Tous les articles par Nicolas Adell

Colloque « Droit et anthropologie » (27-28 février 2017)

 

affiche-droit-et-anthropologieDroit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains

27-28 février 2017

GARAE, Carcassonne

Organisé par Frédéric Audren et Laetitia Guerlain

Colloque soutenu par l’ethnopôle GARAE – Carcassonne, l’IRM-CAHD – Université de Bordeaux, l’École de droit de Sciences Po, et l’ANR VISA – La vie savante

Lundi 27 février

 13h30 – Accueil des participants et ouverture (Sylvie Sagnes ; Frédéric Audren & Laetitia Guerlain)

Perspectives et enjeux contemporains des savoirs anthropologiques sur le droit

 Modérateur : Christiane Besnier (rédacteur en chef Droit et Cultures)

14h-14h40 – Irène Bellier (CNRS/LAIOS-EHESS), « La reconnaissance des peuples autochtones comme sujets du droit international. Les enjeux contemporains de l’anthropologie politique et du dialogue avec le droit »

14h40-15h20 – Élisabeth Claverie (CNRS/ISP-Paris Ouest), « Droit international humanitaire et anthropologie. Une histoire contemporaine paradoxale »

Pause café

15h40-16h20 – Marie-Claire Foblets (Max Planck Institute for Social Anthropology, HalleSaale) – « L’anthropologie juridique : l’avenir de la discipline en Europe »

16h20-17h – Albane Geslin (IEP Lyon/Triangle), « Une histoire contemporaine du ‘pluralisme juridique’: usages de la notion en anthropologie juridique »

 

Mardi 28 février

 Archéologie d’un savoir : l’anthropologie juridique

 

 Matin. Modératrice : Sylvie Sagnes (CNRS-LAHIC/EHESS)

9h-9h40 – Géraldine Cazals (Université de Rouen), « Les juristes français de la Renaissance, des anthropologues en puissance ? Réflexions autour de quelques études de cas, et d’une publication récente »

9h40-10h20 – François Quastana (Université de Lille 2), « Un regard anthropologique sur les origines du droit coutumier : Pierre-Jean Grosley (1718-1785) »

 Pause café

10h40-11h20 – Marc Goëtzmann (Université de Nice), « La coutume et l’anthropologie coloniale d’Henry Sumner Maine »

11h20-12h – Silvia Falconieri (CNRS/CHJ-Université de Lille 2),  « Ordre juridique colonial et anthropologie. « Expertises ethniques » et études raciales dans l’outre-mer français (fin XIXe siècle-1946) »

 Pause déjeuner

Après-midi. Modérateur : Nicolas Adell (Université Toulouse – Jean Jaurès)

13h30-14h10 – Frédéric Audren (CNRS – École de droit de Sciences Po), « L’ethnologie juridique au Collège de France. Jacques Flach et les institutions primitives »

14h10-14h50 – Alain Chenu (Sciences Po Paris/OSC), « De l’enquête statistique à l’enquête anthropologique : l’étape égyptienne de la carrière de René Maunier »

14h50-15h30 – Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) « Entre science juridique et savoirs anthropologiques : l’histoire comparée du droit selon Émile Jobbé-Duval (1851-1931) »

programme-droit-et-anthropologie

Ce que la science fait à la vie

56309-_56309_cv_FB 001_Forme simple.pdf

Cet ouvrage se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui du rapport entre la vie et l’œuvre des savants.

Ces deux questions sont ici prises ensemble et nouées dans la description et l’analyse des effets de l’œuvre sur la vie de l’auteur. Quel est l’impact cognitif et intellectuel que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, sur la conduite de son existence, sur la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur ? L’hypothèse fondamentale, déclinée à des degrés divers par chacun des contributeurs, est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.

Défrichant des perspectives nouvelles sur un chantier ancien (la biographie scientifique), cet ouvrage, premier résultat des recherches initiées par les membres de VISA, réunit des contributions qui présentent des études de cas historiques, sociologiques ou ethnographiques, ou des synthèses de travaux récents sur ces questions.

