Archives de catégorie : Colloques/séminaires

Colloque final – La vie savante

La vie savante

Vertus et limites d’une hypothèse de travail

Colloque international

30-31 mai 2018

 

Paris, EHESS

96 et 105, bd Raspail

 

Coordination : Nicolas Adell

 

Ce que la science fait à la vie de celui qui la pratique : tel a été, durant les trois dernières années, l’axe problématique du programme de recherche « La vie savante. Vers un renouvellement du genre biographique dans les sciences studies » (VISA). Il consistait notamment dans l’élaboration d’un outil heuristique, la « vie savante », dont il s’agira ici de discuter les vertus et les limites.

Les résultats de certaines enquêtes conduites dans le cadre du programme seront ici exposés et confrontés à d’autres travaux et démarches portant sur l’histoire et l’anthropologie des savants, et questionnant les usages de la biographie scientifique, de l’histoire des savoirs et des configurations savantes en général.

 

30 mai 2018 (105 bd Raspail, salle 8)

9h : Accueil

9h15-9h30 : Introduction générale (Nicolas Adell)

 

Vies savantes, biographies intellectuelles, fictions scientifiques : comment se saisir d’un savant ? (9h30-12h30)

Présidence : Vincent Debaene (Université de Genève)

 

  • Le rôle non anecdotique de l’anecdote dans la compréhension de la vie savante, Anne Collinot (CNRS, Centre Alexandre Koyré)
  • La vie savante de Claude Lévi-Strauss, Emmanuelle Loyer (Sciences Po, Centre d’histoire)
  • La vie savante, tout un roman : à propos de quelques fictions biographiques, Sylvie Sagnes (CNRS, IIAC-Lahic)
  • Le géographe comme lettré. Geste encyclopédique, vie savante et singularisation de Max Sorre, Dylan Simon (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)

 

Pause déjeuner

 

Auto-bio-graphie : Savants, vos papiers ! (14h00-17h00)

présidence : Françoise Zonabend (EHESS, LAS)

 

  • Ne jamais croire les savants sur parole. Ce que l’on dit et ce que l’on fait, Jean-François Bert (Université de Lausanne) et Jérôme Lamy (CNRS, Certop)
  • De l’autobiographie raisonnée aux anamnèses d’Henri Desroche, André Mary (CNRS, IIAC-Lahic)
  • Affinités non mitoyennes : ethnologie et poésie au prisme de Tina Jolas, Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès, LISST-CAS)
  • Hériter, refuser, retenir. Pierre Clastres en ses écrits, Éléonore Devevey (Université de Genève / Université Lyon 2 Lumière)

 

17h : Projection de deux court-métrages réalisés dans le cadre de « VISA – diffusion des savoirs »

  • Anthropologue, mode d’emploi (2018, réal. Ann Gourmelen, 10 mn)
  • Si l’anthropologie était… (2018, réal. Ann Gourmelen, 20 mn)

 

31 mai 2018 (96 bd Raspail, salle M. et D. Lombard)

 

(Dés)engagez-vous ? Actions publiques et militantismes savants (10h-12h30)

présidence : Christine Laurière (CNRS, IIAC-Lahic)

 

  • Pierre Bourdieu, Mouloud Mammeri : engagement et anthropologie de soi, Tassadit Yacine (EHESS, LAS)
  • Juristes aux Tropiques. Ecriture de soi, écriture du droit, Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux, CAHD) et Frédéric Audren (CNRS / Sciences Po, CEE)
  • Femmes, ethnologues et militantes, Agnès Fine (EHESS, LISST-CAS)

 

Pause déjeuner

 

Usages de la vie savante (nécrologies, cosmologies, etc.) : que faire du savant ? (14h-17h)

Présidence : Françoise Waquet (CNRS, CELLF)

 

  • Les métamorphoses de l’obituaire. Les nécrologies dans la revue L’Anthropologie, Jérôme Lamy (CNRS, Certop), Sébastien Plutniak (École française de Rome)
  • Vies posthumes de Paul Vidal de la Blache, Nicolas Ginsburger (Géographie-Cités / EHGO)
  • Terrain et vie savante : Karl von den Steinen et les Marquises, Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / IUF)
  • Egohistoire d’un biographe, Marc-Antoine Kaeser (Université de Neuchâtel, Laténium)

colloque La vie savante

Images et anthropologie, un « bon ménage »?

Les duos en anthropologie visuelle

22 mars 2018

10h-16h30

Amphi F412, Maison de la Recherche

Université Toulouse-Jean Jaurès

Sans doute parce que les femmes trouvent précocement une place dans la discipline, et parce que « le terrain » demande un engagement particulier –long et loin-, l’histoire de l’anthropologie est bien souvent affaire de couples. Ce modèle semble particulièrement prégnant, et s’établit avec des spécificités, en anthropologie visuelle. De Robert et France Flaherty à David et Judith MacDougall, derrière chaque film (ou essai photographique) se cache un duo.

De la version fusionnelle du couple (où la femme, toujours présente en coulisse, est un détail du générique) à la division nette et moins sexuée des tâches, où des couples souvent mixtes (anthropologue-réalisateur/trice) associent et négocient leur savoir faire et leur point de vue sur le monde, les formes de collaboration sont multiples

Au-delà des raisons qui expliqueraient cette récurrence, la journée d’étude s’inscrira dans les questionnements de l’ANR Vie Savante, en s’intéressant à ce que ce travail en duo serré fait à la science, aux différents moments de la recherche (de l’enquête de terrain au dépôt de films en archives). Domaine réflexif s’il en est, en anthropologie visuelle, ces histoires d’amour -et d’épistémologie- restent le plus souvent hors champ. A travers différentes sources (orales, écrites et filmiques), il s’agira alors d’interroger des types de collaborations, d’unions et de désunions scientifiques, des formes de surgissement et d’effacement d’un des deux partenaires (généralement la femme). Braquant les projecteurs sur une anthropologie qui se construit (au moins) à deux ; nous réfléchirons à l’influence de ce travail conjoint sur les productions en anthropologie visuelle.

