Tous les articles par Ariela Epstein

Droit et enquêtes XIXe-XXe siècle

Dans le cadre du séminaire EHESS « Droit et enquêtes XIXe-XXe siècle »

 Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) présentera, le 20 mai 2016 :

« Quand les juristes s’essayent à l’ethnographie. À propos de quelques questionnaires d’anthropologie juridique ».

 

Ce séminaire est coordonné par: Frédéric Audren, chargé de recherche au CNRS (TH) ( Hors EHESS ), Alice Ingold, maître de conférences à l’EHESS ( CRH-GGH-Terres, CRH-GRHEN ) et Élodie Richard, chargée de recherche au CNRS ( CRH ).

Séminaire Ethnologie de la France (1945-1975)

La prochaine séance du séminaire:

« Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

(Archives nationales, MCC/DPRPS/Lahic et programme BEROSE)

aura lieu lundi 11 avril 2016, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité), de 14h30 à 17h. 

La séance sera consacrée aux réseaux savants suscités par la création des revues.
« Terreaux et terrains collectifs : comment naissent les revues d’ethnologie de la France » 
Nous aurait le plaisir d’écouter Christine Langlois, ancienne rédactrice en chef de la revue Terrain : « La création de Terrain aux prémices de la mission du patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture ».
En écho à cette intervention, la séance sera accompagnée de la présentation de l’éphémère Revue de Géographie humaine et d’ethnologie (1948-1949), évoquée lors du précédent séminaire, ainsi que d’un dossier d’archives lié à la création de la revue Etudes rurales (1959-1961) issu des archives de Georges Duby (MMSH Aix-en-Provence), et d’un versement des archives du CNRS composé de dossiers de demandes d’aide à l’édition accordée par le CNRS (Archives nationales, 20140310, https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_050944).
Les prochaines séances auront lieu les 2 mai, 30 mai et 27 juin prochains.
En espérant avoir le plaisir de vous retrouver le 11 avril à 14h30.
Christian Hottin et Yann Potin

Présentation d’ouvrage

La Formation à la recherche dans l’aire océanienne accueillera le mercredi 13 avril, en salle 10, de 15 à 17 h, au 105 bd Raspail :

Christine Laurière (CNRS, IIAC) pour la présentation de son ouvrage L’Odyssée pascuane 

Cette communication reviendra sur certains aspects de la mission archéologique et ethnographique d’Henri Lavachery et Alfred Métraux à l’Ile de Pâques (1934-1935). Ces derniers accostèrent fin juillet 1934 dans un lieu lourdement chargé d’histoires, indigène, coloniale, scientifique, qui s’enchevêtraient étroitement pour conférer à l’île de Pâques le statut de paradis perdu, a fortiori pour des ethnologues avides de pureté culturelle, d’authenticité inviolée. En 1934, les deux savants eurent affaire à une société déjà très ethnologisée, un « vieil os rongé » (Métraux) qui mettait au défi l’impératif de sauvetage ethnographique à la racine de toute mission ethnographique dans ces premières décennies du XXe siècle. C’est peu de dire que les conséquences des terribles exactions perpétrées dans les années 1860, la situation coloniale de l’île de Pâques, son statut de lieu mystérieux qui aimante explorateurs et savants, affectaient puissamment la façon dont le savoir ethnographique était recueilli auprès des informateurs indigènes – tout autant que la nature même de ce savoir. On s’interrogera en particulier sur la fabrique du savoir ethnographique en situation coloniale, sur les rapports complexes entre histoire, mémoire, authenticité et identité dans une perspective anthropologique.

Voici le lien du Carnet de Bérose, L’Odyssée pascuane: http://www.berose.fr/?L-Odyssee-pascuane-Mission-Metraux

Les organisateurs,

Alban Bensa, directeur d’études à l’EHESS ; Jessica de Largy Healy, chargée de recherche au Musée du quai Branly ; Yannick Fer, chargé de recherche au CNRS ; Gwendoline Malogne-Fer, postdoctorante au GSRL, CNRS ; Marie Salaün, professeur à l’Université Paris Descartes

Séminaire « Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

la première séance aura lieu ce lundi 8 février, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité).