La table des matières

 

 

Le GRAF (Groupe de recherche en anthropologie filmique) rejoint VISA

Le GRAF, piloté par Damien Mottier en collaboration avec Baptiste Buob, Ariela Epstein,  Assia Piqueras et Gilles Remillet, a été formé en septembre 2015 dans le cadre du programme Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre du Labex Les passés dans le présent.

Il se donne pour principal objectif de contribuer à une histoire institutionnelle et intellectuelle de la recherche en anthropologie filmique et audio-visuelle.

Pour en savoir plus, visitez la page du GRAF sur notre site.

Le programme du séminaire VISA 2016-2017 est arrivé !

En attendant de vous y retrouver toujours aussi nombreux.

vie-savante-et-anthropologie-2

https://visa.hypotheses.org/2016-2017

Programme

4 novembre Jean Copans (Université de Paris – Descartes)

Georges Balandier, la quête obstinée mais épisodique de l’auto-bio-gra-vie

 

2 décembre Baptiste Buob (CNRS, LESC)

Jean Rouch et les vicissitudes de la ciné-transe

 

6 janvier Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès), Jérôme Lamy (CNRS – Certop), Sébastien Plutniak (Ecole Française de Rome)

Présentation de Ce que la science fait à la vie (Editions du CTHS, 2016)

 

3 février Vincent Debaene (Université de Genève)

Michel Leiris, poète et ethnographe : la vie savante entre la vocation et la carrière

 

10 mars Renato Athias (Université de Pernambuco)

Curt Nimuendajú et les Amérindiens du Haut Rio Negro

 

31 mars Frédéric Saumade (Aix-Marseille Université)

Penser ou pratiquer le primitif ? La dialectique Lévy-Bruhl/Cushing, ou le « mythe d’origine » de l’anthropologie contemporaine

 

5 mai Anne Raulin (Université de Paris-Ouest La Défense)

Abram Kardiner, acteur américain des sciences humaines et du courant « Culture et personnalité »

 

2 juin Manoël Pénicaud (CNRS, IDEMEC)

Louis Massignon, pilier de l’islamologie française. Une articulation complexe entre homme de science et homme de foi.

 

Relance de History of Anthropology Newsletter

han_banner_white_v1

Renewing the History of Anthropology Newsletter

The History of Anthropology Newsletter (here) officially relaunches in online form on June 20, 2016. Originally edited by George W. Stocking, Jr., then by Henrika Kuklick, the HAN is now under the direction of a new editorial team based at the University of Pennsylvania, with the guidance of an esteemed advisory board—several of whom have been involved in the HAN since its inception.

The first aim of the relaunched newsletter is to make available online, in a searchable mode, all the earlier issues of the HAN, originally published from 1973 to 2012. Thanks to a grant from the Price Lab for Digital Humanities at the University of Pennsylvania and the Mellon Foundation, and thanks to the generous assistance of Penn Libraries, you can now find all those back issues online.

The newsletter also features:

  • News of interest to those working in the history of anthropology, including announcements about conferences and funding opportunities.
  • Reviews of books and other relevant works.
  • Bibliographies of recent publications in the field.
  • Field Notes, a space for pointed observations on questions in the history of anthropology; our first issue contains fascinating reflections on the history of the newsletter itself, from Richard Handler, Ira Bashkow, and Regna Darnell, as well as notes on the history of anthropological collections and museums by Ira Jacknis.
  • Clio’s Fancy, a section devoted to oddities and curiosities found in the archives, which was originally edited by George Stocking and which we’re renewing with a wedding announcement connecting the Boasian tradition to the history of science fiction.
  • A Twitter feed with frequent updates of interest to the history of anthropology community.

We invite you to explore the newsletter, either as a return or for the first time. We also invite you to post responses, offer suggestions, submit news, articles, and reviews, and keep the conversation going.

Leiris, singulier pluriel

Notre collègue Eleonore Devevey, associée au programme VISA, publie dans le dernier numéro de Gradhiva consacré aux collections et aux collectionneurs une très belle note de lecture du catalogue de l’exposition Leiris & Co qui s’est tenue au Centre Pompidou-Metz du 3 avril au 14 septembre 2015.

Pour le lire, se rendre sur https://gradhiva.revues.org/3198.

