Archives de catégorie : Actualités/Evénements

Colloque international – Aux sources de l’anthropologie française contemporaine

Colloque international Bérose – ANR VISA

Années 1950 : Aux sources de l’anthropologie française contemporaine. L’inventaire des possibles

17, 18 & 19 octobre 2017, Paris

EHESS, 105, Bd Raspail – Salle 13 & Musée de l’Homme, Place du Trocadéro Auditorium Jean-Rouch

Cinq ans après la fin de la guerre, la période d’institutionnalisation et de consolidation de l’ethnologie française, ouverte en 1925-1928, se clôt définitivement avec le départ à la retraite de Paul Rivet (remplacé en janvier 1950, à la tête du musée de l’Homme, non par un ethnologue mais par un paléontologue et anthropologue physique, H. V. Vallois), et le décès de Marcel Mauss en février 1950. Après la disparition de Lucien Lévy-Bruhl, en mars 1939, ce sont les deux autres fondateurs de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris, creuset de formation intellectuelle de la première génération d’ethnologues professionnels, qui quittent leurs fonctions ou ce monde. Au tournant de la décennie 1950, la relève est indéniablement assurée, les héritiers – directs et indirects – sont nombreux, plusieurs ethnologues (ou sociologues, la frontière est parfois poreuse) qui joueront un rôle notable dans le champ anthropologique sont rentrés ou vont rentrer des États-Unis, du Mexique, du Brésil, ou de captivité : Claude Lévi-Strauss, Alfred Métraux, Jacques Soustelle, Roger Bastide, Louis Dumont, mais aussi Georges Gurvitch qui, avec Gabriel Le Bras et Henri Lévy-Bruhl, crée en 1946 le Centre d’études sociologiques dont seront proches Bastide, Georges Balandier, Jacques Berque qui hésiteront à se réclamer de l’ethnologie pour lui préférer l’affiliation ou la filiation sociologique, moins suspecte de cantonner les sociétés lointaines sur des rivages archaïques ou essentialistes. Marcel Griaule occupe la chaire d’ethnologie de la Sorbonne depuis sa création, fin 1941 ; André Leroi-Gourhan, celle d’ethnologie coloniale à l’université de Lyon depuis 1944 avant de succéder à Griaule au décès de ce dernier, en 1956.

Pour le champ anthropologique français, la période qui s’ouvre au seuil de ces années 1950 est à la fois riche de promesses et polyphonique – le jeu semble très ouvert. Impossible de ne pas faire preuve d’un regard présentiste quand on considère ces années, a posteriori : les grands laboratoires d’anthropologie (laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, laboratoire d’ethnologie de Nanterre) ne seront fondés que dix voire dix-sept ans plus tard ; une série de centres d’études régionales ou spécialisées se crée, en métropole et outre-mer ; ni le structuralisme ni le marxisme ne domine les débats théoriques ; les grands noms de l’anthropologie française ne le sont pas encore ; la communauté des enseignants et chercheurs est relativement réduite (environ cent soixante, selon Leroi-Gourhan), le musée de l’Homme exerce encore une certaine force centripète autour de laquelle satellisent plusieurs institutions en métropole et outre-mer ; les premières RCP (recherches coopératives sur programme) ne débuteront que vers 1962. Progressivement, avec des recrutements de personnalités marquantes, la VIe section de l’EPHE monte en puissance et affirme une épaisseur anthropologique inédite jusque-là.

En procédant à un carottage forcément réducteur, l’ambition centrale du colloque est de tenter de cartographier les forces vives en action, d’identifier certains acteurs (installés, émergents) importants, de repérer de nouveaux objets d’études, d’évoquer des terrains ethnographiques marquants, d’observer les frottements sur les frontières disciplinaires (avec la psychologie, la sociologie, le droit, la littérature), les sollicitations d’expertise émanant de l’Unesco, la recomposition de l’ethnologie de la France avec l’exclusion progressive des folkloristes et la mise en place de la pratique ethnographique, les circulations d’idées par-delà les frontières. Il se publie des ouvrages importants, écrits par la génération montante d’ethnologues français, qui vont durablement marquer le champ. Celui-ci est très dynamique, avec une grande pluralité de sensibilités théoriques et ethnographiques ; des voix très originales s’expriment. De plus, s’ouvre une période très chahutée avec le début des guerres coloniales et des décolonisations.