Cette première séance est consacrée à un tableau des institutions de recherches et musées ethnologiques à l’issue du second conflit mondial. Nous aurait le plaisir d’écouter deux intervenants, dans un dialogue croisé :
– Christine Laurière (chargée de recherches au CNRS, IIAAC/LAHIC) :  « Le musée de l’Homme dans la tourmente de la guerre et de l’Occupation. Conséquences pour la reconstruction d’après-guerre »

– Arnauld Chandivert (maître de conférences en Ethnologie, Université de Montpellier, CERCE): « « L’histoire en parallèles: du musée de l’Homme au « musée français » (1937-1952) »

Présentation du séminaire

Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : 

archives et réseaux, entre recherche et patrimoine

Pour la seconde année consécutive, les Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales), la mission du patrimoine ethnologique et immatériel (Direction générale des patrimoines, département du pilotage de la recherche) et le programme BEROSE (CNRS/IIAC) s’associent pour développer un séminaire d’échanges et de réflexion sur les archives et l’histoire de l’ethnologie de la France au cours du vingtième siècle. Il s’agit de prolonger une enquête socio-historique collective, menée jusqu’ici pour l’essentiel jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, avec comme principale ligne de mire, la fracture entre le folklore et l’ethnologie1.

Le séminaire de l’an passé, dédié à la mise en question de la conservation et de la dispersion des archives publiques et privées, administratives ou scientifiques, de ce qui se dit ou s’assemble sous le vocable « d’ethnologie de la France » a permis de circonscrire un cadre plus précis d’analyse, en vue d’identifier et de cartographier les « réseaux » savants de l’ethnologie « française », et leur modalités variables d’institutionnalisation. Dans le cadre du programme BEROSE (Encylopédie en ligne sur l’histoire des savoirs ethnographiques en Europe), http://www.berose.fr/), il s’agira donc cette année d’élaborer une prosopographie dynamique et relationnelle des réseaux d’appartenance à l’ethnologie de la France entre 1945 et 1975, avec une attention particulière pour le division sociale et sexuelle du travail savant.

Entre la refondation du CNRS en 1945, la création de la Société d’Ethnologie française en 1946 et l’ouverture du bâtiment du Musée des Arts et Traditiosn populaires en 1972, avant le rapport pessimiste de Jacques Soustelle en 1975 et le premier projet de Mission du patrimoine ethnologique portée par Isaac Chiva dès 1976, la période 1945-1975 correspond aux fameuses « Trentes glorieuses » économiques, sinon sociales. Ces trois décennies sont aussi la période de formation d’au moins deux, voire trois générations « d’ethnologues » et la persévérance de figure tutélaires, de Georges-Henri Rivière à Marcel Maget, d’André Varagnac à André Leroi-Gourhan.

Il s’agit enfin d’une phase de déruralisation accélérée de la population française qui suscite une nostalgie latente pour un monde qui semble s’effacer sous les yeux mêmes des enquêteurs. Si une partie des ethnologues « sociaux » du début des années 1950, à l’instar de Paul-Henry Chombart de Lauwe, deviennent peu à peu des sociologues de la ville et du travail, l’ethnologie de la France semble ne pas parvenir à se libérer d’un paradigme fondamentalement ruraliste. A peine assise sur des bases institutionnelles visibles, sinon solides, au Centre d’ethnlogie française comme au Laboratoire d’Anthropologie sociale à Paris, mais aussi dans certaines capitales régionales, de Dijon à Toulouse, l’ethnologie de la France semble vouloir croire à la disparition d’un objet qui lui échappe, y compris auprès du grand public : en 1975, les succès éditoriaux colossaux du Cheval d’Orgueil et de Montaillou, semblent déborder la démarche ethnographique sur ses marges littéraires et historiographiques. Tout ceci accompagne et provoque un veritable « tournant patriomonial » de l’ethnologie de la France, qui circonscrit peu à peu une autre chronologie et d’autres logiques institutionnelles, en lien direct avec l’administration des « affaires culturelles ».

