Approche scientifique

Il s’agissait ainsi d’examiner le retour de l’œuvre sur la vie et les caractéristiques de vies conduites par des œuvres.

Traiter conjointement ces deux problèmes pour affiner l’élaboration de la « vie savante » comme outil intellectuel a donc nécessité d’un point de vue méthodologique la focalisation des enquêtes sur un champ de savoir stratégique, en l’occurrence celui de l’anthropologie et de l’ethnologie, qui nous avait semblé accentuer tout à la fois la coupure que procure le terrain, l’expérience d’une certaine altérité, et donc par contrecoup le travail de la suture pour maintenir l’unité, travail qui peut pour certains être tout à fait analogue à celui de l’enquête ethnographique. « Il faut ethnographier les ethnographes » expliquait déjà G. Condominas dans L’Exotique est quotidien(1965), ne présumant pas des personnes qui avaient à réaliser cette opération. Balandier, un plus peu plus tôt, avait placé sous ce signe l’une de ses première tentatives autobiographiques, Tous comptes faits(1947), qu’il présente comme l’application de « la monographie par pli professionnel au phénomène moi-même » (ibid. : 9).

Mais ce privilège de la discipline (en tant que poste d’observation de la réflexivité) révélait en même temps, à mesure que nous avancions, ses difficultés dont la principale résidait dans la diversité des formes réflexives, des voies empruntées pour faire le chemin vers soi-même. On était ainsi conduit à spécifier, sans y penser immédiatement mais par la force des choses, à prendre des variables et à les traiter un peu isolément, réservant la montée en généralité à plus tard. C’est ainsi qu’un grand nombre des études de cas abordées le furent par le biais d’une entrée spécifique qui permettait de resserrer l’étude des mécanismes réflexifs et de retours sur soi. Le colloque Du folklore à l’ethnologie : une affaire de femmes ?(Carcassonne, novembre 2015) a permis de travailler la question à partir du genre ; le numéro de Fabula Lht(n°21, 2018) consacré à Poésie et anthropologiele réfléchissait à partir de la rencontre entre deux modes de restitution du réel ; le croisement disciplinaire était le biais qui motivait le colloque Droit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains(Carcassonne, février 2017) ; tandis que la journée d’études Images et anthropologie, un « bon ménage » ? Les duos en anthropologie visuelle(Toulouse, septembre 2018) s’était emparé d’un biais technique et méthodologique – le cinéma ethnographique en l’occurrence – pour évaluer si le type de réflexivité dépendait, pour partie au moins, du type d’outils mobilisés dans un même champ disciplinaire.

Cet éparpillement interdit en quelque sorte la totalisation biographique ordinaire, en même temps que le programme prend à rebours la démarche même de la biographie scientifique traditionnelle. En aucun cas, le programme de recherche sur la « vie savante » ne s’est voulu une machine à produire des biographies, sans pour autant renier le genre biographique et le fait de rendre compte de la vie des savants. Mais l’on souhaitait le « remettre à l’endroit » comme le dit Pierre Bayard (2005 : 121-130). Cela conduisait à pratiquer une sorte de biographie déchaînéequi ne serait pas strictement soumise au déroulé chronologique imposé de l’extérieur et absolu. Mais cela pose immédiatement des problèmes méthodologiques importants, dont ceux de l’écriture même de telles biographies : quels modes de restitution adopter ou inventer pour ces biographies déchainées ? Ces problèmes ne peuvent être résolus une fois pour toutes, et chaque cas nécessite une démarche appropriée, qui peut être celle de la biographie régressive, celle des fragments de vie, celle d’une vie saisie à partir d’un nœud ou d’un mythe personnel unifiant.

Déchaînée, cette approche biographique l’a été également par son souci de se passer de l’épuisement explicatif dans un répertoire des déterminations extérieures. Il n’y aura pas ici d’idolâtrie de l’environnement matériel et social du savant, ce qui ne signifie pas pour autant que l’idée des facteurs extérieurs et du rôle qu’ils jouent dans le processus créateur fût rejetée absolument. Mais le problème de « la vie savante » était ailleurs. Il était plus exigeant et plus difficile, et ce pour une raison très simple. En effet, identifier les contraintes « extérieures » suppose que l’on a une idée relativement robuste de ce qu’est l’extérieur. Rien n’est moins sûr cependant, comme le révèle l’une des questions que pose notre programme de recherche, en détournant quelque peu une interrogation fameuse de Gregory Bateson (1977b [1971] : 275) : où s’arrête le soi savant ? à son corps ? à sa main ? aux outils qu’il manipule ? à la portée de sa voix ? Ainsi, si les facteurs extérieurs ne constituent pas un élément central dans la démarche de notre programme de recherche, c’est aussi parce que nous sommes partis du principe que l’extérieur ne nous est pas immédiatement donné et que nous ne sommes certains ni de ses limites ni de sa nature.

Mais allons plus loin encore, en suivant une question que posait, ailleurs, G. Bateson (1977a [1953]) : pourquoi faut-il que les choses – cela vaut aussi et en premier lieu pour les individus selon nous – aient des contours ? Il paraît, à le suivre, plus efficace de s’appliquer à rendre compte de continuités épaissesqui n’auront pas nécessairement l’allure de systèmes. Et c’est exactement ce que les membres du programme ont cherché à faire en travaillant les deux sens de l’action (de la vie vers l’œuvre et de l’œuvre vers la vie), en ne s’arrêtant pas aux motifs saillants de coupure (illuminations, conversions, bifurcations) mais en insistant sur le travail de suture qu’ils impliquent, entre qui l’on était et qui l’on est, entre la vie et l’œuvre.

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search