Programme

10h accueil, introduction

Modération Nicolas Adell (LISST-CAS, Université Toulouse-Jean Jaurès)

10h 30 Jessica De Largy Healy (LESC, CNRS/Université Paris Nanterre), « Filmer la cause aborigène, une affaire de couple. L’œuvre documentaire des époux Holmes dans le nord de l’Australie (1950s-1970s) »

11h30 Baptiste Buob (LESC, CNRS/Université Paris Nanterre), « La petite sœur de Jean Rouch »

Pause déjeuner

Modération Marianne Lemaire (IMAF, CNRS)

14h Damien Mottier (HAR, Université Paris Nanterre), « Voyage au Congo: André Gide et Marc Allégret (1927) »

15h Ariela Epstein (LISST-CAS, Université Toulouse-Jean Jaurès), « Histoires de famille. Doubles, duos et autres partenaires dans la filmographie de C. Guarini »

16h Débat

Spectres de l’érudition

Spectres de l’érudition

21-23 Mars 2018

Université de Lausanne

 dépliant spectre

Un « spectre » nous hante encore dès lors que nous tentons de concevoir et de définir l’érudition sous ses formes contemporaines. Ce spectre est celui de la religion.

Il s’agira d’approfondir cette hypothèse en cherchant à explorer, sous une forme comparatiste ouverte à d’autres traditions religieuses, à des périodes historiques plus anciennes, à des terrains actuels, et à l’incidence que peuvent revêtir ces possibles croisements, quatre aspects de cette « matrice » religieuse de l’érudition : les lieux de savoir, les dispositifs pédagogiques, les gestes et les outils mobilisés, et enfin l’imaginaire savant.

Ce colloque a pour but d’engager une « archéologie » différente de l’histoire de l’érudition occidentale en privilégiant l’analyse de l’ordinaire de l’activité savante, fait de patience et d’humilité, de discipline et d’organisation, de clivages et de hiérarchies, de dynamiques d’intégration et d’exclusion, d’éthos et de tradition.

Sous la direction de

Christian Jacob (EHESS-CNRS)

Et

Jean-François Bert (UNIL-IHAR).

Colloque international – Aux sources de l’anthropologie française contemporaine

Colloque international Bérose – ANR VISA

Années 1950 : Aux sources de l’anthropologie française contemporaine. L’inventaire des possibles

17, 18 & 19 octobre 2017, Paris

EHESS, 105, Bd Raspail – Salle 13 & Musée de l’Homme, Place du Trocadéro Auditorium Jean-Rouch

Cinq ans après la fin de la guerre, la période d’institutionnalisation et de consolidation de l’ethnologie française, ouverte en 1925-1928, se clôt définitivement avec le départ à la retraite de Paul Rivet (remplacé en janvier 1950, à la tête du musée de l’Homme, non par un ethnologue mais par un paléontologue et anthropologue physique, H. V. Vallois), et le décès de Marcel Mauss en février 1950. Après la disparition de Lucien Lévy-Bruhl, en mars 1939, ce sont les deux autres fondateurs de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris, creuset de formation intellectuelle de la première génération d’ethnologues professionnels, qui quittent leurs fonctions ou ce monde. Au tournant de la décennie 1950, la relève est indéniablement assurée, les héritiers – directs et indirects – sont nombreux, plusieurs ethnologues (ou sociologues, la frontière est parfois poreuse) qui joueront un rôle notable dans le champ anthropologique sont rentrés ou vont rentrer des États-Unis, du Mexique, du Brésil, ou de captivité : Claude Lévi-Strauss, Alfred Métraux, Jacques Soustelle, Roger Bastide, Louis Dumont, mais aussi Georges Gurvitch qui, avec Gabriel Le Bras et Henri Lévy-Bruhl, crée en 1946 le Centre d’études sociologiques dont seront proches Bastide, Georges Balandier, Jacques Berque qui hésiteront à se réclamer de l’ethnologie pour lui préférer l’affiliation ou la filiation sociologique, moins suspecte de cantonner les sociétés lointaines sur des rivages archaïques ou essentialistes. Marcel Griaule occupe la chaire d’ethnologie de la Sorbonne depuis sa création, fin 1941 ; André Leroi-Gourhan, celle d’ethnologie coloniale à l’université de Lyon depuis 1944 avant de succéder à Griaule au décès de ce dernier, en 1956.

Pour le champ anthropologique français, la période qui s’ouvre au seuil de ces années 1950 est à la fois riche de promesses et polyphonique – le jeu semble très ouvert. Impossible de ne pas faire preuve d’un regard présentiste quand on considère ces années, a posteriori : les grands laboratoires d’anthropologie (laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, laboratoire d’ethnologie de Nanterre) ne seront fondés que dix voire dix-sept ans plus tard ; une série de centres d’études régionales ou spécialisées se crée, en métropole et outre-mer ; ni le structuralisme ni le marxisme ne domine les débats théoriques ; les grands noms de l’anthropologie française ne le sont pas encore ; la communauté des enseignants et chercheurs est relativement réduite (environ cent soixante, selon Leroi-Gourhan), le musée de l’Homme exerce encore une certaine force centripète autour de laquelle satellisent plusieurs institutions en métropole et outre-mer ; les premières RCP (recherches coopératives sur programme) ne débuteront que vers 1962. Progressivement, avec des recrutements de personnalités marquantes, la VIe section de l’EPHE monte en puissance et affirme une épaisseur anthropologique inédite jusque-là.