Ce moment de patrimonialiation durable de l’ethnologie marque le terme provisoire de notre enquête prosopographique : initiée dans le cadre des collectes suscitées par la création du Musée des Arts et Traditions populaires après 1939, démulitpliée sur le territoire par la création de l’Inventaire général du patrimonie culturel 1964, approfondi par celui du patrimoine industriel à partir de années 1970, la superposition entre logiques de conservation et de recherche culmine en effet avec la création d’une mission permanente du « patrimoine ethnologique » en 1979.

Les six séances proposées cette année consistent à prendre la mesure de cette périodisation, entre institutionnalisation scientifique et patrimoniale, à travers la confrontation des réseaux et des appartenances, sinon de nouveaux statuts professionnels pour les « ethnologues ».

Lieu : Ministère de la Culture et de la Communication, salle du foyer, 182 rue Saint Honoré.

Dates : 8 février, 21 mars, 11 avril, 2 mai, 30 mai et 27 juin. (14h30-17h30)

1. Du folklore à l’ethnologie, Christophe, Jacqueline ; Boël, Denis-Michel ; Meyran, Régis (éd.), Paris : Ed. de la Maison des sciences de l’homme, 2009.

Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée laboratoire

couv_histoire_mh_452Sous la direction de Claude Blanckaert
Préface d’Yves Coppens
Éditions Artlys / Muséum national d’Histoire naturelle
288 pages
120 illustrations
39 euros

Cet ouvrage permet de découvrir l’histoire riche et complexe de ce haut lieu de la culture et des questionnements sur l’Homme, de la création du Palais du Trocadéro en 1878 jusqu’au Musée de l’Homme rénové de 2015.

Claude Blanckaert, philosophe et historien des sciences, a réuni autour de lui les meilleurs spécialistes pour retracer l’histoire du musée dans sa longue durée, son cadre socio-historique et culturel, ses réalisations et ses dynamiques intellectuelles, sans masquer les éléments d’inertie ni les conflits qui ont pu l’affecter.

Ainsi s’entrelacent une histoire institutionnelle, celle de l’émergence de disciplines autour de l’Homme, celle aussi de femmes et d’hommes qui en ont été les acteurs. Des photos d’archives, pour la plupart inédites, illustrent le propos.

Dans cet ouvrage, un article de Christine Laurière:  « 1938-1949 : un musée sous tensions »,  pp. 46-77.

 

Archive(s) et recherche en sociologie des religions (II) : biographies croisées​

Journée d’étude du 14 décembre 2015

Archives nationales
59 rue Guynemer
93383 Pierrefitte-sur-Seine

Voir le programme

Cette journée d’étude fait suite à celle du 10 décembre 2014, «Archive(s) et recherche en sociologie des religions», organisée aux Archives nationales (http://assr.revues.org/26088?file). Elle s’inscrit dans le cadre de la célébration du quarantième anniversaire de la création de l’école des hautes études en sciences sociales.

Son objet consiste à faire un premier point sur le travail biographique engagé diversement sur six membres pionniers du Groupe de sociologie des religions (GSR): Gabriel Le Bras (1891-1970), Henri Desroche (1914-1994), émile Poulat (1920-2014), François-André Isambert (1924), Jacques Maître (1925-2013) et Jean Séguy (1925-2007). Autant d’itinéraires savants issus de la refondation de la sociologie française après la Seconde Guerre mondiale. Des chemins marqués à l’origine par la reformulation sociologique de l’objet religieux puis qui ont suivi chacun leur propre ligne de pente. L’héritage multiple qu’ils ont pu constituer aujourd’hui, notamment à travers la revue Archives de sciences sociales des religions, interroge autant leur communauté que leur disparité de destins.