Le colloque ne saurait prétendre à une quelconque exhaustivité (impossible), mais nous espérons offrir un tableau suffisamment suggestif de ce tournant des années 1950 pour esquisser un panorama intéressant toute la décennie. Nous souhaitons être attentifs à la grande diversité d’ambitions scientifiques et méthodologiques portées par les anthropologues qui vont façonner les trente années suivantes, sans adopter forcément une optique téléologique. Il y a des échecs, des impasses, des tentatives prometteuses qui n’iront pas jusqu’au bout : la science en train de se faire, en somme. L’envie est forte de décloisonner les aires culturelles, de faire dialoguer européanistes et « exotisants », de mêler histoires institutionnelle et scientifique « pure », permettant ainsi une lecture à plusieurs niveaux de la période, tentant de restituer cet inventaire étourdissant des possibles d’une très riche décennie, décisive pour le paysage actuel de l’anthropologie française contemporaine.

Programme

 

Mardi 17 octobre 2017

EHESS, 105, Bd Raspail – Salle 13

 

9h00                           Accueil par Sophie Wahnich (IIAC)

Christine Laurière (CNRS, IIAC-LAHIC)Le moment 1950

 

9h30-12h45        L’ethnologie africaniste, entre traditions et modernités

Session présidée par Eric Jolly (CNRS, IMAF)

 

9h30-10h00         Gaetano Ciarcia (CNRS, IMAF) :

Des flux historiques et des reflux ethnologiques. Deux études de Bernard Maupoil et Pierre Verger sur les sociétés dahoméennes (1943-1953)

 

10h15-10h45       Julien Bondaz (Université Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains) :

De l’inventaire à l’enquête. Le tournant « sociologique » de l’Institut français d’Afrique noire (1946-1955)

 

11h00-11h15              Pause

 

11h15-11h45       Anaïs Mauuarin (Paris I/MQB) :

L’ethnologue en explorateur. De la filiation à la reconfiguration

 

12h00-12h30       Damien Mottier (Université Paris Nanterre) :

Inquiétude et métamorphose du cinéma ethnographique

 

12h45-14h15              Pause déjeuner

 

14h15-18h30      ethnologies du proche. Expériences italienne et française

Session présidée par Sylvie Sagnes (CNRS, IIAC-LAHIC)

 

14h15-14h45       Gino Satta (Université de Bari) :

Ernesto de Martino et la refondation de l’ethnologie italienne dans l’après-guerre

 

15h00-15h30       Arnauld Chandivert (Université de Montpellier, CERCE) :

Par-delà le « fracas des événements ». L’ethnologie de la France autour du musée des ATP dans les années 1950. Réseaux, définitions, ambitions

 

15h45- 16h15      Marie-Barbara Le Gonidec (MCC, CNRS, IIAC-LAHIC) :

L’ethnomusicologie de la France à la fin des années 50 : une nouvelle vague venue de Bretagne…

 

16h30-17h00              Pause

 

17h00-17h30       Nicolas Adell (Université Jean-Jaurès Toulouse, Ethnologie française) :

Une ethnologie française tous terrains. Marcel Maget en 1950

 

17h45-18h15       François Gasnault (MCC, CNRS, IIAC-LAHIC) :

Pour une Europe de l’ethnomusicologie : Paul Collaert et les colloques de Wégimont, 1954-1963

Mercredi 18 octobre 2017

Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, Auditorium Jean Rouch

 

9h00                            Accueil par André Delpuech (Directeur du Musée de l’Homme)

 

                 9h15-12h30      Frottements et frontières disciplinaires

Session présidée par Frédéric Audren (CNRS, École de droit de Sciences-Po)

 

9h15-9h45           Anne Raulin (Université Paris Nanterre) :

Repenser le courant Culture & Personnalité après l’engouement intellectuel des années 50 en France

 

10h00-10h30       Jean-Christophe Marcel (Université de Dijon) :

Les « anthropologues de la Sorbonne » et la reconstruction de la sociologie française

 

10h45-11h00              Pause

 

11h00-11h30       Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) :

La décennie 1950 de l’ethnologie juridique, ou l’âge des possibles

 

11h45-12h15       Eleonore Devevey (Université Lyon 2/Université de Genève) :

Georges Condominas à Sar-Luk : entre-deux et « trait d’union »

12h30-14h00              Pause déjeuner

14h00-17h30       L’héritage maussien en partage

Session présidée par Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK)

 

14h00-14h30       Thomas Hirsch (EHESS, CRH) :

  1. La mort de Marcel Mauss, la fabrique d’un fondateur

 

14h45-15h15       Vincent Debaene (Université de Genève) :

Anthropologie structurale zéro

 

15h30-15h45              Pause

 

15h45-16h15       Philippe Soulier (Université Paris Nanterre) :

La construction du concept d’ethnologie chez Leroi-Gourhan durant la décade 1945-1955

 

16h30-17h00       Jean-Claude Galey (EHESS, CEIAS),

L’anthropologie concertante de Louis Dumont : les monographies de fondation. La Tarasque(1951), Une sous-caste de l’Inde du Sud (1957).

