Perspectives et références

Finalement, VISA a rapidement dû prendre en compte le dépassement nécessaire de ses objectifs initiaux – renouveler le genre biographique dans les science studies, contribuer à renforcer l’histoire des sciences humaines – car les perspectives ouvertes par le projet dès la restitution des premières études de cas s’annonçaient d’une grande richesse.

Car, finalement, tous les individus produisent un type de réflexivité savante qui donne à leur vie forme et cohérence. Ils ont tous des « œuvres » (ce peut être un projet de vie, une réalisation modeste d’artisan, une offre de services, etc.) qui les guident et les orientent. Il fallait donc envisager l’ouverture d’un chantier beaucoup plus vaste dont l’intitulé général pourrait être : « La vie devant soi. Anthropologie des réflexivités et des horizons biographiques ». Il s’agirait de rendre compte de la diversité des manières dont les acteurs construisent (ou subissent) leur existence dans le monde contemporain. Ce problème général recouvre en fait différentes perspectives qui n’ont, à ma connaissance, pas été reliées entre elles mais dont les surgissements dans les dernières années attestent la centralité de cette anthropologie des horizons biographiques. Ces différentes perspectives recoupent tout à la fois des thématiques neuves traitées par un nombre croissant de chercheurs en anthropologie, mais également un ensemble de représentations qui traversent le monde contemporain, notamment dans ses sphères occidentales. 

Il me semble que l’apparition d’un intérêt chez les anthropologues, et plus généralement dans les sciences humaines et sociales, pour des thèmes comme l’incertitude, de nouvelles théories de l’action, l’anthropologie des intentions, la question des formes de subjectivation (politique, économique, artistique, morale, sociale, etc.), reflète une prise de conscience de l’aporie de la saisie de l’individu comme succession ou superposition d’étatsqui sont les cristallisations singulières des collectifs traversés. Cela s’est manifesté très concrètement par une série de travaux récents portant sur l’espoir (Miyazaki, 2006), sur l’anticipation (dans la finance, les stratégies politiques, etc.), sur l’attente (Bromberger, 2014), sur le « futur comme projet culturel » (Appadurai, 2013). Sans doute a-t-on d’ailleurs dans ce dernier ouvrage la proposition à ce jour la plus élaborée concernant ce que je qualifie de « vie devant soi »en détournant l’expression de Romain Gary, mais à partir de ratages ce qui est à tout à fait passionnant : les marginaux en Inde, les déclassés, les existences autoproclamées « mineures », etc. Mais l’on pourrait aller plus loin et déterminer la genèse de cette « vie devant soi », c’est-à-dire les conditions anthropologiques qui la rendent inévitable (vivre, c’est avoir la vie devant soi) et les formes qu’elle peut prendre dans différents contextes culturels, ainsi qu’au sein d’un même contexte selon les collectifs considérés, les époques, etc.

Ces questionnements ne sont pas à dissocier d’un ensemble de pratiques et d’injonctions qui traversent les différents secteurs des sociétés occidentales et qui me paraissent traduire en des termes différents les mêmes interrogations que celles que je viens d’exposer : l’injonction à réussir ou à tout le moins à « vivre sa vie », à la « prendre en main », la culture du projet, la multiplication des effets de dédoublement du réel (via les réseaux sociaux, l’engouement pour les télé-réalité, etc.), ou encore le goût (auto)biographique.

Ce scintillement d’intérêts convergents me paraît caractériser la manière particulièrement aiguë dont la modernité occidentale a placé au cœur des existences des individus le modèle de la « vie devant soi ». Mon hypothèse est que, si l’on peut retrouver ce type de phénomènes dans un grand nombre de sociétés (celles, nombreuses, qui ont développé des théories du destin ou du double, par exemple), la nôtre les a déployés à un point tel que le présent finit par être une simple réserve de possibles. Aussi, ce que l’on a qualifié de « présentisme » pour déterminer notre régime d’historicité (Hartog, 2003) me paraît moins le fait de vivre sous l’empire du présent que le fait de vouloir le conformer à ses projets, lui donner l’allure qui nous convient, le composer de façon adéquate, le charger d’affordances. En renonçant à l’individu composéd’ingrédients qui formeraient son identité, l’on a pris le parti d’un présent composépar les intentions, les projets, les anticipations des acteurs qui n’ont en fin de compte jamais renseigné sur l’avenir, mais bien sur du présent en réserve.

Adell N. 2017. « Des vies conduites par les œuvres », Hybrid. Revue des arts et médiations humaines, n°4. En ligne : http://www.hybrid.univ-paris8.fr/lodel/index.php?id=753

Adell N. et Lamy J. (éds.). 2016. Ce que la science fait à la vie, Paris, Éditions du CTHS.

Adell N., Debaene V. et Dragani A. (éds.). 2018. Poésie et anthropologie, dossier pour Fabula Lht, n°21.

Appadurai A. 2013. The Future as Cultural Fact, New York, Verso.

Balandier G. 1947. Tous comptes faits, Paris, Éditions du Pavois.

Barthes R. 2015 [1946]. « L’avenir de la rhétorique », inRoland Barthes,Album. Inédits, correspondances et varia(édition établie par Éric Marty), Paris, Le Seuil : 137-146.

Bateson G. 1977a [1953]. « Pourquoi les choses ont-elles des contours ? », inGregory Bateson, Vers une écologie de l’esprit 1, Paris, Le Seuil « Points » : 55-60.

Bateson G. 1977b [1971]. « La cybernétique du « soi » : une théorie de l’alcoolisme », inGregory Bateson, Vers une écologie de l’esprit 1, Paris, Le Seuil « Points » : 265-297.

Bayard P. 2005. Demain est écrit, Paris, Éditions de Minuit.

Bromberger C. (éd.). 2014. Attendre, dossier pour Terrain, n°63.

Compagnon A. 1983. La troisième République des Lettres, Paris, Seuil.

Condominas G. 1965. L’exotique est quotidien, Paris, Plon « Terre Humaine ».

DescombesV.2004. Le complément de sujet, Paris, Gallimard / NRF Essais.

Hartog, F. 2003. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil « Librairie du XXIesiècle ».

Jacob, C. (éd.). 2011. Les Lieux de savoir. 2 : Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel.

Miyazaki, H. 2006. « Economy of Dreams. Hope in Global Capitalism and its Critiques », Cultural Anthropology, vol. 21, n°2, pp. 147-172.

Shapin,S.2010.NeverPure,Baltimore,JohnsHopkinsUniversityPress.

Soderqvist,T.1996.«ExistentialProjectsandExistentialChoiceinScience:ScienceBiographyasanEdifyingGenre »,inM.ShortlandetR.Yeo(éd.),TellingLivesinScience :EssaysonScientificBiography,Cambridge,CambridgeUniversityPress, pp.45-84.

Soderqvist,T.2003.ScienceasAutobiography :TheTroubleofNielsJerne,HewHaven,YaleUniversityPress.

VasariG.1981-1989[1550, 1568].Lesviesdesmeilleurspeintres,sculpteursetarchitectes,Paris,Berger-Levrault.

Wechniakoff, T. 1899. Savants, penseurs et artistes. Biologie et pathologie comparées, travaux publiés et présentés par Raphaël Petrucci, Paris, Alcan.

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search