Leur approche biographique vise non seulement à associer les vies et les oeuvres dans des contextes politiques et académiques évolutifs, mais aussi à expliciter les rapports d’affiliation ou de confrontation entre les biographes et leurs sujets. Réflexion qui ne peut manquer de rencontrer celle sur les sources orales, archivistiques et textuelles, publiques et privées, qui forment la matière des reconstructions narratives.

Le séminaire VISA 2015-2016

séminaire

Vie savante et anthropologie

Université de Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche

 Coordination : Nicolas Adell

A partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

 Programme

18 décembre Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès)La vie savante comme objet historique et anthropologique E32310h30-12h30
8 janvier Daniel Fabre (EHESS)Studium et punctum dans des vies savantes : Lévi-Strauss, De Martino, Saussure, Bourdieu et quelques autres D3010h30-12h30
5 février Christian Bromberger (Université de Provence)Germaine Tillion, une ethnologue dans le siècle E32310h30-12h30
11 mars Emmanuelle Loyer (Sciences Po – Paris)Claude Lévi-Strauss E32310h30-12h30
25 mars Tzvetan Todorov (CNRS)Deux approches des sciences humaines : Claude Lévi-Strauss et Germaine Tillion D3110h30-12h30
6 mai Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès) Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre D32310h30-12h30
3 juin Giordana Charuty (EPHE)Ernesto de Martino, les vies antérieures d’un anthropologue E32310h30-12h30

Cahier Dakar-Djibouti. Griaule, Leiris, Lifchitz, Lutten, Mouchet, Roux, Schaeffner

Édition critique annotée et coordonnée par Eric Jolly et Marianne Lemaire

Vient de paraître aux éditions Les Cahiers.

31u0yx3RM4L._SX341_BO1,204,203,200_

La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933) est la plus célèbre et prestigieuse des missions ethnographiques françaises. Pour la première fois sont réunis en une seule édition critique l’ensemble des soixante dix-sept écrits scientifiques et littéraires produits par ses participants, illustrés par plus de cinq cents photographies.

De mai 1931 à février 1933, la mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti traversait l’Afrique d’ouest en est. Exceptionnelle par son ampleur et son retentissement, cette expédition collective a suscité de nombreuses études, mais la plupart ont laissé dans l’ombre la variété des écrits scientifiques ou littéraires produits par ses membres. De leurs préparatifs de départ à leur retour, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner ont rédigé soixante-dix-sept textes, souvent méconnus, parfois inédits : études ethnographiques ou ethnomusicologiques, notes linguistiques, communiqués de presse, rapports, récits de voyage, instructions méthodologiques, questionnaires ou conférences radiophoniques.

Ces écrits, rassemblés pour la première fois dans cette édition critique, ne témoignent pas seulement des méthodes et des présupposés de la plus célèbre des missions ethnographiques françaises, ils éclairent également le parcours de leurs auteurs et l’histoire de l’ethnologie à un moment où les chercheurs de cette discipline fréquentent autant les avant-gardes que les institutions muséales et universitaires.

Édition établie par Éric Jolly et Marianne Lemaire, chargés de recherche au C.N.R.S. (IMAF ), avec la collaboration de Julien Bondaz, Claire Bosc-Tiessé, Marie Gautheron, Brice Gérard, Jean Jamin, Makeda Ketcham, Cécile Van den Avenne, Anaïs Wion.

 

Les comptes rendus juridiques rendent-ils compte de l’histoire des Facultés de droit ?