Jeudi 19 octobre 2017

Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, Auditorium Jean Rouch

 

9h00-12h15        Ethnologues en situations coloniales

Session présidée par Eric Wittersheim (EHESS, IRIS)

 

9h00-9h30           Silyane Larcher (CNRS, URMIS) :

Césaire, Leiris et nous. Regard post-colonial sur un dialogue anticolonialiste et antiraciste à l’épreuve de l’assimilation (1946-1956)

 

9h45-10h15         Sarah Frioux-Salgas (Musée du quai Branly) :

La revue Présence Africaine et Pierre Naville : la question du travail en Afrique noire

 

10h30-10h45              Pause

 

10h45-11h15       Franck Beuvier (CNRS, IIAC) :

Culture contact et situation coloniale. Isaac Schapera et Georges Balandier

 

11h30  12h00      Christine Laurière (CNRS, IIAC-LAHIC) :

Jacques Soustelle, un ethnologue gouverneur général dans l’Algérie en guerre (1956-1957)

 

12h15-14h00              Pause déjeuner

 

14h00-17h30      Des questionnements communs. Amériques noires et syncrétismes religieux africains

Session présidée par Kali Argyriadis (CNRS, URMIS)

 

14h00-14h30       Stefania Capone (CNRS, EHESS, CESOR) :

Roger Bastide ou le miroir de l’autre. Réseaux intellectuels et constitution d’un domaine afro-américaniste

 

14h45-15h15       Fernanda Areas Peixoto (Université de São Paulo) :

Recherche et intervention : Roger Bastide et le programme de l’Unesco à São Paulo, 1951-1952

 

15h30-15h45              Pause

 

15h45-16h15       Julia Vilaça Goyata (Université de São Paulo) :

Collectionner, peindre, lire : Alfred Métraux, l’Unesco et la production d’un Haïti populaire

 

16h30-17h00       André Mary (CNRS, IIAC),

Le « carrefour » du « sacré sauvage » ou les courts-circuits de la pensée

www.berose.fr
https://visa.hypotheses.org/

organisation : christine.lauriere@wanadoo.fr

1950 Flyer papier def

Colloque Bérose VISA – Années 50 – Résumé des communications

Le programme du séminaire VISA 2017-2018 est arrivé !

En attendant de vous y retrouver toujours aussi nombreux

À partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

Après deux années consacrées à la reformulation du problème par la confrontation d’études de cas à partir de regards extérieurs, les membres du programme de recherche « La vie savante » exposeront les résultats de leurs enquêtes et de leurs réflexions.

 

Programme

10 novembre Ariela Epstein (LISST – Cas)

Meykinof de C. Garini, ou la mise en abyme d’une vie vouée à l’anthropologie visuelle

E323

10h30-12h30

1er décembre Federica Tamarozzi (Musée d’ethnographie de Genève)

Georges Amoudruz, un folkloriste conséquent

 

E323

10h30-12h30

12 janvier Agnès Fine (EHESS) et Sylvie Sagnes (CNRS)

Science et vies au féminin de l’ethnologie

 

E323

10h30-12h30

9 février Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès)

Tina Jolas, la poésie contre l’ethnologie

E323

10h30-12h30

9 mars Sébastien Plutniak (LISST – Cers)

Le compagnonnage comme forme de vie scientifique : le cas des archéologues du « groupe international de typologie analytique »

 

E323

10h30-12h30

6 avril Jérôme Lamy (CNRS)

La béance. Notes, carnets et brouillons de Germaine Tillion

E323

10h30-12h30

18 mai Eléonore Devevey (Université Lumière Lyon 2)

Comment être « leur élève et leur témoin » ? Pierre Clastres en ses écrits

 

E323

10h30-12h30

 

 

 

Spectres de l’érudition – Appel à communications

Les propositions (max. 1000 signes) accompagnées d’un CV devront être envoyées au plus tard le 15 er juin 2017 à : jean-francois.bert@unil.ch

 

Organisation

Jean-François Bert (Université de Lausanne)

Christian Jacob (CNRS-EHESS)

 

Un « spectre » nous hante encore, pour reprendre l’expression de Jacques Derrida, dès lors que nous tentons de concevoir et de définir l’érudition sous ses formes contemporaines. Ce spectre est celui de la religion.

