Titus Jacquignon

Doctorant en sociologie, Université de Montpellier III, Institut de recherches sociologiques et anthropologiques, sous la direction de Patrick Tacussel.

Enseignant d’histoire-géographie (en disponibilité.

Président de la société d’études néo-araméennes (araméen moderne)

Membre de l’association Marcel Jousse

 

Thèse: Découvrir l’anthropologie du geste et du rythme de Marcel Jousse en situation de post-modernité.

Marcel Jousse (1886-1961) a fondé une méthode anthropologique à la fois globale et concrète, transdisciplinaire et collaborative particulièrement novatrice. Il fut l’un des grands esprits du premier XXe siècle. Tombé dans l’oubli, j’ai entrepris de travailler sur son œuvre d’accès difficile. J’ai eu l’intuition que Jousse avait son mot à dire au sein de la configuration scientifique et philosophique de notre siècle. A travers la vie de ce savant, nous avons aussi l’occasion de redécouvrir les grandes figures intellectuelles du premier XXe siècle, de Bergson à Mauss, en passant par Janet, Tarde, Valéry, etc. Chacun d’entre eux, d’ailleurs, bénéficie en ce moment d’une redécouverte. Les grands paradigmes qui ont composé notre paysage intellectuel après 1945 ont fait leur temps et ont perdu la domination qu’ils exerçaient. Cela n’est pas pour rien dans le « retour » de ces penseurs et savants qui avaient été quelque peu remisés.

Les sources et des archives de Marcel Jousse posent en elles-mêmes question. Mais, pour une part, Jousse a enseigné à Paris (Sorbonne, EPHE, Ecole d’Anthropologie) de 1931 à 1957. Ses cours ont été pris en sténo sur le vif et ont été depuis numérisés[1]. C’est donc un corpus oral transcrit, inédit pour l’essentiel et incontournable pour qui veut entrer dans sa pensée et suivre aussi son itinéraire biographique qui lui sert de matériau d’enseignement.

Mon travail consiste ainsi à rendre compte d’abord de la totalité de ses enseignements et recherches, à leur clarification et à lancer la discussion critique autour d’eux. Ensuite, Il s’agira d’insérer et de confronter en même temps l’anthropologie de Jousse à l’actualité de l’anthropologie. Il fait en effet figure de « précurseur » à plus d’un titre et résonne avec les « postmodernes ».

A partir des thèmes de Jousse et d’autres savants de l’entre-deux-guerres, et qui nous préoccupent en ce début de XXIe siècle, l’anthropologie du geste et du rythme offre des méthodes et des outils qui, dépoussiérés des conditions de l’époque de leur formation, peuvent selon moi apporter un éclairage pertinent sur les défis contemporains auxquels nous sommes confrontés de nos.

[1] 2 CD disponibles auprès de l’association Marcel Jousse

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)