En procédant à un carottage forcément réducteur, l’ambition centrale du colloque est de tenter de cartographier les forces vives en action, d’identifier certains acteurs (installés, émergents) importants, de repérer de nouveaux objets d’études, d’évoquer des terrains ethnographiques marquants, d’observer les frottements sur les frontières disciplinaires (avec la psychologie, la sociologie, le droit, la littérature), les sollicitations d’expertise émanant de l’Unesco, la recomposition de l’ethnologie de la France avec l’exclusion progressive des folkloristes et la mise en place de la pratique ethnographique, les circulations d’idées par-delà les frontières. Il se publie des ouvrages importants, écrits par la génération montante d’ethnologues français, qui vont durablement marquer le champ. Celui-ci est très dynamique, avec une grande pluralité de sensibilités théoriques et ethnographiques ; des voix très originales s’expriment. De plus, s’ouvre une période très chahutée avec le début des guerres coloniales et des décolonisations.

Le colloque ne saurait prétendre à une quelconque exhaustivité (impossible), mais nous espérons offrir un tableau suffisamment suggestif de ce tournant des années 1950 pour esquisser un panorama intéressant toute la décennie. Nous souhaitons être attentifs à la grande diversité d’ambitions scientifiques et méthodologiques portées par les anthropologues qui vont façonner les trente années suivantes, sans adopter forcément une optique téléologique. Il y a des échecs, des impasses, des tentatives prometteuses qui n’iront pas jusqu’au bout : la science en train de se faire, en somme. L’envie est forte de décloisonner les aires culturelles, de faire dialoguer européanistes et « exotisants », de mêler histoires institutionnelle et scientifique « pure », permettant ainsi une lecture à plusieurs niveaux de la période, tentant de restituer cet inventaire étourdissant des possibles d’une très riche décennie, décisive pour le paysage actuel de l’anthropologie française contemporaine.

Programme

 

Mardi 17 octobre 2017

EHESS, 105, Bd Raspail – Salle 13

 

9h00                           Accueil par Sophie Wahnich (IIAC)

Christine Laurière (CNRS, IIAC-LAHIC)Le moment 1950

 

9h30-12h45        L’ethnologie africaniste, entre traditions et modernités

Session présidée par Eric Jolly (CNRS, IMAF)

 

9h30-10h00         Gaetano Ciarcia (CNRS, IMAF) :

Des flux historiques et des reflux ethnologiques. Deux études de Bernard Maupoil et Pierre Verger sur les sociétés dahoméennes (1943-1953)

 

10h15-10h45       Julien Bondaz (Université Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains) :

De l’inventaire à l’enquête. Le tournant « sociologique » de l’Institut français d’Afrique noire (1946-1955)

 

11h00-11h15              Pause

 

11h15-11h45       Anaïs Mauuarin (Paris I/MQB) :

L’ethnologue en explorateur. De la filiation à la reconfiguration

 

12h00-12h30       Damien Mottier (Université Paris Nanterre) :

Inquiétude et métamorphose du cinéma ethnographique

 

12h45-14h15              Pause déjeuner

 

14h15-18h30      ethnologies du proche. Expériences italienne et française

Session présidée par Sylvie Sagnes (CNRS, IIAC-LAHIC)

 

14h15-14h45       Gino Satta (Université de Bari) :

Ernesto de Martino et la refondation de l’ethnologie italienne dans l’après-guerre

 

15h00-15h30       Arnauld Chandivert (Université de Montpellier, CERCE) :

Par-delà le « fracas des événements ». L’ethnologie de la France autour du musée des ATP dans les années 1950. Réseaux, définitions, ambitions

 

15h45- 16h15      Marie-Barbara Le Gonidec (MCC, CNRS, IIAC-LAHIC) :

L’ethnomusicologie de la France à la fin des années 50 : une nouvelle vague venue de Bretagne…

 

16h30-17h00              Pause

 

17h00-17h30       Nicolas Adell (Université Jean-Jaurès Toulouse, Ethnologie française) :

Une ethnologie française tous terrains. Marcel Maget en 1950

 

17h45-18h15       François Gasnault (MCC, CNRS, IIAC-LAHIC) :

Pour une Europe de l’ethnomusicologie : Paul Collaert et les colloques de Wégimont, 1954-1963

Mercredi 18 octobre 2017

Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, Auditorium Jean Rouch

 

9h00                            Accueil par André Delpuech (Directeur du Musée de l’Homme)

 

                 9h15-12h30      Frottements et frontières disciplinaires

Session présidée par Frédéric Audren (CNRS, École de droit de Sciences-Po)

 

9h15-9h45           Anne Raulin (Université Paris Nanterre) :

Repenser le courant Culture & Personnalité après l’engouement intellectuel des années 50 en France

 

10h00-10h30       Jean-Christophe Marcel (Université de Dijon) :

Les « anthropologues de la Sorbonne » et la reconstruction de la sociologie française

 

10h45-11h00              Pause

 

11h00-11h30       Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) :

La décennie 1950 de l’ethnologie juridique, ou l’âge des possibles

 

11h45-12h15       Eleonore Devevey (Université Lyon 2/Université de Genève) :

Georges Condominas à Sar-Luk : entre-deux et « trait d’union »

12h30-14h00              Pause déjeuner

14h00-17h30       L’héritage maussien en partage

Session présidée par Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK)

 

14h00-14h30       Thomas Hirsch (EHESS, CRH) :

  1. La mort de Marcel Mauss, la fabrique d’un fondateur

 

14h45-15h15       Vincent Debaene (Université de Genève) :

Anthropologie structurale zéro

 

15h30-15h45              Pause

 

15h45-16h15       Philippe Soulier (Université Paris Nanterre) :

La construction du concept d’ethnologie chez Leroi-Gourhan durant la décade 1945-1955

 

16h30-17h00       Jean-Claude Galey (EHESS, CEIAS),

L’anthropologie concertante de Louis Dumont : les monographies de fondation. La Tarasque(1951), Une sous-caste de l’Inde du Sud (1957).

