Directeur du LAAS, Photographie de Jean Dieuzaide

Le patrimoine du Toulouse scientifique moderne (PATOUS)

Entre 2011 à 2014, le projet PATOUS  a constitué une mémoire orale de l’activité scientifique toulousaine des années 1960-1990. Il a permis la réalisation d’ une série d’entretiens de témoins ayant participé à la dernière grande transformation du système scientifique toulousain. Les entretiens menés tout au long du projet constitue un patrimoine immatériel à conserver en parallèle du patrimoine matériel inventorié depuis 2004 par la mission régional PATSTEC (Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain).

Réalisé au sein du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires de l’Université de Toulouse II Jean Jaures, ce projet était sous la direction de Nicolas Adell – Centre d’anthropologie sociale, et a accueilli Jérôme Lamy, post-doctorant pour 2 ans. Ce travail s’est inscrit dans la continuité des efforts entrepris par la mission régionale PATSTEC de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées et dans divers travaux de recherches socio-historiques antérieurs menés à l’Université Toulouse – Le Mirail par Michel Grossetti.

Les enjeux scientifiques

L’éclatement et l’expansion de la démarche patrimoniale ont logiquement conduit à explorer l’ordinaire des pratiques. Les lieux et les individus prennent désormais place dans une interrogation générale sur les savoirs, les savoir-faire et leurs modes de transmission. Le saisissement du patrimoine se fait de plus en plus par le récit de vie dont on estime qu’il est seul capable de rendre compte du chatoiement patrimonial et de l’ensemble de ses dimensions en restituant par l’expérience vécue non plus seulement le texte du patrimoine (son contenu, ses axiomes, ses objets) mais également sa texture : l’élaboration d’une mémoire, la mise en évidence de la dimension affective (le patrimoine, c’est aussi ce à quoi l’on tient). Ce déploiement de la patrimonialité concerne également les institutions du monde de la recherche scientifique et technologique : les laboratoires de sciences « dures », les universités, les écoles d’ingénieurs, les instituts polytechniques. L’évolution rapide des sciences laisse peu de temps à un processus de patrimonialisation classique.

La méthodologie

Fort de ses compétences et de sa complémentarité, le groupe de recherches a mis au point des outils spécifiques (le recueil de récits de vie et la grille interrogative qui le sous-tend) et  un cahier des charges (identification des personnes-ressource, collecte et/ou repérage d’objets et d’archives sans qu’elle soit un retour au patrimoine ancienne mode, mais en vue de restituer l’environnement sensible d’un témoignage).

La période qui a fait l’objet de l’opération était celle du développement de l’université de masse, avec ses campus (Rangueil, L’Arsenal, le Mirail) modifiant la ville en profondeur, celle de la décentralisation à Toulouse de plusieurs écoles du domaine aéronautique (ENSICA, ENAC, ENSAE), ainsi que la création des grands centres du CNES, de MétéoFrance et de l’ONERA, en partie à l’origine du développement économique fondé sur les hautes technologies, et enfin le développement de grands laboratoires du CNRS (LAAS, IRIT, IPBS, etc.). Il s’agit de la dernière grande transformation du paysage scientifique toulousain, après la période du début du siècle et la création des instituts techniques de la faculté des sciences. La collecte de témoignages d’acteurs de cette période a permis de constituer une mémoire orale de ces moments clés du développement de l’excellence scientifique régionale et ainsi de disposer des éléments nécessaires à l’étude de l’histoire économique, scientifique, mais également culturelle de Midi-Pyrénées.

Logo LISST        Logo UTM        Logo CNRS          Logo Région

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)