 

Entendons le médiéviste Georges Duby qui, en une phrase, relie ses gestes d’historien sur les archives aux travaux des « bénédictins » puisque c’est avec « une plume, une loupe, des fiches » qu’il s’agit de travailler. Voyons comment Umberto Eco, en revenant sur la vertu de l’humilité scientifique qui consiste pour lui à écouter avec respect, sans prononcer des jugements de valeur, actualise l’une des grandes qualités de l’érudition ecclésiastique classique, à savoir l’ « humilitas ». Fixons-nous, à un autre niveau, sur la manière dont Michel Foucault, attaqué sur sa posture d’historien, refuse de reconduire le clivage classique entre la stricte recherche de l’exactitude et la grande bousculade des idées approximatives. Un stéréotype que l’archéologue se propose justement de problématiser différemment dans le but de rompre avec une certaine manière de parler des savoirs. C’était là, également, l’intuition d’Emile Durkheim qui, dans L’Evolution pédagogique en France, voulut préciser le caractère « mi-ecclésiastique » et « mi-laïque » de l’Université de Paris. Une université qui s’est conçue dans une lutte ouverte contre le régulier, mais qui resta longtemps pénétrée par un certain « esprit » de cathédrale, conservant sur plusieurs points, en particulier celui des pratiques savantes, une « physionomie » propre au clerc. Cette hybridation complexe, Durkheim choisit de l’explorer, avec les moyens de la sociologie de son époque, en analysant la « cellule primitive » de l’érudition, c’est-à-dire les écoles cathédrales ou claustrales du haut Moyen-âge d’où, insiste-t-il, « est sorti tout notre système d’enseignement ».

 

Il s’agira d’approfondir cette intuition – qui était celle aussi de Bruno Neveu pour qui notre rapport aux savoirs a été complétement pénétré par le moment ecclésiastique du XVIIe et du XVIIIe siècle – tout en cherchant à explorer, sous une forme comparatiste ouverte à d’autres traditions religieuses, à des périodes historiques plus anciennes, à des terrains actuels, et à l’incidence que peuvent revêtir ces possibles croisements, quatre aspects de cette « matrice » religieuse de l’érudition : les lieux, les formes pédagogiques, les gestes et les outils, et l’imaginaire savant.

 

– Quels sont les différents « lieux » de cette érudition ? Peut-on entreprendre une description de leur performativité, c’est-à‑dire de ce qu’ils permettent de réaliser, d’accomplir, de produire et d’exposer ? Des lieux qu’il s’agira d’approcher, aussi, de manière ethnographique pour y décrire les relations qui s’y inscrivent: celles entre les acteurs présents, mais aussi celles entre les acteurs et le mobilier, les livres, les machines, les différents outils du savoir.

 

– Variant selon les époques, les modes académiques et les remaniements conceptuels, les pratiques d’enseignement, les formes reconnues d’interactions entre maîtres et élèves (notamment l’obéissance), la transmission silencieuse des savoirs, ou encore l’apprentissage par cœur, la dialectique, la prédication, ou la disputatio, donnent à voir comment les liens verticaux et horizontaux entre maîtres, amis, collègues, collaborateurs, étudiants, ainsi que la dimension foncièrement collective de tout savoir se structurent. « Autorité », « hiérarchie », « charisme », admiration mutuelle, sont encore des éléments qui participent de la constitution de certains réseaux savants ou de certaines « écoles » de pensée. Des élément, surtout, qui pourraient permettre de mieux comprendre comment un savoir fonde sa légitimité, ou comment se transmettent une routine, une pratique, une « ficelle », ou un style savant.

 

– Certains gestes classiques de l’érudition (copier, lire, critiquer, annoter, ficher, commenter…) ont-ils une attache religieuse ? Comment les érudits religieux appréhendent-ils le « travail » documentaire ? Quelle place font-ils aux outils et instruments, en particulier de type mnémotechnique, comme la liste ou la fiche, le catalogue ou le glossaire, l’index ou le tableau ? Quelle valeur attribuent-ils à ce travail dans leur parcours spirituel et plus particulièrement dans la lutte contre l’oisiveté ? Il s’agira de préciser les disciplines du corps, de la main et de l’attention, mais aussi les postures, les manières de faire et d’être, les éthiques et les pratiques du travail intellectuel et ainsi de mesurer l’importance de différents « savoir-faire » qui se déclinent jusque dans les pratiques et méthodes actuelles de la recherche.

 

Après avoir considéré les lieux de production des savoirs, les différents modèles du travail savant, les méthodes de la recherche ainsi que les différentes formes de l’écriture savante, la perspective des imaginaires savants nous donnera l’occasion d’approcher la manière dont les acteurs mettent en scène, dans différents « récits », leurs croyances, leurs rapports aux savoirs et à la « culture » scientifique de leur temps, ou encore la représentation qu’ils se font de l’érudition et de son histoire.

 

 

Ce projet est donc celui d’une « archéologie » différente de l’érudition occidentale : il privilégie l’analyse de l’ordinaire de l’activité savante, fait de patience, de discipline et d’organisation, de rites d’entrée, de clivages et de hiérarchies, de dynamiques d’intégration et d’exclusion, d’éthos savant.