Jeudi 19 octobre 2017

Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, Auditorium Jean Rouch

 

9h00-12h15        Ethnologues en situations coloniales

Session présidée par Eric Wittersheim (EHESS, IRIS)

 

9h00-9h30           Silyane Larcher (CNRS, URMIS) :

Césaire, Leiris et nous. Regard post-colonial sur un dialogue anticolonialiste et antiraciste à l’épreuve de l’assimilation (1946-1956)

 

9h45-10h15         Sarah Frioux-Salgas (Musée du quai Branly) :

La revue Présence Africaine et Pierre Naville : la question du travail en Afrique noire

 

10h30-10h45              Pause

 

10h45-11h15       Franck Beuvier (CNRS, IIAC) :

Culture contact et situation coloniale. Isaac Schapera et Georges Balandier

 

11h30  12h00      Christine Laurière (CNRS, IIAC-LAHIC) :

Jacques Soustelle, un ethnologue gouverneur général dans l’Algérie en guerre (1956-1957)

 

12h15-14h00              Pause déjeuner

 

14h00-17h30      Des questionnements communs. Amériques noires et syncrétismes religieux africains

Session présidée par Kali Argyriadis (CNRS, URMIS)

 

14h00-14h30       Stefania Capone (CNRS, EHESS, CESOR) :

Roger Bastide ou le miroir de l’autre. Réseaux intellectuels et constitution d’un domaine afro-américaniste

 

14h45-15h15       Fernanda Areas Peixoto (Université de São Paulo) :

Recherche et intervention : Roger Bastide et le programme de l’Unesco à São Paulo, 1951-1952

 

15h30-15h45              Pause

 

15h45-16h15       Julia Vilaça Goyata (Université de São Paulo) :

Collectionner, peindre, lire : Alfred Métraux, l’Unesco et la production d’un Haïti populaire

 

16h30-17h00       André Mary (CNRS, IIAC),

Le « carrefour » du « sacré sauvage » ou les courts-circuits de la pensée

www.berose.fr
https://visa.hypotheses.org/

organisation : christine.lauriere@wanadoo.fr

1950 Flyer papier def

Colloque Bérose VISA – Années 50 – Résumé des communications

Spectres de l’érudition – Appel à communications

Les propositions (max. 1000 signes) accompagnées d’un CV devront être envoyées au plus tard le 15 er juin 2017 à : jean-francois.bert@unil.ch

 

Organisation

Jean-François Bert (Université de Lausanne)

Christian Jacob (CNRS-EHESS)

 

Un « spectre » nous hante encore, pour reprendre l’expression de Jacques Derrida, dès lors que nous tentons de concevoir et de définir l’érudition sous ses formes contemporaines. Ce spectre est celui de la religion.

 

Entendons le médiéviste Georges Duby qui, en une phrase, relie ses gestes d’historien sur les archives aux travaux des « bénédictins » puisque c’est avec « une plume, une loupe, des fiches » qu’il s’agit de travailler. Voyons comment Umberto Eco, en revenant sur la vertu de l’humilité scientifique qui consiste pour lui à écouter avec respect, sans prononcer des jugements de valeur, actualise l’une des grandes qualités de l’érudition ecclésiastique classique, à savoir l’ « humilitas ». Fixons-nous, à un autre niveau, sur la manière dont Michel Foucault, attaqué sur sa posture d’historien, refuse de reconduire le clivage classique entre la stricte recherche de l’exactitude et la grande bousculade des idées approximatives. Un stéréotype que l’archéologue se propose justement de problématiser différemment dans le but de rompre avec une certaine manière de parler des savoirs. C’était là, également, l’intuition d’Emile Durkheim qui, dans L’Evolution pédagogique en France, voulut préciser le caractère « mi-ecclésiastique » et « mi-laïque » de l’Université de Paris. Une université qui s’est conçue dans une lutte ouverte contre le régulier, mais qui resta longtemps pénétrée par un certain « esprit » de cathédrale, conservant sur plusieurs points, en particulier celui des pratiques savantes, une « physionomie » propre au clerc. Cette hybridation complexe, Durkheim choisit de l’explorer, avec les moyens de la sociologie de son époque, en analysant la « cellule primitive » de l’érudition, c’est-à-dire les écoles cathédrales ou claustrales du haut Moyen-âge d’où, insiste-t-il, « est sorti tout notre système d’enseignement ».

 

Il s’agira d’approfondir cette intuition – qui était celle aussi de Bruno Neveu pour qui notre rapport aux savoirs a été complétement pénétré par le moment ecclésiastique du XVIIe et du XVIIIe siècle – tout en cherchant à explorer, sous une forme comparatiste ouverte à d’autres traditions religieuses, à des périodes historiques plus anciennes, à des terrains actuels, et à l’incidence que peuvent revêtir ces possibles croisements, quatre aspects de cette « matrice » religieuse de l’érudition : les lieux, les formes pédagogiques, les gestes et les outils, et l’imaginaire savant.

 

– Quels sont les différents « lieux » de cette érudition ? Peut-on entreprendre une description de leur performativité, c’est-à‑dire de ce qu’ils permettent de réaliser, d’accomplir, de produire et d’exposer ? Des lieux qu’il s’agira d’approcher, aussi, de manière ethnographique pour y décrire les relations qui s’y inscrivent: celles entre les acteurs présents, mais aussi celles entre les acteurs et le mobilier, les livres, les machines, les différents outils du savoir.