Journée d’étude de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

Le 6 novembre 2015 à l’ Université Panthéon-Assas – Salle des Conseils 12, place du Panthéon – Paris Ve

 voir le programme

 

Laetitia GUERLAIN, membre du programme VISA, présentera dans ce cadre:

« Les comptes rendus de revues, miroir des relations entre droit et anthropologie (XIXe-XXe siècles) »

Nous souhaitons, à travers les comptes rendus de revues, offrir un premier repérage des passerelles entre le droit et l’anthropologie aux XIXe et XXe siècles. Les recensions d’ouvrages forment en effet un matériau propice pour l’évaluation de la circulation des idées et leur réception : de quels ouvrages ethnographiques, anthropologiques ou folkloriques les revues juridiques rendent-elles compte, dans quels termes et pourquoi ? Inversement, quels sont les ouvrages juridiques discutés dans les revues anthropologiques ? Nous nous proposons d’interroger les modalités et les temporalités de la discussion, pour tenter de préciser ce qu’elle révèle du juridique des anthropologues, mais aussi de l’anthropologie des juristes.

Colloque de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme

Le colloque de la SFHSH

aura lieu les 5 et 6 novembre 2015

à l’ Ecole Normale Supérieure – Centre Cavaillès

vous pouvez consulter le programme détaillé

Voir notamment:

le symposium VISA Coordonné par Nicolas Adell : La vie savante. Ce que la science fait à la vie (Anthropologie-ethnologie, XIXe – XXe siècles)

Jean-François Bert : Michel Foucault à Münsterlingen, une expérience à l’origine d’un style.

Jérôme Lamy : Une ethnologie spéculaire ? L’œuvre de Michel Leiris dans ses journaux et ses écrits autobiographiques.

Christine Laurière : « Il faut savoir vivre dangereusement ». Portrait d’Arnold Van Gennep en ethnographe hors-champ.

Marianne Lemaire : Vies savantes au féminin.

Pour le résumé des communications de ce symposium, c’est ici.

Du folklore a l’ethnologie : une affaire de femmes ?

conférence journées d’études internationales

4 et 5 novembre

Maison des mémoires de Carcassonne

colloque affaires de femmes

Télécharger le programme

Consacrées à l’ethnologie au féminin et au féminin de l’ethnologie, ces rencontres entendent croiser la question des pratiques ethnographiques et celle des identités savantes. La mise en perspective historique ajoutera aux bénéfices à attendre de cette mutualisation des questionnements. Car plus qu’un préalable permettant d’éclairer le présent, le détour par l’histoire nous fournit l’objet d’un premier étonnement, tant est grand le contraste que forment, des balbutiements du folklore à nos jours, les façons dont notre objet se présente.

La relation des femmes à la discipline naissante manque d’évidence. Peu de femmes semblent en effet être entrées, ou avoir été admises au panthéon du folklore. Sans doute autant qu’une réalité socio­ historique, doit­on soupçonner là l’effet d’une mémoire disciplinaire sélective. Quoiqu’il en soit, le repérage de la présence des femmes au cœur de la discipline constitue le premier défi à relever. Et faute d’être en mesure de pallier le silence des sources, l’on peut faire un pas de côté et investir d’autres espaces savants, hors de nos frontières nationales, notamment en Angleterre, où les femmes folkloristes bénéficient de toute évidence d’une reconnaissance plus précoce. Non sans interroger les écarts observables et leurs raisons d’être.

Aujourd’hui la situation est toute autre. Selon le
bilan social du CNRS, près de 60 % des chercheurs
relevant de la section Anthropologie du CNRS sont en
effet des femmes1 , soit une proportion nettement
supérieure à celle (45,3 %)2 que l’on obtient à
l’échelle des sciences humaines et sociales, elle­
même au­dessus du pourcentage (32,9 %)3 obtenu
pour l’ensemble des disciplines. Certes, ces chiffres
ne font pas le départ entre ethnologues de l’ailleurs et ethnologues de l’ici, mais l’on peut, sans trop risquer de se méprendre, supposer qu’ils valent tout autant pour les unes que pour les autres.

La sociologie pourrait aisément élucider ce renversement, en invoquant la conjonction de traits culturels et d’évolutions diverses : la plus grande attirance des femmes pour les « sciences molles », les progrès en matière de parité, la démocratisation de l’accès aux études supérieures, etc. Cela étant, ces explications suffisent­elles à rendre compte de la féminisation qui s’avère plus poussée en ethnologie que dans toute autre discipline ? À tout le moins, le phénomène réclame attention et rend d’autant plus nécessaires les interrogations qui sont les nôtres.

