Eléonore DEVEVEY

Eléonore Devevey prépare une thèse en études littéraires, intitulée provisoirement « L’écrivain et l’anthropologue : du partage des savoirs aux pratiques partagées. Passeurs français à l’âge disciplinaire », sous la direction de Laurent Demanze et de Vincent Debaene. Ce projet se donne pour but d’éclairer, à partir d’un corpus mêlant écrits d’anthropologues et d’écrivains, la reconfiguration de leurs rapports dans la seconde moitié du XXe siècle, dans le fil des travaux de L’Adieu au voyage, l’ethnologie française entre science et littérature, de Vincent Debaene (Paris, Galimard, 2010). Les dissensions entre écrivains et ethnologues du milieu du siècle ne mettent pas terme au dialogue noué au temps des avant-gardes, mais le relancent sur d’autres bases, plus clairement définies, sous l’effet conjugué de la professionnalisation de la discipline et des inflexions de la vie littéraire. Ce travail prend pour objet plusieurs volumes de la collection « Terre humaine », ceux de Georges Balandier, Georges Condominas et Pierre Clastres — volumes « littéraires » qui ne sont pas isolés dans l’ensemble de leurs écrits respectifs, et s’articulent à une forme d’ « engagement » politique. Il s’attache également aux écrits d’ethnologues femmes, notamment ceux de Jeanne Favret-Saada et d’Yvonne Verdier, pour mesurer la place et les modalités d’énonciation de la subjectivité dans l’autorité scientifique au féminin. Tous ces écrits, qui offrent un point de vue transversal et privilégié sur un moment d’existence et de recherche, invitent à nuancer le modèle du « second livre » de l’ethnologue, les pratiques littéraires ne s’opposant pas dans ces cas aux travaux scientifiques — vie et œuvre, écriture scientifique et écriture littéraire gagnant à être pensées dans un continuum.

Ce travail s’attache par ailleurs aux écrits et pratiques d’écrivains contemporains curieux d’ethnologie – ceux, notamment, de Jean-Loup Trassard, Gérard Macé, Pierre Bergounioux – , qui, tout en prenant acte des travaux des sciences humaines, cherchent à leur donner des prolongements critiques ou méditatifs. Il s’intéresse enfin à la figure de l’ethnologue tel qu’elle peut être ressaisie dans la fiction (chez Michaux, Queneau, Perec, Chamoiseau…) : ce qu’elle révèle de l’imaginaire qui entoure les vies savantes, comme de la répartition des prérogatives entre écrivains et anthropologues.

Cette thèse propose donc de préférer au « face-à-face » des deux régimes d’écriture, scientifique et littéraire, le « pas de deux » des écritures. Son horizon général est de montrer que les pratiques d’écriture non académiques des ethnologues comme celles des écrivains curieux d’ethnologie représentent dans la seconde moitié du XXe siècle une forme de résistance de fait à l’autonomisation de l’esthétique comme à l’attribution d’une fonction de connaissance à la seule expertise scientifique.

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)