 

– Variant selon les époques, les modes académiques et les remaniements conceptuels, les pratiques d’enseignement, les formes reconnues d’interactions entre maîtres et élèves (notamment l’obéissance), la transmission silencieuse des savoirs, ou encore l’apprentissage par cœur, la dialectique, la prédication, ou la disputatio, donnent à voir comment les liens verticaux et horizontaux entre maîtres, amis, collègues, collaborateurs, étudiants, ainsi que la dimension foncièrement collective de tout savoir se structurent. « Autorité », « hiérarchie », « charisme », admiration mutuelle, sont encore des éléments qui participent de la constitution de certains réseaux savants ou de certaines « écoles » de pensée. Des élément, surtout, qui pourraient permettre de mieux comprendre comment un savoir fonde sa légitimité, ou comment se transmettent une routine, une pratique, une « ficelle », ou un style savant.

 

– Certains gestes classiques de l’érudition (copier, lire, critiquer, annoter, ficher, commenter…) ont-ils une attache religieuse ? Comment les érudits religieux appréhendent-ils le « travail » documentaire ? Quelle place font-ils aux outils et instruments, en particulier de type mnémotechnique, comme la liste ou la fiche, le catalogue ou le glossaire, l’index ou le tableau ? Quelle valeur attribuent-ils à ce travail dans leur parcours spirituel et plus particulièrement dans la lutte contre l’oisiveté ? Il s’agira de préciser les disciplines du corps, de la main et de l’attention, mais aussi les postures, les manières de faire et d’être, les éthiques et les pratiques du travail intellectuel et ainsi de mesurer l’importance de différents « savoir-faire » qui se déclinent jusque dans les pratiques et méthodes actuelles de la recherche.

 

Après avoir considéré les lieux de production des savoirs, les différents modèles du travail savant, les méthodes de la recherche ainsi que les différentes formes de l’écriture savante, la perspective des imaginaires savants nous donnera l’occasion d’approcher la manière dont les acteurs mettent en scène, dans différents « récits », leurs croyances, leurs rapports aux savoirs et à la « culture » scientifique de leur temps, ou encore la représentation qu’ils se font de l’érudition et de son histoire.

 

 

Ce projet est donc celui d’une « archéologie » différente de l’érudition occidentale : il privilégie l’analyse de l’ordinaire de l’activité savante, fait de patience, de discipline et d’organisation, de rites d’entrée, de clivages et de hiérarchies, de dynamiques d’intégration et d’exclusion, d’éthos savant.

 

 

spectres_erudition_appel

 

Colloque « Droit et anthropologie » (27-28 février 2017)

 

affiche-droit-et-anthropologieDroit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains

27-28 février 2017

GARAE, Carcassonne

Organisé par Frédéric Audren et Laetitia Guerlain

Colloque soutenu par l’ethnopôle GARAE – Carcassonne, l’IRM-CAHD – Université de Bordeaux, l’École de droit de Sciences Po, et l’ANR VISA – La vie savante

Lundi 27 février

 13h30 – Accueil des participants et ouverture (Sylvie Sagnes ; Frédéric Audren & Laetitia Guerlain)

Perspectives et enjeux contemporains des savoirs anthropologiques sur le droit

 Modérateur : Christiane Besnier (rédacteur en chef Droit et Cultures)

14h-14h40 – Irène Bellier (CNRS/LAIOS-EHESS), « La reconnaissance des peuples autochtones comme sujets du droit international. Les enjeux contemporains de l’anthropologie politique et du dialogue avec le droit »

14h40-15h20 – Élisabeth Claverie (CNRS/ISP-Paris Ouest), « Droit international humanitaire et anthropologie. Une histoire contemporaine paradoxale »

Pause café

15h40-16h20 – Marie-Claire Foblets (Max Planck Institute for Social Anthropology, HalleSaale) – « L’anthropologie juridique : l’avenir de la discipline en Europe »

16h20-17h – Albane Geslin (IEP Lyon/Triangle), « Une histoire contemporaine du ‘pluralisme juridique’: usages de la notion en anthropologie juridique »

 

Mardi 28 février

 Archéologie d’un savoir : l’anthropologie juridique

 

 Matin. Modératrice : Sylvie Sagnes (CNRS-LAHIC/EHESS)

9h-9h40 – Géraldine Cazals (Université de Rouen), « Les juristes français de la Renaissance, des anthropologues en puissance ? Réflexions autour de quelques études de cas, et d’une publication récente »

9h40-10h20 – François Quastana (Université de Lille 2), « Un regard anthropologique sur les origines du droit coutumier : Pierre-Jean Grosley (1718-1785) »

 Pause café

10h40-11h20 – Marc Goëtzmann (Université de Nice), « La coutume et l’anthropologie coloniale d’Henry Sumner Maine »

11h20-12h – Silvia Falconieri (CNRS/CHJ-Université de Lille 2),  « Ordre juridique colonial et anthropologie. « Expertises ethniques » et études raciales dans l’outre-mer français (fin XIXe siècle-1946) »

 Pause déjeuner

Après-midi. Modérateur : Nicolas Adell (Université Toulouse – Jean Jaurès)

13h30-14h10 – Frédéric Audren (CNRS – École de droit de Sciences Po), « L’ethnologie juridique au Collège de France. Jacques Flach et les institutions primitives »

14h10-14h50 – Alain Chenu (Sciences Po Paris/OSC), « De l’enquête statistique à l’enquête anthropologique : l’étape égyptienne de la carrière de René Maunier »

14h50-15h30 – Laetitia Guerlain (Université de Bordeaux) « Entre science juridique et savoirs anthropologiques : l’histoire comparée du droit selon Émile Jobbé-Duval (1851-1931) »

programme-droit-et-anthropologie

Séminaire Ethnologie de la France (1945-1975)

La prochaine séance du séminaire:

« Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

(Archives nationales, MCC/DPRPS/Lahic et programme BEROSE)

aura lieu lundi 11 avril 2016, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité), de 14h30 à 17h. 

