une lecture enrichie de ses publications, les Presses de l’enssib expérimentent la mise en ligne, en accès libre, de la version numérique de ce titre à l’adresse suivante : http://ficheserudites.enssib.fr

 

une histoire de la fiche érudite

Ce que la science fait à la vie

56309-_56309_cv_FB 001_Forme simple.pdf

Cet ouvrage se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui du rapport entre la vie et l’œuvre des savants.

Ces deux questions sont ici prises ensemble et nouées dans la description et l’analyse des effets de l’œuvre sur la vie de l’auteur. Quel est l’impact cognitif et intellectuel que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, sur la conduite de son existence, sur la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur ? L’hypothèse fondamentale, déclinée à des degrés divers par chacun des contributeurs, est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.

Défrichant des perspectives nouvelles sur un chantier ancien (la biographie scientifique), cet ouvrage, premier résultat des recherches initiées par les membres de VISA, réunit des contributions qui présentent des études de cas historiques, sociologiques ou ethnographiques, ou des synthèses de travaux récents sur ces questions.

La table des matières