 

 

spectres_erudition_appel

 

Colloque « Droit et anthropologie » (27-28 février 2017)

 

affiche-droit-et-anthropologieDroit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains

27-28 février 2017

GARAE, Carcassonne

Organisé par Frédéric Audren et Laetitia Guerlain

Colloque soutenu par l’ethnopôle GARAE – Carcassonne, l’IRM-CAHD – Université de Bordeaux, l’École de droit de Sciences Po, et l’ANR VISA – La vie savante

Lundi 27 février

 13h30 – Accueil des participants et ouverture (Sylvie Sagnes ; Frédéric Audren & Laetitia Guerlain)

Perspectives et enjeux contemporains des savoirs anthropologiques sur le droit

 Modérateur : Christiane Besnier (rédacteur en chef Droit et Cultures)

14h-14h40 – Irène Bellier (CNRS/LAIOS-EHESS), « La reconnaissance des peuples autochtones comme sujets du droit international. Les enjeux contemporains de l’anthropologie politique et du dialogue avec le droit »

14h40-15h20 – Élisabeth Claverie (CNRS/ISP-Paris Ouest), « Droit international humanitaire et anthropologie. Une histoire contemporaine paradoxale »

Pause café

15h40-16h20 – Marie-Claire Foblets (Max Planck Institute for Social Anthropology, HalleSaale) – « L’anthropologie juridique : l’avenir de la discipline en Europe »

16h20-17h – Albane Geslin (IEP Lyon/Triangle), « Une histoire contemporaine du ‘pluralisme juridique’: usages de la notion en anthropologie juridique »

 

Mardi 28 février

 Archéologie d’un savoir : l’anthropologie juridique

 

 Matin. Modératrice : Sylvie Sagnes (CNRS-LAHIC/EHESS)

9h-9h40 – Géraldine Cazals (Université de Rouen), « Les juristes français de la Renaissance, des anthropologues en puissance ? Réflexions autour de quelques études de cas, et d’une publication récente »

9h40-10h20 – François Quastana (Université de Lille 2), « Un regard anthropologique sur les origines du droit coutumier : Pierre-Jean Grosley (1718-1785) »

 Pause café

10h40-11h20 – Marc Goëtzmann (Université de Nice), « La coutume et l’anthropologie coloniale d’Henry Sumner Maine »

11h20-12h – Silvia Falconieri (CNRS/CHJ-Université de Lille 2),  « Ordre juridique colonial et anthropologie. « Expertises ethniques » et études raciales dans l’outre-mer français (fin XIXe siècle-1946) »

 Pause déjeuner

Après-midi. Modérateur : Nicolas Adell (Université Toulouse – Jean Jaurès)

13h30-14h10 – Frédéric Audren (CNRS – École de droit de Sciences Po), « L’ethnologie juridique au Collège de France. Jacques Flach et les institutions primitives »

14h10-14h50 – Alain Chenu (Sciences Po Paris/OSC), « De l’enquête statistique à l’enquête anthropologique : l’étape égyptienne de la carrière de René Maunier »

14h50-15h30 – Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) « Entre science juridique et savoirs anthropologiques : l’histoire comparée du droit selon Émile Jobbé-Duval (1851-1931) »

programme-droit-et-anthropologie

Ce que la science fait à la vie

56309-_56309_cv_FB 001_Forme simple.pdf

Cet ouvrage se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui du rapport entre la vie et l’œuvre des savants.

Ces deux questions sont ici prises ensemble et nouées dans la description et l’analyse des effets de l’œuvre sur la vie de l’auteur. Quel est l’impact cognitif et intellectuel que l’œuvre produite exerce sur la représentation de soi, sur la conduite de son existence, sur la manière de récapituler sa vie ou de la projeter vers le futur ? L’hypothèse fondamentale, déclinée à des degrés divers par chacun des contributeurs, est que l’œuvre scientifique, à l’instar de l’œuvre d’art, est en quelque sorte un peu en avance sur la vie, la dédouble et offre d’être comme une « étude préparatoire » à sa conduite et à sa récapitulation.

Défrichant des perspectives nouvelles sur un chantier ancien (la biographie scientifique), cet ouvrage, premier résultat des recherches initiées par les membres de VISA, réunit des contributions qui présentent des études de cas historiques, sociologiques ou ethnographiques, ou des synthèses de travaux récents sur ces questions.