La séance sera consacrée aux réseaux savants suscités par la création des revues.
« Terreaux et terrains collectifs : comment naissent les revues d’ethnologie de la France » 
Nous aurait le plaisir d’écouter Christine Langlois, ancienne rédactrice en chef de la revue Terrain : « La création de Terrain aux prémices de la mission du patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture ».
En écho à cette intervention, la séance sera accompagnée de la présentation de l’éphémère Revue de Géographie humaine et d’ethnologie (1948-1949), évoquée lors du précédent séminaire, ainsi que d’un dossier d’archives lié à la création de la revue Etudes rurales (1959-1961) issu des archives de Georges Duby (MMSH Aix-en-Provence), et d’un versement des archives du CNRS composé de dossiers de demandes d’aide à l’édition accordée par le CNRS (Archives nationales, 20140310, https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_050944).
Les prochaines séances auront lieu les 2 mai, 30 mai et 27 juin prochains.
En espérant avoir le plaisir de vous retrouver le 11 avril à 14h30.
Christian Hottin et Yann Potin

Présentation d’ouvrage

La Formation à la recherche dans l’aire océanienne accueillera le mercredi 13 avril, en salle 10, de 15 à 17 h, au 105 bd Raspail :

Christine Laurière (CNRS, IIAC) pour la présentation de son ouvrage L’Odyssée pascuane 

Cette communication reviendra sur certains aspects de la mission archéologique et ethnographique d’Henri Lavachery et Alfred Métraux à l’Ile de Pâques (1934-1935). Ces derniers accostèrent fin juillet 1934 dans un lieu lourdement chargé d’histoires, indigène, coloniale, scientifique, qui s’enchevêtraient étroitement pour conférer à l’île de Pâques le statut de paradis perdu, a fortiori pour des ethnologues avides de pureté culturelle, d’authenticité inviolée. En 1934, les deux savants eurent affaire à une société déjà très ethnologisée, un « vieil os rongé » (Métraux) qui mettait au défi l’impératif de sauvetage ethnographique à la racine de toute mission ethnographique dans ces premières décennies du XXe siècle. C’est peu de dire que les conséquences des terribles exactions perpétrées dans les années 1860, la situation coloniale de l’île de Pâques, son statut de lieu mystérieux qui aimante explorateurs et savants, affectaient puissamment la façon dont le savoir ethnographique était recueilli auprès des informateurs indigènes – tout autant que la nature même de ce savoir. On s’interrogera en particulier sur la fabrique du savoir ethnographique en situation coloniale, sur les rapports complexes entre histoire, mémoire, authenticité et identité dans une perspective anthropologique.

Voici le lien du Carnet de Bérose, L’Odyssée pascuane: http://www.berose.fr/?L-Odyssee-pascuane-Mission-Metraux

Les organisateurs,

Alban Bensa, directeur d’études à l’EHESS ; Jessica de Largy Healy, chargée de recherche au Musée du quai Branly ; Yannick Fer, chargé de recherche au CNRS ; Gwendoline Malogne-Fer, postdoctorante au GSRL, CNRS ; Marie Salaün, professeur à l’Université Paris Descartes

Séminaire VISA – séance du 8 avril

La séance du séminaire VISA du 8 avril, où devait initialement intervenir Jean Jamin, sera finalement assurée par Nicolas Adell sur le thème suivant:

Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre

La séance se déroulera à l’horaire habituel (10h30-12h30) mais attention au changement de salle : D 30 (rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche).

Séminaire « Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : archives et réseaux, entre recherche et patrimoine »

la première séance aura lieu ce lundi 8 février, au Ministère de la Culture (salle du foyer), 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris (il faut vous munir d’une carte d’identité).

Cette première séance est consacrée à un tableau des institutions de recherches et musées ethnologiques à l’issue du second conflit mondial. Nous aurait le plaisir d’écouter deux intervenants, dans un dialogue croisé :
– Christine Laurière (chargée de recherches au CNRS, IIAAC/LAHIC) :  « Le musée de l’Homme dans la tourmente de la guerre et de l’Occupation. Conséquences pour la reconstruction d’après-guerre »

– Arnauld Chandivert (maître de conférences en Ethnologie, Université de Montpellier, CERCE): « « L’histoire en parallèles: du musée de l’Homme au « musée français » (1937-1952) »

Présentation du séminaire

Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France (1945-1975) : 

archives et réseaux, entre recherche et patrimoine

Pour la seconde année consécutive, les Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales), la mission du patrimoine ethnologique et immatériel (Direction générale des patrimoines, département du pilotage de la recherche) et le programme BEROSE (CNRS/IIAC) s’associent pour développer un séminaire d’échanges et de réflexion sur les archives et l’histoire de l’ethnologie de la France au cours du vingtième siècle. Il s’agit de prolonger une enquête socio-historique collective, menée jusqu’ici pour l’essentiel jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, avec comme principale ligne de mire, la fracture entre le folklore et l’ethnologie1.

Le séminaire de l’an passé, dédié à la mise en question de la conservation et de la dispersion des archives publiques et privées, administratives ou scientifiques, de ce qui se dit ou s’assemble sous le vocable « d’ethnologie de la France » a permis de circonscrire un cadre plus précis d’analyse, en vue d’identifier et de cartographier les « réseaux » savants de l’ethnologie « française », et leur modalités variables d’institutionnalisation. Dans le cadre du programme BEROSE (Encylopédie en ligne sur l’histoire des savoirs ethnographiques en Europe), http://www.berose.fr/), il s’agira donc cette année d’élaborer une prosopographie dynamique et relationnelle des réseaux d’appartenance à l’ethnologie de la France entre 1945 et 1975, avec une attention particulière pour le division sociale et sexuelle du travail savant.

