Tous les articles par Jean-François Bert

Un Abécédaire des mondes lettrés

 

Nouvel objet éditorial numérique, l’application web l’Abécédaire des mondes lettrés (http://abecedaire.enssib.fr/) est une création de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. Il permet d’explorer une galaxie composée de constellations de termes sur l’univers des pratiques, lieux et instruments de la connaissance, suivant les travaux de Christian Jacob.

Du calame aux écrans tactiles, de l’archive matérielle aux arts de la mémoire, de la bibliothèque à la toile, du manuscrit au numérique, du graffiti aux nouvelles calligraphies, du livre aux hypertextes : l’abécédaire privilégie les liens qui questionnent, les constellations de problèmes, les circulations digressives, associatives et métaphoriques, seules à même de dérouler de nouveaux fils de réflexion dans les labyrinthes de l’écrit.

Entre histoire et anthropologie, entre érudition et fiction, entre réflexion critique et souvenirs autobiographiques, l’Abécédaire des mondes lettrés voudrait expérimenter de nouvelles formes d’écriture, de lecture et de visualisation.

Outil d’écriture collaborative, les contributeurs peuvent décider d’illustrer un ou plusieurs termes, d’enrichir chaque concept par une ou plusieurs contributions.

 

Comité scientifique : Aurélien Berra, Jean-François Bert, Benoît Epron, Eric Guichard, Christian Jacob, Marc Jahjah, Chloé Ragazzoli.

Spectres de l’érudition – Appel à communications

Les propositions (max. 1000 signes) accompagnées d’un CV devront être envoyées au plus tard le 15 er juin 2017 à : jean-francois.bert@unil.ch

 

Organisation

Jean-François Bert (Université de Lausanne)

Christian Jacob (CNRS-EHESS)

 

Un « spectre » nous hante encore, pour reprendre l’expression de Jacques Derrida, dès lors que nous tentons de concevoir et de définir l’érudition sous ses formes contemporaines. Ce spectre est celui de la religion.

 

Entendons le médiéviste Georges Duby qui, en une phrase, relie ses gestes d’historien sur les archives aux travaux des « bénédictins » puisque c’est avec « une plume, une loupe, des fiches » qu’il s’agit de travailler. Voyons comment Umberto Eco, en revenant sur la vertu de l’humilité scientifique qui consiste pour lui à écouter avec respect, sans prononcer des jugements de valeur, actualise l’une des grandes qualités de l’érudition ecclésiastique classique, à savoir l’ « humilitas ». Fixons-nous, à un autre niveau, sur la manière dont Michel Foucault, attaqué sur sa posture d’historien, refuse de reconduire le clivage classique entre la stricte recherche de l’exactitude et la grande bousculade des idées approximatives. Un stéréotype que l’archéologue se propose justement de problématiser différemment dans le but de rompre avec une certaine manière de parler des savoirs. C’était là, également, l’intuition d’Emile Durkheim qui, dans L’Evolution pédagogique en France, voulut préciser le caractère « mi-ecclésiastique » et « mi-laïque » de l’Université de Paris. Une université qui s’est conçue dans une lutte ouverte contre le régulier, mais qui resta longtemps pénétrée par un certain « esprit » de cathédrale, conservant sur plusieurs points, en particulier celui des pratiques savantes, une « physionomie » propre au clerc. Cette hybridation complexe, Durkheim choisit de l’explorer, avec les moyens de la sociologie de son époque, en analysant la « cellule primitive » de l’érudition, c’est-à-dire les écoles cathédrales ou claustrales du haut Moyen-âge d’où, insiste-t-il, « est sorti tout notre système d’enseignement ».

 

Il s’agira d’approfondir cette intuition – qui était celle aussi de Bruno Neveu pour qui notre rapport aux savoirs a été complétement pénétré par le moment ecclésiastique du XVIIe et du XVIIIe siècle – tout en cherchant à explorer, sous une forme comparatiste ouverte à d’autres traditions religieuses, à des périodes historiques plus anciennes, à des terrains actuels, et à l’incidence que peuvent revêtir ces possibles croisements, quatre aspects de cette « matrice » religieuse de l’érudition : les lieux, les formes pédagogiques, les gestes et les outils, et l’imaginaire savant.