La table des matières

 

 

Résonances des structuralismes

 

Résonances des structuralismes

Editions des Archives Contemporaines

Sous la direction de Jérôme Lamy et de Jean-François Bert

couv-2433-structuralismes

À vouloir faire du structuralisme un courant homogène organisant les sciences humaines et sociales des années 1960, on a perdu de vue les spécificités d’une approche plurielle, composite et de longue durée des phénomènes humains.

Ce livre entend restituer toute la singularité des structuralismes, en suivre les résonances, les renvois et les mouvements. Du structuralisme génétique de Piaget aux efforts historiens pour penser les structures dans l’histoire, en passant par le structuralisme linguistique et l’affrontement avec le marxisme en anthropologie, c’est tout un archipel d’entreprises scientifiques éclatées qu’il devenait nécessaire de cartographier.

Un ouvrage collectif qui s’interroge tout à la fois sur les sources, les manifestations, les objets ainsi que sur la grande notoriété publique de ce courant pour mieux mettre au jour la singularité des pratiques de recherche en sciences humaines et sociales.

 

Avec les articles de Marc J. Ratcliff, Jacqueline Léon, François Chaubet, Philippe Borgeaud, Bernard Dionysisus Geoghegan, Gisèle Sapiro, Lucielle Dumont, Carina Basualdo, Raphaël Rousseleau, Juliette Pommier, Pauline Lefort, Jean-François Bert et Jérôme Lamy.

 

 

Le GRAF (Groupe de recherche en anthropologie filmique) rejoint VISA

Le GRAF, piloté par Damien Mottier en collaboration avec Baptiste Buob, Ariela Epstein,  Assia Piqueras et Gilles Remillet, a été formé en septembre 2015 dans le cadre du programme Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre du Labex Les passés dans le présent.

Il se donne pour principal objectif de contribuer à une histoire institutionnelle et intellectuelle de la recherche en anthropologie filmique et audio-visuelle.

Pour en savoir plus, visitez la page du GRAF sur notre site.

Relance de History of Anthropology Newsletter

han_banner_white_v1

Renewing the History of Anthropology Newsletter

The History of Anthropology Newsletter (here) officially relaunches in online form on June 20, 2016. Originally edited by George W. Stocking, Jr., then by Henrika Kuklick, the HAN is now under the direction of a new editorial team based at the University of Pennsylvania, with the guidance of an esteemed advisory board—several of whom have been involved in the HAN since its inception.

The first aim of the relaunched newsletter is to make available online, in a searchable mode, all the earlier issues of the HAN, originally published from 1973 to 2012. Thanks to a grant from the Price Lab for Digital Humanities at the University of Pennsylvania and the Mellon Foundation, and thanks to the generous assistance of Penn Libraries, you can now find all those back issues online.

The newsletter also features:

  • News of interest to those working in the history of anthropology, including announcements about conferences and funding opportunities.
  • Reviews of books and other relevant works.
  • Bibliographies of recent publications in the field.
  • Field Notes, a space for pointed observations on questions in the history of anthropology; our first issue contains fascinating reflections on the history of the newsletter itself, from Richard Handler, Ira Bashkow, and Regna Darnell, as well as notes on the history of anthropological collections and museums by Ira Jacknis.
  • Clio’s Fancy, a section devoted to oddities and curiosities found in the archives, which was originally edited by George Stocking and which we’re renewing with a wedding announcement connecting the Boasian tradition to the history of science fiction.
  • A Twitter feed with frequent updates of interest to the history of anthropology community.

We invite you to explore the newsletter, either as a return or for the first time. We also invite you to post responses, offer suggestions, submit news, articles, and reviews, and keep the conversation going.

Leiris, singulier pluriel

Notre collègue Eleonore Devevey, associée au programme VISA, publie dans le dernier numéro de Gradhiva consacré aux collections et aux collectionneurs une très belle note de lecture du catalogue de l’exposition Leiris & Co qui s’est tenue au Centre Pompidou-Metz du 3 avril au 14 septembre 2015.

Pour le lire, se rendre sur https://gradhiva.revues.org/3198.

Leiris & Co

Séminaire Ethnologie de la France (1945-1975)

La prochaine séance du séminaire:

« Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

(Archives nationales, MCC/DPRPS/Lahic et programme BEROSE)

aura lieu lundi 11 avril 2016, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité), de 14h30 à 17h. 