Entre la refondation du CNRS en 1945, la création de la Société d’Ethnologie française en 1946 et l’ouverture du bâtiment du Musée des Arts et Traditiosn populaires en 1972, avant le rapport pessimiste de Jacques Soustelle en 1975 et le premier projet de Mission du patrimoine ethnologique portée par Isaac Chiva dès 1976, la période 1945-1975 correspond aux fameuses « Trentes glorieuses » économiques, sinon sociales. Ces trois décennies sont aussi la période de formation d’au moins deux, voire trois générations « d’ethnologues » et la persévérance de figure tutélaires, de Georges-Henri Rivière à Marcel Maget, d’André Varagnac à André Leroi-Gourhan.

Il s’agit enfin d’une phase de déruralisation accélérée de la population française qui suscite une nostalgie latente pour un monde qui semble s’effacer sous les yeux mêmes des enquêteurs. Si une partie des ethnologues « sociaux » du début des années 1950, à l’instar de Paul-Henry Chombart de Lauwe, deviennent peu à peu des sociologues de la ville et du travail, l’ethnologie de la France semble ne pas parvenir à se libérer d’un paradigme fondamentalement ruraliste. A peine assise sur des bases institutionnelles visibles, sinon solides, au Centre d’ethnlogie française comme au Laboratoire d’Anthropologie sociale à Paris, mais aussi dans certaines capitales régionales, de Dijon à Toulouse, l’ethnologie de la France semble vouloir croire à la disparition d’un objet qui lui échappe, y compris auprès du grand public : en 1975, les succès éditoriaux colossaux du Cheval d’Orgueil et de Montaillou, semblent déborder la démarche ethnographique sur ses marges littéraires et historiographiques. Tout ceci accompagne et provoque un veritable « tournant patriomonial » de l’ethnologie de la France, qui circonscrit peu à peu une autre chronologie et d’autres logiques institutionnelles, en lien direct avec l’administration des « affaires culturelles ».

Ce moment de patrimonialiation durable de l’ethnologie marque le terme provisoire de notre enquête prosopographique : initiée dans le cadre des collectes suscitées par la création du Musée des Arts et Traditions populaires après 1939, démulitpliée sur le territoire par la création de l’Inventaire général du patrimonie culturel 1964, approfondi par celui du patrimoine industriel à partir de années 1970, la superposition entre logiques de conservation et de recherche culmine en effet avec la création d’une mission permanente du « patrimoine ethnologique » en 1979.

Les six séances proposées cette année consistent à prendre la mesure de cette périodisation, entre institutionnalisation scientifique et patrimoniale, à travers la confrontation des réseaux et des appartenances, sinon de nouveaux statuts professionnels pour les « ethnologues ».

Lieu : Ministère de la Culture et de la Communication, salle du foyer, 182 rue Saint Honoré.

Dates : 8 février, 21 mars, 11 avril, 2 mai, 30 mai et 27 juin. (14h30-17h30)

1. Du folklore à l’ethnologie, Christophe, Jacqueline ; Boël, Denis-Michel ; Meyran, Régis (éd.), Paris : Ed. de la Maison des sciences de l’homme, 2009.

Le séminaire VISA 2015-2016

séminaire

Vie savante et anthropologie

Université de Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche

 Coordination : Nicolas Adell

A partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

 Programme

18 décembre Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès)La vie savante comme objet historique et anthropologique E32310h30-12h30
8 janvier Daniel Fabre (EHESS)Studium et punctum dans des vies savantes : Lévi-Strauss, De Martino, Saussure, Bourdieu et quelques autres D3010h30-12h30
5 février Christian Bromberger (Université de Provence)Germaine Tillion, une ethnologue dans le siècle E32310h30-12h30
11 mars Emmanuelle Loyer (Sciences Po – Paris)Claude Lévi-Strauss E32310h30-12h30
25 mars Tzvetan Todorov (CNRS)Deux approches des sciences humaines : Claude Lévi-Strauss et Germaine Tillion D3110h30-12h30
6 mai Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès) Les promesses du crépuscule: l’anthropologie de Daniel Fabre D32310h30-12h30
3 juin Giordana Charuty (EPHE)Ernesto de Martino, les vies antérieures d’un anthropologue E32310h30-12h30

Colloque de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme

Le colloque de la SFHSH

aura lieu les 5 et 6 novembre 2015

à l’ Ecole Normale Supérieure – Centre Cavaillès

vous pouvez consulter le programme détaillé

Voir notamment:

le symposium VISA Coordonné par Nicolas Adell : La vie savante. Ce que la science fait à la vie (Anthropologie-ethnologie, XIXe – XXe siècles)

Jean-François Bert : Michel Foucault à Münsterlingen, une expérience à l’origine d’un style.

Jérôme Lamy : Une ethnologie spéculaire ? L’œuvre de Michel Leiris dans ses journaux et ses écrits autobiographiques.

Christine Laurière : « Il faut savoir vivre dangereusement ». Portrait d’Arnold Van Gennep en ethnographe hors-champ.

Marianne Lemaire : Vies savantes au féminin.

Pour le résumé des communications de ce symposium, c’est ici.

Du folklore a l’ethnologie : une affaire de femmes ?

conférence journées d’études internationales

4 et 5 novembre

Maison des mémoires de Carcassonne

colloque affaires de femmes

Télécharger le programme

Consacrées à l’ethnologie au féminin et au féminin de l’ethnologie, ces rencontres entendent croiser la question des pratiques ethnographiques et celle des identités savantes. La mise en perspective historique ajoutera aux bénéfices à attendre de cette mutualisation des questionnements. Car plus qu’un préalable permettant d’éclairer le présent, le détour par l’histoire nous fournit l’objet d’un premier étonnement, tant est grand le contraste que forment, des balbutiements du folklore à nos jours, les façons dont notre objet se présente.

