Principaux résultats

Les résultats du programme VISA, outre l’apport factuel des études de cas produites à la connaissance de figures souvent méconnues de l’anthropologie sociale et culturelle et de ses marges (cf. section E.2), peuvent s’inscrire sous deux rubriques. D’une part, le renouvellement annoncé du genre biographique a consisté de fait en un renouvellement de la manière de penser l’histoire des figures savantes. D’autre part, l’intérêt pour la réflexivité savante a conduit à poser les jalons d’une anthropologie générale des réflexivités soutenue par un nouvel outil, englobant celui de la « vie savante » : la « vie-devant-soi ». Je me contenterai de donner les grands jalons du premier aspect dans les lignes qui suivent, réservant la présentation de ce dépassement du programme à la section C.6.

VISA a pu mettre au jour quelques grandes configurations historiques des façons d’être savant et de penser le rapport entre la vie et l’œuvre, et qui concernent en fin de compte des segments larges du monde social, bien au-delà des mondes scientifiques.

  • Le« vivere alla philosophica» (Vasari). L’œuvre, c’est la vie. Plus exactement, ce sont par des actes d’existence que se démontre et se réalise le travail intellectuel. Dans cette configuration, l’opération de séparation entre la vie et l’œuvre n’a pas eu lieu. Ce serait la logique des Anciens, critiquée et dénoncée au moment où Vasari commence l’écriture des « vies » des artistes qu’il examine. Ce serait naturellement un mode qu’il faudrait affiner, en observer l’essoufflement dans la première modernité, les résurgences marginales ensuite, puis une sorte de retour au tournant des XXeet XXIesiècles à la faveur d’un marché des savoirs sur lequel le mode expérientiel de la connaissance a pris une valeur considérable et où des formes modernes d’exercices spirituels font office de produits d’appel.
  • La formule « la-vie-et-l’œuvre », au sens étroit de l’expression telle qu’elle se développe après Vasari et sa dénonciation des « vieuvres » (Compagnon, 1983) car, parfois, il faut faire exister l’œuvre contre la vie. C’est la première forme de la coupure, qui reste cependant faible. Les relations demeurent très tenues, ce qu’atteste l’importance accordée aux anecdotes biographiques – cela donne lieu à un genre qui s’est beaucoup développé en Italie et en Allemagne, celui de la micrologie littéraire – qui sont de la valeur ajoutée et fondent, en actes, les idées. Mais il y a une inversion par rapport à la configuration précédente. Dans le vivere alla philosophica, la vie était l’expression de l’œuvre ; désormais, l’œuvre est l’expression de la vie de son créateur. Il s’agit cependant d’une fausse symétrie puisque la seconde configuration instaure une césure qui sépare tout en conservant une solidarité : la vie est soumise à des pressions (extérieures ou intérieures) qui fait que l’œuvre prend tel accent ou tel tournant. Mais la fusion du vivere alla philosophicaa disparu. Et, aujourd’hui, l’homme synthétique – celui qui fusionne tous les pans de son existence et est cohérent dans tous les registres de sa vie – est devenu si rare qu’il fait souvent figure de héros moderne, décliné dans des versions désormais communes (par exemple, être vegan ou être considéré comme « authentique ») ou exceptionnelles (nouvelles formes d’intransigeantisme éthique, religieux ou politique).

On sait le succès qu’a connu cette perspective au XIXesiècle, incarnée particulièrement par l’approche de Sainte-Beuve. On connaît moins en revanche les travaux d’« histoire ethnologique des sciences » de Théodore Wechniakoff (1899). Ce dernier proposait une typologie des savants où la solidarité de la vie et de l’œuvre est d’un type radical : le savant est un tout bio-psycho-social indissociable pour lequel on peut décrire les effets réciproques des variations de la physiologie et celles du contenu de l’œuvre (Pascal, Buffon, Humboldt, Chateaubriand, Comte sont particulièrement étudiés).

  • L’œuvre coupée de la vie. Par ces quêtes même d’une solidarité sans doute trop exigeante, cherchant à établir des liens sans toujours parvenir à le faire, le XIXesiècle a paradoxalement fini d’insinuer entre l’œuvre et la vie la coupure aujourd’hui banalisée. Il est certain également que cette coupure doit beaucoup à d’importantes transformations des conditions sociales de la création savante : la professionnalisation des scientifiques ou la spécialisation des registres du savoir. Ainsi, se réunissent les conditions pour l’apparition d’une nouvelle configuration portant en elle l’idée que la rupture vie-œuvre est radicale, que la vie n’est pas et même ne doit pas être le lieu d’explicitation de l’œuvre. Cela est par exemple très thématisé chez Bachelard et chez Proust, en même temps que se multiplient les critiques de l’approche biographique, une posture qui n’a pas disparu et que l’on trouve encore aujourd’hui de façon exceptionnelle (par exemple, Elena Ferrante).

Le dédoublement ou triompher de la division. C’est seulement une fois admise la coupure que les opérations de suture (qui marquent la différence dans l’établissement même des jonctions) peuvent se réaliser, puis dans certains cas s’expliciter ou être données à voir par des voies multiples – dont le récit autobiographique – que le paradigme du dédoublement me semble réunir. L’importance que revêt, pour en finir avec le sujet dispersé, la cure psychanalytique et le succès qu’auront les nouvelles psychobiographies, dont la littérature du développement personnel est un avatar, inaugurent les façons neuves de retrouver l’unité de soi perdue et de « se juger soi-même » (Descombes, 2004 : 320-322).

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search