Vies et œuvres des folkloristes d’hier et des ethnologues d’aujourd’hui formeront le terrain d’une investigation à double entrée. L’on s’emploiera à saisir le rôle que peut être appelé à jouer le genre dans l’orientation disciplinaire, son influence dans le choix des objets, son incidence sur l’accès au terrain, la collecte des données et la possibilité même de réaliser telle ou telle enquête, la façon dont il interfère dans la problématisation des données, les modalités de restitution, les styles d’écriture, ses effets sur le déroulement des carrières, le rapport au(x) maître(s), l’introduction et l’insertion dans les réseaux, l’acquisition des titres et des statuts, etc. De manière peut­être moins attendue, l’on essaiera également de retourner le questionnement pour envisager ce que l’œuvre d’ethnologue fait à la vie de femme. En quoi et comment la science de l’autre participe­t­elle d’une identité féminine ? Est­elle à même d’y contribuer plus qu’une autre comme le suggèrent les statistiques ? Comment alors s’opère la collusion des identités, d’ethnologue et de femme ? Il importe de ce point de vue de tirer avantage du recul que nous donne la perspective historique : en dénudant le féminin de l’ethnologie de son actuelle et « naturelle » évidence, le retour aux origines nous invite à être attentifs à ce qui fonde ces affinités et aux éléments de contexte susceptibles de les encourager.

Ces journées sont communes au programme Archivethno France de l’Ethnopôle GARAE (Groupe audois de recherches et d’animation ethnographique), au cycle Ethnographies plurielles de la SEF (Société d’ethnologie française), au projet ANR VISA (Vies savantes), et aux préoccupations de l’IIAC ­ Équipe LAHIC touchant à l’épistémologie de la discipline.

Parution et rencontre autour de Claude Levi-Strauss

Jeudi 1er octobre 2015 à 19 h 30
Claude Lévi-Strauss

 

LS

À l’occasion de la publication de la biographie Claude Lévi-Strauss (Flammarion, collection « Grandes biographies », 2015) et du volume de lettres inédites de l’anthropologue à ses parents, Chers tous deux (Seuil, collection « La Librairie du XXIe siècle », 2015) Avec la participation d’Emmanuelle Loyer, auteur de la biographie ; Monique Lévi-Strauss, épouse de Claude Lévi-Strauss, auteur d’Une enfance dans la gueule du loup (Seuil, 2014) ; Daniel Fabre, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS Table ronde modérée par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’Histoire sur France Culture.

Claude Lévi-Strauss (1908-2009) a exercé une influence décisive sur les sciences humaines, devenant notamment l’une des figures fondatrices du structuralisme. Il a occupé la chaire d’anthropologie sociale au Collège de France de 1959 à 1982. Membre de l’Académie française à partir de 1973, il est l’auteur d’une œuvre scientifique majeure, avec notamment Tristes tropiques, Le Totémisme aujourd’hui, La Pensée sauvage ou Mythologiques. Cette rencontre mettra en lumière les grandes périodes de sa vie, traversant l’histoire intellectuelle du XXe siècle. Elle interrogera aussi son identité juive et sa relation à l’art : son père était l’artiste peintre Raymond Lévi ; son grand-père maternel, le rabbin de la synagogue de Versailles. Claude Lévi-Strauss est aussi l’arrière-petit-fils d’Isaac Strauss, compositeur et chef d’orchestre, collectionneur, entre autres, d’objets liturgiques et de manuscrits hébraïques. Sa collection constitue l’un des fonds majeurs du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Emmanuelle Loyer, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris, est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947 (Grasset, 2005).