La séance sera consacrée aux réseaux savants suscités par la création des revues.
« Terreaux et terrains collectifs : comment naissent les revues d’ethnologie de la France » 
Nous aurait le plaisir d’écouter Christine Langlois, ancienne rédactrice en chef de la revue Terrain : « La création de Terrain aux prémices de la mission du patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture ».
En écho à cette intervention, la séance sera accompagnée de la présentation de l’éphémère Revue de Géographie humaine et d’ethnologie (1948-1949), évoquée lors du précédent séminaire, ainsi que d’un dossier d’archives lié à la création de la revue Etudes rurales (1959-1961) issu des archives de Georges Duby (MMSH Aix-en-Provence), et d’un versement des archives du CNRS composé de dossiers de demandes d’aide à l’édition accordée par le CNRS (Archives nationales, 20140310, https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_050944).
Les prochaines séances auront lieu les 2 mai, 30 mai et 27 juin prochains.
En espérant avoir le plaisir de vous retrouver le 11 avril à 14h30.
Christian Hottin et Yann Potin

Présentation d’ouvrage

La Formation à la recherche dans l’aire océanienne accueillera le mercredi 13 avril, en salle 10, de 15 à 17 h, au 105 bd Raspail :

Christine Laurière (CNRS, IIAC) pour la présentation de son ouvrage L’Odyssée pascuane 

Cette communication reviendra sur certains aspects de la mission archéologique et ethnographique d’Henri Lavachery et Alfred Métraux à l’Ile de Pâques (1934-1935). Ces derniers accostèrent fin juillet 1934 dans un lieu lourdement chargé d’histoires, indigène, coloniale, scientifique, qui s’enchevêtraient étroitement pour conférer à l’île de Pâques le statut de paradis perdu, a fortiori pour des ethnologues avides de pureté culturelle, d’authenticité inviolée. En 1934, les deux savants eurent affaire à une société déjà très ethnologisée, un « vieil os rongé » (Métraux) qui mettait au défi l’impératif de sauvetage ethnographique à la racine de toute mission ethnographique dans ces premières décennies du XXe siècle. C’est peu de dire que les conséquences des terribles exactions perpétrées dans les années 1860, la situation coloniale de l’île de Pâques, son statut de lieu mystérieux qui aimante explorateurs et savants, affectaient puissamment la façon dont le savoir ethnographique était recueilli auprès des informateurs indigènes – tout autant que la nature même de ce savoir. On s’interrogera en particulier sur la fabrique du savoir ethnographique en situation coloniale, sur les rapports complexes entre histoire, mémoire, authenticité et identité dans une perspective anthropologique.

Voici le lien du Carnet de Bérose, L’Odyssée pascuane: http://www.berose.fr/?L-Odyssee-pascuane-Mission-Metraux

Les organisateurs,

Alban Bensa, directeur d’études à l’EHESS ; Jessica de Largy Healy, chargée de recherche au Musée du quai Branly ; Yannick Fer, chargé de recherche au CNRS ; Gwendoline Malogne-Fer, postdoctorante au GSRL, CNRS ; Marie Salaün, professeur à l’Université Paris Descartes

Séminaire VISA – séance du 8 avril

La séance du séminaire VISA du 8 avril, où devait initialement intervenir Jean Jamin, sera finalement assurée par Nicolas Adell sur le thème suivant:

Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre

La séance se déroulera à l’horaire habituel (10h30-12h30) mais attention au changement de salle : D 30 (rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche).

Séminaire « Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

la première séance aura lieu ce lundi 8 février, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité).

Cette première séance est consacrée à un tableau des institutions de recherches et musées ethnologiques à l’issue du second conflit mondial. Nous aurait le plaisir d’écouter deux intervenants, dans un dialogue croisé :
– Christine Laurière (chargée de recherches au CNRS, IIAAC/LAHIC) :  « Le musée de l’Homme dans la tourmente de la guerre et de l’Occupation. Conséquences pour la reconstruction d’après-guerre »

– Arnauld Chandivert (maître de conférences en Ethnologie, Université de Montpellier, CERCE): « « L’histoire en parallèles: du musée de l’Homme au « musée français » (1937-1952) »

Présentation du séminaire

Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : 

archives et réseaux, entre recherche et patrimoine

Pour la seconde année consécutive, les Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales), la mission du patrimoine ethnologique et immatériel (Direction générale des patrimoines, département du pilotage de la recherche) et le programme BEROSE (CNRS/IIAC) s’associent pour développer un séminaire d’échanges et de réflexion sur les archives et l’histoire de l’ethnologie de la France au cours du vingtième siècle. Il s’agit de prolonger une enquête socio-historique collective, menée jusqu’ici pour l’essentiel jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, avec comme principale ligne de mire, la fracture entre le folklore et l’ethnologie1.

Le séminaire de l’an passé, dédié à la mise en question de la conservation et de la dispersion des archives publiques et privées, administratives ou scientifiques, de ce qui se dit ou s’assemble sous le vocable « d’ethnologie de la France » a permis de circonscrire un cadre plus précis d’analyse, en vue d’identifier et de cartographier les « réseaux » savants de l’ethnologie « française », et leur modalités variables d’institutionnalisation. Dans le cadre du programme BEROSE (Encylopédie en ligne sur l’histoire des savoirs ethnographiques en Europe), http://www.berose.fr/), il s’agira donc cette année d’élaborer une prosopographie dynamique et relationnelle des réseaux d’appartenance à l’ethnologie de la France entre 1945 et 1975, avec une attention particulière pour le division sociale et sexuelle du travail savant.