 

– Quels sont les différents « lieux » de cette érudition ? Peut-on entreprendre une description de leur performativité, c’est-à‑dire de ce qu’ils permettent de réaliser, d’accomplir, de produire et d’exposer ? Des lieux qu’il s’agira d’approcher, aussi, de manière ethnographique pour y décrire les relations qui s’y inscrivent: celles entre les acteurs présents, mais aussi celles entre les acteurs et le mobilier, les livres, les machines, les différents outils du savoir.

 

– Variant selon les époques, les modes académiques et les remaniements conceptuels, les pratiques d’enseignement, les formes reconnues d’interactions entre maîtres et élèves (notamment l’obéissance), la transmission silencieuse des savoirs, ou encore l’apprentissage par cœur, la dialectique, la prédication, ou la disputatio, donnent à voir comment les liens verticaux et horizontaux entre maîtres, amis, collègues, collaborateurs, étudiants, ainsi que la dimension foncièrement collective de tout savoir se structurent. « Autorité », « hiérarchie », « charisme », admiration mutuelle, sont encore des éléments qui participent de la constitution de certains réseaux savants ou de certaines « écoles » de pensée. Des élément, surtout, qui pourraient permettre de mieux comprendre comment un savoir fonde sa légitimité, ou comment se transmettent une routine, une pratique, une « ficelle », ou un style savant.

 

– Certains gestes classiques de l’érudition (copier, lire, critiquer, annoter, ficher, commenter…) ont-ils une attache religieuse ? Comment les érudits religieux appréhendent-ils le « travail » documentaire ? Quelle place font-ils aux outils et instruments, en particulier de type mnémotechnique, comme la liste ou la fiche, le catalogue ou le glossaire, l’index ou le tableau ? Quelle valeur attribuent-ils à ce travail dans leur parcours spirituel et plus particulièrement dans la lutte contre l’oisiveté ? Il s’agira de préciser les disciplines du corps, de la main et de l’attention, mais aussi les postures, les manières de faire et d’être, les éthiques et les pratiques du travail intellectuel et ainsi de mesurer l’importance de différents « savoir-faire » qui se déclinent jusque dans les pratiques et méthodes actuelles de la recherche.

 

Après avoir considéré les lieux de production des savoirs, les différents modèles du travail savant, les méthodes de la recherche ainsi que les différentes formes de l’écriture savante, la perspective des imaginaires savants nous donnera l’occasion d’approcher la manière dont les acteurs mettent en scène, dans différents « récits », leurs croyances, leurs rapports aux savoirs et à la « culture » scientifique de leur temps, ou encore la représentation qu’ils se font de l’érudition et de son histoire.

 

 

Ce projet est donc celui d’une « archéologie » différente de l’érudition occidentale : il privilégie l’analyse de l’ordinaire de l’activité savante, fait de patience, de discipline et d’organisation, de rites d’entrée, de clivages et de hiérarchies, de dynamiques d’intégration et d’exclusion, d’éthos savant.

 

 

spectres_erudition_appel

 

Une histoire de la fiche érudite

Une histoire de la fiche érudite

ISBN : 979-10-91281-87-4
Pages : 144

 

En s’appuyant sur la matérialité des fiches, en revenant sur les différentes évolutions technologiques qui émaillent cette histoire, en décrivant les gestes routiniers ainsi que les stratégies graphiques qui organisent cette pratique, cet ouvrage explore un territoire surprenant de l’érudition occidentale.

Faire des fiches n’est pas qu’une activité machinale et répétitive, compulsive ou abrutissante. Ficher suppose méthodes de recherche, rhétorique savante, archivage des connaissances; mettre en fiche engage des formes, des usages et une certaine mesure des savoirs.

Précédé de « L’Empire des fiches » de Christian Jacob, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS.

Désireuses de favoriser une lecture enrichie de ses publications, les Presses de l’enssib expérimentent la mise en ligne, en accès libre, de la version numérique de ce titre à l’adresse suivante : http://ficheserudites.enssib.fr

 

une histoire de la fiche érudite

Résonances des structuralismes

 

Résonances des structuralismes

Editions des Archives Contemporaines

Sous la direction de Jérôme Lamy et de Jean-François Bert

couv-2433-structuralismes

À vouloir faire du structuralisme un courant homogène organisant les sciences humaines et sociales des années 1960, on a perdu de vue les spécificités d’une approche plurielle, composite et de longue durée des phénomènes humains.