6 € – 4 €

Tous les tarifs
Réserver pour cette activité
par mél : reservations@mahj.org
ou par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi
de 14 h à 17 h 30

COLLOQUE MICHEL LEIRIS JEUDI 10 SEPTEMBRE 2015 AU MUSEE DU QUAI BRANLY

À l’occasion de l’exposition Leiris & Co. au Centre Pompidou-Metz, réalisée en partenariat avec le musée du quai Branly, un important colloque dédié à la figure de Michel Leiris se tiendra les 10 et 11 septembre 2015 à Paris puis à Metz au sein des deux institutions partenaires.
Michel Leiris (1901-1990), poète, écrivain, critique d’art et ethnographe, a été un des fondateurs de l’anthropologie en France. Notamment spécialiste des créations plastiques africaines, des secrets initiatiques et des cultes de possession, il a également été l’un des grands innovateurs de l’écriture autobiographique et penseurs de la modernité artistique. Ses engagements esthétiques, moraux et politiques l’on rapproché des surréalistes, des existentialistes, des mouvements antiracistes et anticolonialistes.
Le colloque proposé, qui, tout comme l’exposition, entend aborder l’homme, l’oeuvre, la pensée et les amitiés, se déroulera sur deux jours et en deux endroits : la première journée consacrée à l’anthropologie (Afrique, Antilles, Algérie, Afición et autres fantômes) au musée du quai Branly ; la seconde journée consacrée aux arts et à l’esthétique (Regarder, écouter, écrire) au Centre Pompidou-Metz.
Le colloque sera clôturé par la projection du film Secteur IX B de Mathieu Kleyebe Abonnenc, qui met en scène l’exploration et la conservation d’une collection anthropologique, à travers une relecture de L’Afrique fantôme de Michel Leiris.

PROGRAMME DU COLLOQUE MICHEL LEIRIS

I / musée du quai Branly Jeudi 10 septembre 2015

Anthropologie
Afrique, Antilles, Algérie, Afición et Autres fantômes

Matin : président de séance, Jean Jamin, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, conseiller scientifique de l’exposition Leiris & Co.

9 h 30 – 9 h 40 : Ouverture par Frédéric Keck, directeur du Département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

9 h 40 – 10 h 00 : Discours inaugural, par Bernard Blistène, directeur du Musée national d’Art moderne.

10 h 00– 10 h 30 : Le sacrilège, l’informe et le passage à l’art. Leiris et le « Boli », par Jean- Paul Colleyn, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. 10 h 45 – 11 h 00 : Pause café.

11 h 15 – 11 h 45 : Possession, dépossession, par Vincent Debaene, professeur de littérature française à Columbia University, New York.

12 h 00 – 12 h 30 : Possession, sacré, sacrifice, par Erwan Dianteill, professeur d’anthropologie à l’Université Paris-Sorbonne.

12 h 45 – 14 h 00 : Pause déjeuner.
Après-Midi : président de séance, Daniel Fabre, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

14 h 00 – 14 h 30 : Leiris et l’Algérie, par Rémi Labrusse, professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris Ouest-Nanterre.

14 h 45 – 15 h 15 : Archiver les rêves. Michel Leiris et les matériaux oniriques de la mission Dakar-Djibouti, par Julien Bondaz, maître de conférences en anthropologie à l’Université Lumière-Lyon 2.

15 h 30 – 16 h 00 : Antilles au carrefour de civilisations, par Anna Lesne, professeur à New York University, Paris.

16 h 15 – 16 h 30 : Pause café.
16 h 30 – 17 h 00 : Sous le signe de Césaire, par Gérard Cogez, professeur de littérature à l’Université de Lille.

17 h 15 – 17h45 : Ontologie et anthropologie : Leiris lecteur de Sartre, par Philippe Sabot, professeur de philosophie, Université Lille 3.

18h – 18h30 : Afición. Regard actuel sur le « Miroir de la tauromachie, par Francis Wolff, professeur de philosophie à l’École normale supérieure.

18 h 45 : fin de la première journée.