Entre la refondation du CNRS en 1945, la création de la Société d’Ethnologie française en 1946 et l’ouverture du bâtiment du Musée des Arts et Traditiosn populaires en 1972, avant le rapport pessimiste de Jacques Soustelle en 1975 et le premier projet de Mission du patrimoine ethnologique portée par Isaac Chiva dès 1976, la période 1945-1975 correspond aux fameuses « Trentes glorieuses » économiques, sinon sociales. Ces trois décennies sont aussi la période de formation d’au moins deux, voire trois générations « d’ethnologues » et la persévérance de figure tutélaires, de Georges-Henri Rivière à Marcel Maget, d’André Varagnac à André Leroi-Gourhan.

Il s’agit enfin d’une phase de déruralisation accélérée de la population française qui suscite une nostalgie latente pour un monde qui semble s’effacer sous les yeux mêmes des enquêteurs. Si une partie des ethnologues « sociaux » du début des années 1950, à l’instar de Paul-Henry Chombart de Lauwe, deviennent peu à peu des sociologues de la ville et du travail, l’ethnologie de la France semble ne pas parvenir à se libérer d’un paradigme fondamentalement ruraliste. A peine assise sur des bases institutionnelles visibles, sinon solides, au Centre d’ethnlogie française comme au Laboratoire d’Anthropologie sociale à Paris, mais aussi dans certaines capitales régionales, de Dijon à Toulouse, l’ethnologie de la France semble vouloir croire à la disparition d’un objet qui lui échappe, y compris auprès du grand public : en 1975, les succès éditoriaux colossaux du Cheval d’Orgueil et de Montaillou, semblent déborder la démarche ethnographique sur ses marges littéraires et historiographiques. Tout ceci accompagne et provoque un veritable « tournant patriomonial » de l’ethnologie de la France, qui circonscrit peu à peu une autre chronologie et d’autres logiques institutionnelles, en lien direct avec l’administration des « affaires culturelles ».

Ce moment de patrimonialiation durable de l’ethnologie marque le terme provisoire de notre enquête prosopographique : initiée dans le cadre des collectes suscitées par la création du Musée des Arts et Traditions populaires après 1939, démulitpliée sur le territoire par la création de l’Inventaire général du patrimonie culturel 1964, approfondi par celui du patrimoine industriel à partir de années 1970, la superposition entre logiques de conservation et de recherche culmine en effet avec la création d’une mission permanente du « patrimoine ethnologique » en 1979.

Les six séances proposées cette année consistent à prendre la mesure de cette périodisation, entre institutionnalisation scientifique et patrimoniale, à travers la confrontation des réseaux et des appartenances, sinon de nouveaux statuts professionnels pour les « ethnologues ».

Lieu : Ministère de la Culture et de la Communication, salle du foyer, 182 rue Saint Honoré.

Dates : 8 février, 21 mars, 11 avril, 2 mai, 30 mai et 27 juin. (14h30-17h30)

1. Du folklore à l’ethnologie, Christophe, Jacqueline ; Boël, Denis-Michel ; Meyran, Régis (éd.), Paris : Ed. de la Maison des sciences de l’homme, 2009.

Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée laboratoire

couv_histoire_mh_452Sous la direction de Claude Blanckaert
Préface d’Yves Coppens
Éditions Artlys / Muséum national d’Histoire naturelle
288 pages
120 illustrations
39 euros

Cet ouvrage permet de découvrir l’histoire riche et complexe de ce haut lieu de la culture et des questionnements sur l’Homme, de la création du Palais du Trocadéro en 1878 jusqu’au Musée de l’Homme rénové de 2015.

Claude Blanckaert, philosophe et historien des sciences, a réuni autour de lui les meilleurs spécialistes pour retracer l’histoire du musée dans sa longue durée, son cadre socio-historique et culturel, ses réalisations et ses dynamiques intellectuelles, sans masquer les éléments d’inertie ni les conflits qui ont pu l’affecter.

Ainsi s’entrelacent une histoire institutionnelle, celle de l’émergence de disciplines autour de l’Homme, celle aussi de femmes et d’hommes qui en ont été les acteurs. Des photos d’archives, pour la plupart inédites, illustrent le propos.

Dans cet ouvrage, un article de Christine Laurière:  « 1938-1949 : un musée sous tensions »,  pp. 46-77.

 

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)