Ce livre entend restituer toute la singularité des structuralismes, en suivre les résonances, les renvois et les mouvements. Du structuralisme génétique de Piaget aux efforts historiens pour penser les structures dans l’histoire, en passant par le structuralisme linguistique et l’affrontement avec le marxisme en anthropologie, c’est tout un archipel d’entreprises scientifiques éclatées qu’il devenait nécessaire de cartographier.

Un ouvrage collectif qui s’interroge tout à la fois sur les sources, les manifestations, les objets ainsi que sur la grande notoriété publique de ce courant pour mieux mettre au jour la singularité des pratiques de recherche en sciences humaines et sociales.

 

Avec les articles de Marc J. Ratcliff, Jacqueline Léon, François Chaubet, Philippe Borgeaud, Bernard Dionysisus Geoghegan, Gisèle Sapiro, Lucielle Dumont, Carina Basualdo, Raphaël Rousseleau, Juliette Pommier, Pauline Lefort, Jean-François Bert et Jérôme Lamy.

 

 

Michel Foucault à Münsterlingen. Là où « vie » et « œuvre » se croisent

Michel Foucault à Münsterligen

Sous la direction de Jean-François Bert et E. Basso

Coll. « L’histoire et ses représentations », 10

ISBN 978-2-7132-2508-6

Cet ouvrage collectif est l’histoire d’une expérience. Une expérience documentée par 50 photographies prises par Jacqueline Verdeaux, et de nombreuses archives inédites provenant du Fonds Michel Foucault depuis peu conservé à la BNF.

Le 2 mars 1954, Michel Foucault, Jacqueline et Georges Verdeaux, à l’invitation du psychiatre Roland Kuhn et de Ludwig Binswanger, participent au carnaval annuel de l’asile de Münsterligen. Etrange cérémonie qui consiste à faire défiler les fous masqués, survivance d’un rituel hérité du Moyen Âge, qui marqua durablement le jeune philosophe alors en train d’élaborer une nouvelle manière de parler de la folie et de son histoire ou, pour reprendre son expression, l’expérience historique des conditions de possibilité des structures psychologiques et l’expérience fondamentale que chaque époque fait avec la folie et dans laquelle se rejoue le partage originaire entre folie et raison.

Re-partir de cette expérience quasi ethnographique permet de renverser certaines perspectives familières concernant Foucault, et en premier lorsqu’il s’agit de mieux saisir la place de ce moment tout à fait particulier des années 1950 sur sa formation, lui qui hésite alors entre philosophie et psychologie.

C’est durant ces mêmes années que Foucault développe aussi un rapport tout à fait particulier avec l’ethnologie, identifiant à plusieurs reprises son propre travail à cette démarche. Il lit et commente, on le sait maintenant, les ouvrages de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss ou encore Maurice Leenhardt. Il connaît parfaitement l’anthropologie anglo-saxonne (celle de Mead et de Kardiner). C’est en 1961 qu’il utilise le terme d’ethnologie pour illustrer sa propre méthode – ce qu’il fera jusqu’au début des années 1980, comme à Louvain où, parlant de l’aveu, il dit vouloir faire sur cette pratique discursive une analyse « à la fois dans les relations humaines, dans les relations inter-humaines, dans les rapports de pouvoir et dans les mécanismes institutionnels ». L’archéologie foucaldienne est, dans son fondement, une ethnologie qui donne la possibilité de changer de perspective, permettant ainsi à Foucault en se situant à l’extérieur de la culture à laquelle il appartient de voir comment celle-ci a pu effectivement se constituer, mais aussi d’en analyser les conditions formelles, et d’en faire la critique.

