Fondements et objectifs de VISA

Objectifs

Le programme de recherche VISA se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies (plus particulièrement en histoire et sociologie des sciences) : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui, très ancien (mais récemment rajeuni par l’intérêt pour la dimension matérielle des idées, le corps du savant, son environnement ; cf. les travaux d’A. Collinot, de S. Shapin ou encore de T. Söderqvist), du rapport entre la vie et l’œuvre des savants. Deux problèmes classiques qui partagent, entre autres, une façon ordinaire et très employée, quoique non exclusive, d’être traités : le recours au genre biographique. Longtemps tenue à l’écart des moyens légitimes, et non amateurs, d’appréhender le social ou le culturel (comme si ces deux catégories se déduisaient exclusivement du collectif), la biographie a connu un regain d’intérêt à partir de la fin des années 1970 en histoire, en sociologie et en anthropologie. Et son empire s’est naturellement étendu aux territoires neufs qui combinaient ces disciplines telles que les science studies où le partage du monde (du champ) s’est peu à peu cristallisé entre le côté de « la-vie-de-laboratoire » et le côté de « la-vie-et-l’œuvre ».

VISA propose de renverser les perspectives selon lesquelles les deux problèmes évoqués sont habituellement saisis et, ce faisant, de contribuer au renouvellement du genre biographique comme moyen d’appréhender le réel de l’activité scientifique.

Pour en savoir plus…

La vie savante comme objet et comme problème

A notre connaissance, aucune historiographie véritable de la « vie savante » comme objet scientifique n’a pas été réalisée pour la simple raison que la « vie savante » n’a guère été mise en problème d’une façon générale (des éléments de réflexions qui pointent ce manque dans Porter 2006, Shapin 2008 et Collinot 2012). C’est d’ailleurs l’un des enjeux préliminaires du programme de recherches. Les travaux effectués en amont, notamment par le groupe de recherches sur le patrimoine scientifique immatériel constitué par N. Adell (les premières restitutions, à destination du grand public, dans Adell 2012), permettent cependant d’ébaucher un état problématisé des différents traitements réservés à la « vie savante », état qui méritera d’être affiné et complexifié. Steven Shapin, dans The Scientific Life (2008), en a proposé un très incomplet et a abouti à des conclusions très difficilement généralisables dans la mesure où l’essentiel de ses matériaux était issu du monde des sciences expérimentales et des sciences de l’ingénieur. La « vie savante » que l’on projette ici n’est résolument pas la « vie scientifique ».

Pour schématiser, l’on peut distinguer trois phases, à notre connaissance non signalées, dont la mise en évidence permet de poser à nouveaux frais la « vie savante » comme un objet historique et un problème anthropologique.

Pour en savoir plus…

Environnement scientifique et institutionnel

Le projet s’articule à plusieurs opérations et réseaux de recherche de niveau national et international. Il profiterait également d’un environnement local propice au déploiement des travaux et des problématiques qu’il développe.

En effet, le LISST (UMR 5193), laboratoire porteur du projet, est le fondateur et l’acteur principal du Labex « Structuration des mondes sociaux » au sein duquel l’opération de recherche « Monde scientifique » occupe une place importante. Cette opération se voue principalement à la description et à l’analyse des réseaux scientifiques et intellectuels dans les sociétés occidentales, ainsi qu’à leur transformation depuis la Renaissance. Cette « vie en réseaux » est l’une des caractéristiques de la « vie savante », longtemps distinctive, aujourd’hui banalisée. Aussi, l’une des tâches du projet VISA se consacrera plus particulièrement à étudier la manière dont cette vie en réseaux, éclatée en de multiples configurations et nœuds, est réarticulée par les individus dans un déroulé biographique unifié.

Les réflexions conduites sur l’analyse des réseaux scientifiques par les équipes de Michel Grossetti en sociologie et de Corinne Bonnet pour les sciences de l’Antiquité nous fourniront l’assise intellectuelle nécessaire à l’exploration des nouvelles pistes de recherche que suggère le programme VISA.

De même, à l’échelle du pôle universitaire toulousain, des collaborations existent entre des membres du projet et la « Mission du patrimoine technique et scientifique contemporain » du PRES-Toulouse, coordonnée par Anne-Claire Jolivet, membre de VISA. Cette Mission, qui a une dimension nationale (comme le CNAM dont elle est une émanation), est un levier précieux pour conduire des enquêtes dans le monde scientifique. Elle fournira également l’appui logistique nécessaire à la valorisation des résultats du programme.

La solidité des atouts de cet environnement local, condition nécessaire à la mise en œuvre concrète du projet, permet de penser efficacement l’articulation du programme à des réseaux de recherche qui se situent à une autre échelle. Il en est deux, touchant de près les thématiques ici esquissées, au sein desquels les membres de VISA sont directement associés. Le premier est structuré par l’opération BEROSE, portée par Daniel Fabre et Claudie Voisenat au sein du IIAC-Lahic et à laquelle plusieurs membres de VISA sont associés (Nicolas Adell, Sylvie Sagnes, Christine Laurière). Cette opération, qui organise un réseau de chercheurs européens, vise à la construction d’une base de données exhaustive des hommes, des cercles, des revues, des institutions qui ont fait passer du « savoir des différences » à une discipline comme l’ethnologie entre la seconde moitié du XIXe siècle et les années 1930. Les démarches et les ressources de cette opération offriront un environnement propice à la réalisation des tâches 1 (« Les relations maître-disciple ») et 2 (« Les réseaux savants ») du projet. Le second réseau de chercheurs de niveau international auquel VISA est connecté est celui des Lieux de savoir / Places of Knowledge, animé par l’helléniste Christian Jacob. Nicolas Adell, Jean-François Bert et Jérôme Lamy font partie de l’équipe qui réunit actuellement plus d’une cinquantaine de participants représentant 12 pays. La construction en cours du troisième volume de la série éditoriale, dont l’axe central est « La transmission des savoirs », n’est pas sans lien avec la tâche 1 « Les relations maître-disciple ».

Enfin, la réalisation du projet VISA, assorti des ressources procurées par ces réseaux internationaux, doit ouvrir naturellement sur la construction simultanée d’un GDRI et d’un dossier à soumettre à l’ERC sous l’instrument « Starting Grants » qui permettrait la multiplication des études de cas offrant d’affiner, corriger, confirmer les hypothèses construites dans VISA. A cet élargissement de la base empirique, s’ajouterait une ouverture de l’horizon théorique de la « vie savante » à la « vie devant soi ». Il semble en effet que les caractéristiques générales de la vie savante cristallisent des traits plus généraux des existences dans les sociétés contemporaines (au moins par le degré de déploiement public que ces traits atteignent) : la capacité à rendre son existence significative (répondre aux injonctions contemporaines : être soi-même, vivre sa vie), le souci de se projeter (dans l’avenir, dans les réseaux sociaux, etc.), d’écrire sa vie ou de lire la sienne dans celle des autres, etc. Moins qu’une hypothèse à ce stade : la « vie de soi » comme mode de représentation de l’existence spécifique aux cultures occidentales contemporaines.

 Références bibliographiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anthropologie – Ethnologie (XIXe – XXIe siècle)