Poètes et anthropologues (États-Unis, XXe siècle)

Amalia DRAGANI

 

Cet article entend proposer l’esquisse d’une « petite histoire » de l’anthropologie nord-américaine au prisme des pratiques poétiques, à la fois catalysatrice d’une densité relationnelle rare et révélatrice d’enjeux institutionnels majeurs. Trois moments se distinguent.

La première période coïncide avec les années de déploiement du paradigme culturaliste de la discipline (1920-1930). Edward Sapir et Ruth Fulton Benedict publiaient alors dans les revues littéraires du circuit d’Ezra Pound à New York. Mais Margaret Mead, Jaime de Angulo, Maya Deren, Zora Neale Huston et Gregory Bateson écrivaient également de la poésie quoiqu’elle fût rarement éditée. À cette époque, la politique académique visait à une séparation entre la science et l’art synthétisée par cette phrase de Margaret Mead : « Nous vivions des vies où l’art et la science se battaient pour l’emporter »[1]. Cela produisit comme résultat non une inhibition de la pratique poétique en général mais une autocensure de cette dernière dans un seul cas et sur un seul thème: lors de l’activité scientifique et à propos du terrain.

Ensuite, une deuxième période (1960-1970) montre le lien entre les poètes de la Beat Generation, les jeunes de la Counter Generation et les ethno-poètes et linguistes fondateurs de la revue Alcheringa-Ethnopoetics. Le lieu essentiel de ces contacts était le Café Le Métro, où se rencontraient Allen Ginsberg et les Beatniks, les poètes confessionnels, le groupe du Black Montain de Charles Olson. Lors des happenings, des readings d’open poetry et performative poetry se donnaient rendez-vous les représentants de l’ethnopoétique : Jerome Rothenberg, Davis Antin, Jackson MacLow et les anthropologues Dennis Tedlock et Dell Hymes, fondateurs de la revue Alcheringa/Ethnopoetics (1970-1980).

Enfin, une dernière période concerne les années du literary turn, du poetic turn et du post-modernisme en anthropologie (dès les années 1980) qui coïncident avec de nombreuses publications individuelles et collectives en field poetry (poésie anthropologique) et l’instauration d’institutions telles que les concours et les prix de poésie anthropologique.

La field poetry propose l’insertion de la pratique poétique parmi les méthodes de terrain. Dans leurs vers, les poètes anthropologues contemporains décrivent leur terrain, à la différence des anthropologues des générations précédentes qui s’autocensuraient. Ils affrontent les sensations générées par le terrain, utilisant la poésie comme un moyen immédiat pour saisir intuitivement et de manière empathique les sujets natifs en même temps que leur propre historicité, faisant ainsi émerger des aspects inconscients mieux que la prose, selon eux, ne le permet. Cette poésie ne vise pas nécessairement à mettre en valeur la subjectivité de l’anthropologue, elle se veut avant tout descriptive, réaliste, un véritable « outil » pour restituer l’expérience de terrain en somme. Stanley Diamond, Renato Rosaldo, Regna Darnell ou Paul Friedrich sont de nos jours parmi les plus actifs se réclamant de façon de faire de l’anthropologie.

 Pour en savoir plus : Amalia Dragani, 2015, « La muse de l’anthropologie américaine. Poètes-anthropologues, “techniciens du sacré” et field poetry, Terrain, n°64, p. 130-143.

http://terrain.revues.org/15630

 

[1] Margaret Mead, 1959, An Anthropologist at Work. Writings of Ruth Benedict, Boston, Houghton Mifflin Company : XVIII.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.