De plus, dans la ligne directrice du programme VISA, cet ouvrage permet aussi de mieux comprendre deux postures proprement foucaldiennes : celle du « philosophe masqué » qui ne cesse de vouloir se fondre dans le langage dit par d’autres avant lui, qui critique aussi la notion d’œuvre ou d’auteur en mettant au jour ses implications sociologiques et politiques ; et celle de de l’auteur qui revendique n’avoir écrit que des choses en rapport avec sa biographie ou son histoire personnelle : « Chaque fois que j’ai essayé de faire un travail théorique, ça a été à partir d’éléments de ma propre existence : toujours en rapport avec des processus que je voyais se dérouler autour de moi. C’est bien parce que je pensais reconnaître dans les choses que je voyais, dans les institutions auxquelles j’avais affaire, dans mes rapports avec les autres, des craquelures, des secousses sourdes, des dysfonctionnements que j’entreprenais un travail, quelques fragments d’autobiographie. », ou encore « Je ne pense pas que l’intellectuel puisse, à partir de ses seules recherches livresques, académiques, érudites, poser les vraies questions concernant la société dans laquelle il vit ». Si Foucault revendique le droit de parler de la folie, c’est après avoir vu les asiles de l’intérieur ; si il décide de parler de la prison c’est après avoir lutté au Gip ; s’il analyse l’histoire de la sexualité c’est après avoir pris conscience que la vie et la gestion des populations sont devenues des exigences politiques nouvelles. Les débats sur l’euthanasie, la libéralisation de l’avortement et la peine de mort sont alors les plus acharnés en France.

Ce rapport de Foucault à sa biographie et à son autobiographie dessine plus généralement celui de sa « vie » à son « œuvre », qu’il est possible de mieux cerner – du moins en en revenant à cet épisode singulier du 2 mars 1954. L’histoire des sciences humaines et sociales tend encore trop souvent à nous faire oublier que les savoirs s’inscrivent dans des interactions et des rencontres, et que les idées naissent plus souvent qu’on ne le pense de situations normales.

 

FoucaultAMunsterlingen

Frontières d’archives. Recherches, mémoires, savoirs

Penser les archives des savoirs dans le monde contemporain – où les catégories traditionnelles qui régissent notre rapport à l’archivage et à la mémoire ont éclaté et où règne désormais la mobilité – nécessite de faire la part du stable et du mouvant, de l’ancien et du nouveau, du matériel et du virtuel, aussi bien que des pratiques et des concepts. Autant de frontières que les auteurs de cet ouvrage ont questionnées en présentant diverses facettes de ces archives, allant du rapport avec les producteurs à l’émergence de nouveaux acteurs, des compétences techniques aux formes sociales qu’elles génèrent, des contraintes de l’ère informatique aux transformations épistémologiques, des institutions qui abritent ces archives jusqu’aux politiques qui les dirigent.

 

Lien vers Frontières d’archives

Lien vers Editions des archives contemporaines

Sommaire de l’ouvrage : sommaire_frontieres

La biographie en situation limite : les « vies » de mathématiciens.

Jean-François Bert

La « vie » des mathématiciens de génie est en vogue en ce moment.

Alan Turing pour un film (Imitation game) adaptation d’une biographie Alan Turing: The Enigma d’Andrews Hodges mais aussi pour un carnet de notes qui a été vendu aux enchères à New York pour 1 million de dollars.

Ettore Majorana dont la disparition en 1938 a fasciné nombre d’auteurs. Leonardo Sciascia en 1975 (La disparition de Majorana) mais plus récemment Etienne Klein (En cherchant Majorana) qui a décidé de rouvrir de nombreux dossiers d’archives – de vraies « reliques » – pour échafauder plusieurs hypothèses sur ce surgénie de la physique et son déphasage au monde, son incapacité à s’arrimer à la vie ordinaire.

Evariste Gallois, enfin, qui lui aussi a connu un parcours vertigineux, tué en duel à 21 ans en 1832 (Caroline Ehrhardt, Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique, 2011 ; depuis peu suivi par la sortie du roman Evariste, chez Gallimard de François-Henri Désérable).

salle de cours de l'EPFL - Lausanne
salle de cours de l’EPFL – Lausanne

Ces trois mathématiciens ont de nombreux points communs. Une mort jeune. Une vie spectaculaire. Un rapport au génie, du moins à une activité intellectuelle débordante qui les a conduit à se distancier des hommes comme des choses concrètes. Mais aussi la rareté des sources. Mais surtout, chacun des auteurs qui ont tenté d’approcher biographiquement ces génies, ne cessent de se demander comment raconter de telles vies, un exercice d’autant plus difficile que Turing, Majorana et Gallois ont voulu par tous les moyens se retirer, échapper au monde[1]. Pourtant, les choix faits pour raconter ces vies sont multiples.