Leiris & Co

Séminaire VISA – séance du 8 avril

La séance du séminaire VISA du 8 avril, où devait initialement intervenir Jean Jamin, sera finalement assurée par Nicolas Adell sur le thème suivant:

Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre

La séance se déroulera à l’horaire habituel (10h30-12h30) mais attention au changement de salle : D 30 (rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche).

VISA en quelques mots

Le programme de recherche VISA se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies (plus particulièrement en histoire et sociologie des sciences) : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui, très ancien (mais récemment rajeuni par l’intérêt pour la dimension matérielle des idées, le corps du savant, son environnement ; cf. les travaux d’A. Collinot, de S. Shapin ou encore de T. Söderqvist), du rapport entre la vie et l’œuvre des savants. Deux problèmes classiques qui partagent, entre autres, une façon ordinaire et très employée, quoique non exclusive, d’être traités : le recours au genre biographique. Longtemps tenue à l’écart des moyens légitimes, et non amateurs, d’appréhender le social ou le culturel (comme si ces deux catégories se déduisaient exclusivement du collectif), la biographie a connu un regain d’intérêt à partir de la fin des années 1970 en histoire, en sociologie et en anthropologie. Et son empire s’est naturellement étendu aux territoires neufs qui combinaient ces disciplines telles que les science studies où le partage du monde (du champ) s’est peu à peu cristallisé entre le côté de « la-vie-de-laboratoire » et le côté de « la-vie-et-l’œuvre ».

VISA propose de renverser les perspectives selon lesquelles les deux problèmes évoqués sont habituellement saisis et, ce faisant, de contribuer au renouvellement du genre biographique comme moyen d’appréhender le réel de l’activité scientifique. D’un côté, la question de la création scientifique est largement abordée sous l’angle de l’étude des conditions de production de l’objectivité (B. Latour), la façon dont les idées prennent forme (mais l’on a finalement peu suivi les défrichements menés par E. Saïd dans Beginnings sur ce point) et, surtout, donnent forme à des collectifs savants (C. Jacob). L’on se propose ici de se positionner à l’aval immédiat des processus créateurs. Les idées sont formées et exprimées : quels en sont les effets, non sur le collectif savant, mais sur le producteur lui-même ? Quelles modifications de sa personne (du regard porté sur lui-même, sur les autres et des autres sur lui ; des relations à son environnement) la production d’une idée matérialisée dans une œuvre engage-t-elle, proposant en cela de transférer, à son invitation même, les hypothèses d’A. Gell (Art and Agency, 1998) concernant les œuvres d’art vers les œuvres savantes ? Questionner les ressorts de la création du scientifique est ici en jeu.

D’un autre côté, le problème des rapports entre la vie et l’œuvre était en quelque sorte tombé dans l’aporie de l’alternative entre l’œuvre conditionnée par la vie du savant (ses origines, son milieu et, finalement, l’idée qu’il y a conversion de questionnements d’ordre privé en problèmes scientifiques) et la vie mise au service de l’œuvre (le repérage d’anecdotes sur les emplois du temps, le gouvernement scientifique de la vie privée, etc.), aporie qui fonde le canevas même de ce genre en soi que représente la « biographie scientifique » (M.-A. Kaeser). Mais y échapper en soulignant l’écart entre la personne intime et le producteur de savoirs (dans la lignée de Proust à propos des écrivains), entre la vie privée et la vie de laboratoire, a rapidement paru insuffisant tant les effets réciproques étaient manifestes. La « vie de l’esprit » (P. Valéry) n’est pas déposée sur la table de travail au moment de quitter le laboratoire pour être revêtue le lendemain. Et VISA souhaite précisément considérer les effets de l’œuvre sur la vie. Non la question triviale de la vie soumise à un emploi du temps, ni celle des effets matériels (d’un travail, d’une reconnaissance, d’une ignorance) sur la vie sociale. Il s’agira de se pencher sur le problème des effets cognitifs et intellectuels que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, la conduite de son existence, la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur. L’intuition fondamentale, suscitée par la lecture du texte séminal d’A. Gell est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, exerce un effet sur le producteur, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)