La relation des femmes à la discipline naissante manque d’évidence. Peu de femmes semblent en effet être entrées, ou avoir été admises au panthéon du folklore. Sans doute autant qu’une réalité socio­ historique, doit­on soupçonner là l’effet d’une mémoire disciplinaire sélective. Quoiqu’il en soit, le repérage de la présence des femmes au cœur de la discipline constitue le premier défi à relever. Et faute d’être en mesure de pallier le silence des sources, l’on peut faire un pas de côté et investir d’autres espaces savants, hors de nos frontières nationales, notamment en Angleterre, où les femmes folkloristes bénéficient de toute évidence d’une reconnaissance plus précoce. Non sans interroger les écarts observables et leurs raisons d’être.

Aujourd’hui la situation est toute autre. Selon le
bilan social du CNRS, près de 60 % des chercheurs
relevant de la section Anthropologie du CNRS sont en
effet des femmes1 , soit une proportion nettement
supérieure à celle (45,3 %)2 que l’on obtient à
l’échelle des sciences humaines et sociales, elle­
même au­dessus du pourcentage (32,9 %)3 obtenu
pour l’ensemble des disciplines. Certes, ces chiffres
ne font pas le départ entre ethnologues de l’ailleurs et ethnologues de l’ici, mais l’on peut, sans trop risquer de se méprendre, supposer qu’ils valent tout autant pour les unes que pour les autres.

La sociologie pourrait aisément élucider ce renversement, en invoquant la conjonction de traits culturels et d’évolutions diverses : la plus grande attirance des femmes pour les « sciences molles », les progrès en matière de parité, la démocratisation de l’accès aux études supérieures, etc. Cela étant, ces explications suffisent­elles à rendre compte de la féminisation qui s’avère plus poussée en ethnologie que dans toute autre discipline ? À tout le moins, le phénomène réclame attention et rend d’autant plus nécessaires les interrogations qui sont les nôtres.

Vies et œuvres des folkloristes d’hier et des ethnologues d’aujourd’hui formeront le terrain d’une investigation à double entrée. L’on s’emploiera à saisir le rôle que peut être appelé à jouer le genre dans l’orientation disciplinaire, son influence dans le choix des objets, son incidence sur l’accès au terrain, la collecte des données et la possibilité même de réaliser telle ou telle enquête, la façon dont il interfère dans la problématisation des données, les modalités de restitution, les styles d’écriture, ses effets sur le déroulement des carrières, le rapport au(x) maître(s), l’introduction et l’insertion dans les réseaux, l’acquisition des titres et des statuts, etc. De manière peut­être moins attendue, l’on essaiera également de retourner le questionnement pour envisager ce que l’œuvre d’ethnologue fait à la vie de femme. En quoi et comment la science de l’autre participe­t­elle d’une identité féminine ? Est­elle à même d’y contribuer plus qu’une autre comme le suggèrent les statistiques ? Comment alors s’opère la collusion des identités, d’ethnologue et de femme ? Il importe de ce point de vue de tirer avantage du recul que nous donne la perspective historique : en dénudant le féminin de l’ethnologie de son actuelle et « naturelle » évidence, le retour aux origines nous invite à être attentifs à ce qui fonde ces affinités et aux éléments de contexte susceptibles de les encourager.

Ces journées sont communes au programme Archivethno France de l’Ethnopôle GARAE (Groupe audois de recherches et d’animation ethnographique), au cycle Ethnographies plurielles de la SEF (Société d’ethnologie française), au projet ANR VISA (Vies savantes), et aux préoccupations de l’IIAC ­ Équipe LAHIC touchant à l’épistémologie de la discipline.

Parution et rencontre autour de Claude Levi-Strauss

Jeudi 1er octobre 2015 à 19 h 30
Claude Lévi-Strauss

 

LS

À l’occasion de la publication de la biographie Claude Lévi-Strauss (Flammarion, collection « Grandes biographies », 2015) et du volume de lettres inédites de l’anthropologue à ses parents, Chers tous deux (Seuil, collection « La Librairie du XXIe siècle », 2015) Avec la participation d’Emmanuelle Loyer, auteur de la biographie ; Monique Lévi-Strauss, épouse de Claude Lévi-Strauss, auteur d’Une enfance dans la gueule du loup (Seuil, 2014) ; Daniel Fabre, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS Table ronde modérée par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’Histoire sur France Culture.

Claude Lévi-Strauss (1908-2009) a exercé une influence décisive sur les sciences humaines, devenant notamment l’une des figures fondatrices du structuralisme. Il a occupé la chaire d’anthropologie sociale au Collège de France de 1959 à 1982. Membre de l’Académie française à partir de 1973, il est l’auteur d’une œuvre scientifique majeure, avec notamment Tristes tropiques, Le Totémisme aujourd’hui, La Pensée sauvage ou Mythologiques. Cette rencontre mettra en lumière les grandes périodes de sa vie, traversant l’histoire intellectuelle du XXe siècle. Elle interrogera aussi son identité juive et sa relation à l’art : son père était l’artiste peintre Raymond Lévi ; son grand-père maternel, le rabbin de la synagogue de Versailles. Claude Lévi-Strauss est aussi l’arrière-petit-fils d’Isaac Strauss, compositeur et chef d’orchestre, collectionneur, entre autres, d’objets liturgiques et de manuscrits hébraïques. Sa collection constitue l’un des fonds majeurs du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Emmanuelle Loyer, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris, est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947 (Grasset, 2005).

6 € – 4 €

Tous les tarifs
Réserver pour cette activité
par mél : reservations@mahj.org
ou par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi
de 14 h à 17 h 30