II / Centre Pompidou-Metz

Vendredi 11 septembre 2015

Regarder, écouter, écrire

 

Matin : président de séance, Francis Marmande, professeur émérite à l’Université Denis- Diderot, Paris 7.

9 h 15 – 10 h 00 : Visite de l’exposition.

10 h 00 – 10 h 10 : Ouverture par Emma Lavigne, directrice du Centre Pompidou-Metz.

10 h 15 – 10 h 30 : Exposante fixe, par Denis Hollier, professeur de littérature à New York University, commissaire de l’exposition Leiris & Co.

10 h 30 – 11 h 00 : Écrire, rêver, par Laurent Jenny, professeur de littérature à l’Université de Genève.

11 h 00 – 11 h 15 : Pause café.

11 h 15 – 11 h 45 : Totalité et fragment dans l’œuvre autobiographique de Michel Leiris, par Catherine Maubon, professeur de littérature à l’Université de Sienne.

12 h 00 – 12 h 30 : A propos de Biffures : une langue, et plus d’une langue, par Nathalie Barberger, professeur de littérature à l’Université Lumière-Lyon 2.

12 h 45 – 13 h 15 : L’Avant-scène Roussel, par Patrick Besnier, professeur émérite à l’Université du Maine.

13 h 30 – 14 h 30 : Pause déjeuner.
Après-midi : président de séance, Richard Sieburth, professeur de littérature à New York University

14 h 30 – 15 h 00 : Cure, corps, écriture, par Gérard Wajcman, écrivain, psychanalyste et professeur à l’Université Paris 8.

15 h 15 – 15 h 45 : Là-bas, Babil, Babel, par Jean-Loup Rivière, professeur à l’École normale supérieure de Lyon et au Conservatoire supérieur d’art dramatique de Paris. 15 h 45 – 16 h 00 : Pause café.

16 h 00 – 16 h 30 : Jazz en zigzag, par Diane Turquety, historienne de l’art.
16 h 45 – 17 h 15 : Écrire l’art, par Philippe Dagen, professeur d’histoire de l’art à

l’Université Paris 1. 17 h 30 : Fin de la deuxième journée.

18 h 30 – 19 h 20 : Projection du film « SECTEUR IX B » en présence de Mathieu K. Abonnenc. Coproduction Centre Pompidou Metz, CAC Brétigny. En partenariat avec le Muséum national de l’histoire naturelle (site du Jardin des Plantes et Musée de l’Homme), le musée du quai Branly, l’IFAN Dakar.

 

Germaine Tillion Les combats d’une ethnologue

Tschann libraire et  les Éditions de l’EHESS ont le plaisir de vous convier le jeudi 28 mai à 20h à la présentation du livre

 Germaine Tillion
Édition préfacée et annotée par Christian Bromberger et Tzvetan Todorov
ImageProxy
 
En présence de Christian Bromberger, anthropologue, et professeur émérite à Aix-Marseille Université
 

Observer, tenter de comprendre et d’expliquer les comportements humains, y compris dans les situations les plus tragiques: Germaine Tillion a traversé le XXe siècle en ethnologue, animée d’une exigence absolue dans sa quête de la vérité et dans son désir de justice.

 Déportée à Ravensbruck pendant deux ans, envoyée par le gouvernement français en Algérie pour négocier secrètement avec les belligérants, le témoignage qu’elle nous livre ici montre comment, sans concession aucune envers ses commanditaires comme envers ses ennemis, elle a réussi à faire progresser la «France généreuse et fraternelle» qui, aujourd’hui, l’accueille au Panthéon.
 
Germaine Tillion (1907-2008)
 
Tschann Libraire – 125 Boulevard du Montparnasse –
75006 Paris
Tél : 01 43 35 42 05 – fax : 01 43 22 41 18 – www.tschann.fr
librairie@tschann.fr
Métro : Vavin, Raspail ou N.-D. des Champs – RER : Port-Royal –
Bus : 58/68/83 ou 91