Archives par mot-clé : biographies

La biographie en situation limite : les « vies » de mathématiciens.

Jean-François Bert

La « vie » des mathématiciens de génie est en vogue en ce moment.

Alan Turing pour un film (Imitation game) adaptation d’une biographie Alan Turing: The Enigma d’Andrews Hodges mais aussi pour un carnet de notes qui a été vendu aux enchères à New York pour 1 million de dollars.

Ettore Majorana dont la disparition en 1938 a fasciné nombre d’auteurs. Leonardo Sciascia en 1975 (La disparition de Majorana) mais plus récemment Etienne Klein (En cherchant Majorana) qui a décidé de rouvrir de nombreux dossiers d’archives – de vraies « reliques » – pour échafauder plusieurs hypothèses sur ce surgénie de la physique et son déphasage au monde, son incapacité à s’arrimer à la vie ordinaire.

Evariste Gallois, enfin, qui lui aussi a connu un parcours vertigineux, tué en duel à 21 ans en 1832 (Caroline Ehrhardt, Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique, 2011 ; depuis peu suivi par la sortie du roman Evariste, chez Gallimard de François-Henri Désérable).

salle de cours de l'EPFL - Lausanne
salle de cours de l’EPFL – Lausanne

Ces trois mathématiciens ont de nombreux points communs. Une mort jeune. Une vie spectaculaire. Un rapport au génie, du moins à une activité intellectuelle débordante qui les a conduit à se distancier des hommes comme des choses concrètes. Mais aussi la rareté des sources. Mais surtout, chacun des auteurs qui ont tenté d’approcher biographiquement ces génies, ne cessent de se demander comment raconter de telles vies, un exercice d’autant plus difficile que Turing, Majorana et Gallois ont voulu par tous les moyens se retirer, échapper au monde[1]. Pourtant, les choix faits pour raconter ces vies sont multiples.

Un « biopic » avec Turing qui amène à chercher de nouvelles formes d’héroïsme dans des approches moins spectaculaires mais plus ancrées dans le réel[2]. Une histoire « fiction », personnelle, qui donne l’occasion à Etienne Klein de revenir autant sur l’étrange destin de Majorana que sur le sien, jeune étudiant ayant choisi un beau jour après une visite au CERN de se lancer dans l’astrophysique. Enfin, une analyse à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire des mathématiques puisque Caroline Ehrard décide de faire un portrait complet du mathématicien loin de la légende du génie incompris.

Malgré cette différence de traitement, le ressort semble le même puisqu’il s’agit de considérer, certes à des degrés divers, que le plus sin­gulier des traits d’une personne, en l’occurrence son génie, ne peut se comprendre que d’une manière : derrière chaque théorie – toute révolutionnaire soit-elle -, il y a un cœur qui bat. Aussi se doit-on de reconstituer le tissu d’imbrications sociales dans lequel ce génie a été inséré. Gageons que c’est là un renouveau de la biographie vieux style, comme avait pu le faire Sartre avec son Flaubert !

Mais le biographique est-il le bon choix ? Certes, on peut juger que l’usage de ce style permet de souligner la force descriptive (dans la recherche de l’exhaustivité), le pouvoir d’intelligibilité, une certaine évidence du vécu, le ressort dramatique.  Mais comme le soutient énergiquement Passeron : ne risque-t-on pas un excès de sens et de cohérence avec la biographie[3] ?

Concernant les vies savantes, j’en verrai deux, principalement :

La première est que ce type d’approche se construit trop souvent comme une flèche lancée à grande vitesse, qui oublie le cheminement d’un intellectuel, et donc ses ratés, ses difficultés qui pourtant participent de son activité, et qui en sont même (dans le cas des mathématiciens) une composante essentielle. Il n’y a plus d’inconnu dans l’équation de cette vie racontée ou filmée.

La seconde est l’absence de réelle réflexion sur les pratiques et les opérations intellectuelles qui sont à l’œuvre au quotidien, ce qui implique, au moins : de reconnaître la part de la matérialité et des techniques, le rôle des relations amicales, l’incroyable force de travail de ces auteurs, leur capacité d’interrelier leurs différentes activités, la place qu’ils attribuent aussi à l’activité théorique.

[1] On peut ajouter à ces trois auteurs, le cas plus récent d’Alexandre Grothendieck qui reçut la médaille Fields en 1966 et qui décida en confiant dans les années 1990 20 000 pages de notes et de courriers à un ami, d’interdire toute republication de ses ouvrages ou articles.

[2] Citons aussi Une merveilleuse histoire du temps, film consacré à Stephen Hawking

[3] Passeron Jean-Claude. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires. In: Revue française de sociologie. 1990, 31-1. pp. 3-22.