Un « biopic » avec Turing qui amène à chercher de nouvelles formes d’héroïsme dans des approches moins spectaculaires mais plus ancrées dans le réel[2]. Une histoire « fiction », personnelle, qui donne l’occasion à Etienne Klein de revenir autant sur l’étrange destin de Majorana que sur le sien, jeune étudiant ayant choisi un beau jour après une visite au CERN de se lancer dans l’astrophysique. Enfin, une analyse à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire des mathématiques puisque Caroline Ehrard décide de faire un portrait complet du mathématicien loin de la légende du génie incompris.

Malgré cette différence de traitement, le ressort semble le même puisqu’il s’agit de considérer, certes à des degrés divers, que le plus sin­gulier des traits d’une personne, en l’occurrence son génie, ne peut se comprendre que d’une manière : derrière chaque théorie – toute révolutionnaire soit-elle -, il y a un cœur qui bat. Aussi se doit-on de reconstituer le tissu d’imbrications sociales dans lequel ce génie a été inséré. Gageons que c’est là un renouveau de la biographie vieux style, comme avait pu le faire Sartre avec son Flaubert !

Mais le biographique est-il le bon choix ? Certes, on peut juger que l’usage de ce style permet de souligner la force descriptive (dans la recherche de l’exhaustivité), le pouvoir d’intelligibilité, une certaine évidence du vécu, le ressort dramatique.  Mais comme le soutient énergiquement Passeron : ne risque-t-on pas un excès de sens et de cohérence avec la biographie[3] ?

Concernant les vies savantes, j’en verrai deux, principalement :

La première est que ce type d’approche se construit trop souvent comme une flèche lancée à grande vitesse, qui oublie le cheminement d’un intellectuel, et donc ses ratés, ses difficultés qui pourtant participent de son activité, et qui en sont même (dans le cas des mathématiciens) une composante essentielle. Il n’y a plus d’inconnu dans l’équation de cette vie racontée ou filmée.

La seconde est l’absence de réelle réflexion sur les pratiques et les opérations intellectuelles qui sont à l’œuvre au quotidien, ce qui implique, au moins : de reconnaître la part de la matérialité et des techniques, le rôle des relations amicales, l’incroyable force de travail de ces auteurs, leur capacité d’interrelier leurs différentes activités, la place qu’ils attribuent aussi à l’activité théorique.

[1] On peut ajouter à ces trois auteurs, le cas plus récent d’Alexandre Grothendieck qui reçut la médaille Fields en 1966 et qui décida en confiant dans les années 1990 20 000 pages de notes et de courriers à un ami, d’interdire toute republication de ses ouvrages ou articles.

[2] Citons aussi Une merveilleuse histoire du temps, film consacré à Stephen Hawking

[3] Passeron Jean-Claude. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires. In: Revue française de sociologie. 1990, 31-1. pp. 3-22.

Imaginer une « vie » sociologique

C. Wright Mills (1916-1962) dans son ouvrage classique, l’Imagination sociologique, critique certaines tendances de la sociologie. A la fois, le jargon de la  » suprême-théorie « , dédaigneuse du concret,  et le positivisme myope de l’  » empirisme abstrait  » qui, au contraire, s’arrête trop souvent au ras des faits. C’est dans l’appendice de l’ouvrage, cependant, que l’on peut trouver une théorisation tout à fait intéressante des rapports entre vie et œuvre :

« Choisir le métier d’intellectuel, c’est opter pour un mode de vie autant que pour une carrière; sans toujours le savoir, le travailleur intellectuel se fait lui-même, à mesure qu’il chemine vers la perfection du métier; pour faire éclore toutes ses richesses latentes, il se bâtit une personne où dominent essentiellement les qualités du bon ouvrier. Vous devez donc apprendre à utiliser au profit du travail intellectuel l’expérience acquise dans la vie; vous devez sans cesse la scruter et l’interpréter. En ce sens, le métier est le centre de vous-même, et vous entrez vous-même tout entier dans la moindre de vos création intellectuelles »

Couverture de l'Imagination sociologique (1967)

(L’imagination sociologique, édition Maspero, 1967, p. 206-207)

La lecture savante aujourd’hui

L’arrivée de l’informatique dans la pratique  des chercheurs en sciences humaines a-t-elle changée, et en quoi, leur rapport à la lecture ? Est-elle encore faite de soulignements, surlignements, annotations, et présuppose-t-elle encore la modification du support, qui s’étoffe  de la  réflexion du lecteur?

Voir la journée d’étude à l’adresse suivante

et un beau projet d’éditorialisation des étudiants de master sur la question